ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Sleepers sur Netflix : le film est-il un récit autobiographique ?

Un classique méconnu

Sleepers sur Netflix : le film est-il un récit autobiographique ?

Sorti en 1996, "Sleepers" est un des grands classiques de la filmographie de Barry Levinson. Porté par un casting hallucinant, le long-métrage serait adapté d'une histoire vraie, même si la justice américaine soutient le contraire.

Sleepers : un classique méconnu

En 1996, avec Sleepers, Barry Levinson adapte au cinéma le roman éponyme de Lorenzo Carcaterra. L'histoire raconte comment, au milieu des années 1960, quatre gamins du quartier populaire de Hell's Kitchen sont incarcérés dans une maison de redressement à la suite d'une plaisanterie qui tourne mal. Onze ans plus tard, deux d'entre eux retrouvent le gardien sadique qui les a martyrisés et violés pendant leur détention. Ils l'abattent froidement. Les deux autres membres du groupe, devenus journaliste et substitut du procureur vont tout faire, avec l'aide des habitants du quartier, pour les sortir de ce mauvais pas.

Sleepers
Sleepers ©Warner Bros Studios

L'intérêt premier de Sleepers réside surtout dans son casting, absolument renversant. Barry Levinson n'y est pas allé avec le dos de la cuillère et s'est entouré d'une distribution hallucinante, notamment composée de Robert De Niro, de Dustin Hoffman, de Kevin Bacon, de Jason Patric ou encore de Brad Pitt. À l'époque, le long-métrage n'a pas reçu des critiques très positives, mais avec le temps, Sleepers est devenu un classique de la filmographie de son réalisateur. Nommé une fois aux Oscars, le film a surtout rapporté plus de 165 millions de dollars de recettes au box-office.

Alors, histoire vraie ou pas ?

Initialement, Sleepers est un roman de Lorenzo Carcaterra sorti en 1995. A travers ce livre, l'écrivain certifie raconter une histoire autobiographique, agrémentée de quelques éléments fictifs. De nombreux débats entourent ce livre, qui est toujours considéré par la Bibliothèque du Congrès comme une œuvre autobiographique. Pourtant, beaucoup de spécialistes juridiques viennent contredire la véracité de son texte. Beaucoup remettent en doute la parole de Lorenzo Carcaterra.

Sleepers
Sleepers ©Warner Bros Studios

Certes, l'écrivain a grandi dans un quartier new-yorkais défavorisé. Plus tard, il devient journaliste au New York Daily News avant de devenir consultant sur l'émission Cop Talk, centrée sur la police américaine. Ce qui lui donne un peu d'expérience en la matière. Par la suite, il se lance dans la rédaction d'histoires centrées sur la police, avant de se concentrer sur l'écriture de romans plus ou moins fictifs.

Ainsi, Lorenzo Carcaterra certifie que son roman Sleepers est autobiographique, et que l'auteur revient sur les douloureux souvenirs de sa jeunesse. Mais le livre suscite de vifs débats sur son aspect fictif. La communauté juridique de New York a toujours nié les faits abordés par le romancier. Une justice américaine qui ne reconnaît aucun des éléments avancés par l'auteur, et qu'aucune histoire semblable n'a été retrouvée dans les archives. 25 ans plus tard, le mystère reste entier, et les deux avis s'opposent toujours. Alors est-ce Lorenzo Carcaterra qui n'est pas honnête avec ses lecteurs, ou est-ce la justice américaine qui tente d'enterrer cette affaire ? On ne le saura sans doute jamais.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.