ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Speed : un très grand réalisateur devait réaliser le film

Speed : un très grand réalisateur devait réaliser le film

Keanu Reeves et Sandra Bullock font face à Dennis Hopper dans "Speed", film culte de Jan de Bont sorti en 1994. L'histoire d'un bus piégé et rempli de passagers lancé à plus de 80 km/h, vitesse sous laquelle il exploserait... Un film d'action palpitant et attachant.

Grand succès et blockbuster-type des 90s, Speed est un film d'action culte, qui vieillit aussi bien que son premier rôle : Keanu Reeves. À l'époque, le jeune acteur surfe sur la vague d'une petite popularité récemment acquise, notamment, avec Point Break et Dracula. Face à Keanu Reeves en agent du SWAT héroïque et beau gosse, Dennis Hopper incarne un terroriste fou, et Sandra Bullock une alliée inspirée. C'est le bon temps des explosions au kérosène, des sauts de bus improbables, et de l'action libérée. Réalisé par Jan de Bont, dont c'est le premier long-métrage en tant que réalisateur, Speed n'est pas un projet de seconde zone, et il aura sérieusement intéressé un cinéaste très célèbre, à l'époque jeune réalisateur prometteur.

Pulp Fiction plutôt que Speed

Basé sur un scénario de Graham Yost et Joss Whedon -  non-crédité mais à l'écriture des dialogues, Speed est un remake du film japonais de 1975 : Super Express 109, de Jun'ya Satô. Dans ce film japonais, l'intrigue est sensiblement la même mais se développe dans un train, qui comme le bus de Speed ne doit pas descendre sous les 80 km/h. Cette origine du film a sûrement séduit Quentin Tarantino, dont la cinéphilie et l'expertise sur le cinéma asiatique sont légendaires. En 1993, après Reservoir Dogs, il est un jeune réalisateur prometteur et courtisé. Mais finalement il refuse de s'engager pour le film, préférant s'atteler à son deuxième film, monument du cinéma : Pulp Fiction. Il aurait été intéressant de voir Speed façon Tarantino, mais l'histoire en décidé autrement, sûrement pour le meilleur.

Speed

Cependant, cette défection n'handicape pas le film, qui est donc dirigé par Jan de Bont. C'est le premier film du réalisateur néerlandais, à 51 ans. Il est en effet, jusque-là, un directeur de la photographie de premier plan (Piège de Cristal, À la poursuite d'Octobre rouge, Basic Instinct...) et un collaborateur fidèle de Paul Verhoeven. Avec 30 millions de dollars de budget, le film en rapportera 350 millions au box-office mondial, devenant un immense succès commercial. Il est aussi très bien reçu pour la critique et reçoit deux Oscars en 1995 : Meilleur son et Meilleur montage sonore. Une distinction qui peut faire sourire si l'on pense à la spécialité du réalisateur : la photographie.

Et Keanu Reeves plutôt que Tom Cruise

Pour le rôle de l'officier du SWAT Jack Traven, Keanu Reeves était loin d'être le premier choix. En effet, le rôle a été initialement écrit pour Stephen Baldwin, puis a ensuite été proposé notamment à Tom Cruise, Tom Hanks, ou encore Wesley Snipes. C'est après avoir été convaincu par Keanu Reeves dans Point Break que Jan de Bont a réussi à l'imposer à la 20th Century Fox. Un tournage par ailleurs spécial pour Reeves, durant lequel il perd son meilleur ami River Phoenix...

Speed est ainsi une belle histoire de cinéma, où ceux qui ont refusé d'y participer ont magnifiquement réussi par ailleurs, comme ceux qui y ont participé. Après Speed, Jan de Bont réalisera Twister, un film catastrophe qui sera lui aussi un grand succès commercial. Pour Keanu Reeves, la consécration arrivera rapidement après avec L'Associé du Diable et Matrix.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.