ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Split : saviez-vous que le thriller de M. Night Shyamalan s'inspirait d'une histoire vraie ?

Split : saviez-vous que le thriller de M. Night Shyamalan s'inspirait d'une histoire vraie ?

En déchéance et disparu de la circulation, M. Night Shyamalan a prouvé qu'il avait encore quelques tours dans son sac. "Split", la suite inattendue d'"Incassable", lui a redonné une vraie crédibilité. Pour cette histoire qui lorgne vers la schizophrénie, le réalisateur s'est inspiré d'une histoire vraie.

Split : quand Shyamalan prolonge l'univers d'Incassable

Deux ans après le modeste et délicieux The Visit, M. Night Shyamalan revenait pour Split. Un thriller avec James McAvoy et Anya Taylor-Joy que l'on savait détenteur d'un twist. Le réalisateur aime prendre un malin plaisir à tout renverser dans le dernier acte avec une révélation inattendue. La surprise, ici, se situait dans sa connexion avec Incassable. L'un de ses premiers films, qui revisite la figure du super-héros sous un angle très intelligent. Split se positionne dans la continuité et ouvre même la porte pour un troisième opus, qui servira de conclusion à une trilogie que l'on n'avait jamais imaginée.

Quand Split débute, on ne sait pas réellement dans quoi on s'engage, le scénario aux allures de thriller étant vraiment autre chose. Il narre les méfaits commis par Kevin Wendell Crumb, un homme atteint de trouble dissociatif de l’identité qui cumule 24 personnalités. L'une d'elles, la plus inquiétante, va le forcer à kidnapper plusieurs jeunes filles. Quand on voit un tel pitch, on ne peut pas déceler le lien avec Incassable mais Shyamalan va réussir ce tour de force de tout connecter avec fluidité et logique. L'interprétation de James McAvoy est aussi l'une des grandes attractions du film. L'acteur arrive à jongler entre les caractères, à imposer une aura inquiétante et dérangeante à chacune de ses apparitions.

Split : saviez-vous que le thriller de M. Night Shyamalan s'inspirait d'une histoire vraie ?

Une histoire vraie très similaire

Alors qu'il aurait pu se contenter de reprendre les personnages de Bruce Willis et Samuel L. Jackson pour faire un Incassable 2 "classique", le réalisateur va chercher l'inspiration pour son scénario dans un fait divers. Quand il prend connaissance des agissements de Billy Milligan, il se dit qu'il y a matière à créer quelque chose. Cet américain est arrêté par la police à la fin des années 70 pour trois viols sur des femmes, perpétrés sur un campus. Un crime évidemment puni par la loi mais il sera jugé non coupable à cause de son trouble dissociatif de l'identité. Comme Kevin, il avait lui aussi 24 personnalités.

Certaines étaient des enfants, des femmes, des profils qui n'ont rien de très menaçants. En revanche, l'une de ses personnalités était un criminel, et quand elle prenait le dessus, Billy commettait ces actes horribles. Ce qui arrivait totalement aléatoirement puisque les différents profils se succédaient sans trop de logique. L'homme n'était plus qu'un pantin, qui se mouvait en fonction de ce que l'une des personnalités voulait. Des études (et le film reprendra cette idée) ont tenté de prouver qu'il se cachait derrière ces personnes pour ne pas avoir à affronter le monde réel, probablement après un ou plusieurs traumatismes.

Split : saviez-vous que le thriller de M. Night Shyamalan s'inspirait d'une histoire vraie ?

Le livre Les Mille et Une Vies de Billy Milligan signé Daniel Keyes a permis de mettre en lumière le trouble dissociatif de l'identité. Cette maladie mentale n'est pas forcément un danger mais elle peut le devenir pour autrui en fonction des cas.

L'auteur a notamment pu se forger une connaissance accrue sur le sujet en réussissant à dialoguer avec plusieurs personnalités de Billy. Il explique que chacune a ses caractéristiques, qui ont souvent rien à voir l'une avec l'autre. Quand l'homme est arrêté pour les viols, les policiers ont une autre personnalité face à eux, ce qui provoque un quiproquo. Ainsi, chaque acte n'est pas assumé par la même personnalité. Quand il tombe entre les mains d'une psychologue, elle le soupçonne d'abord d'être en train de mentir sur un trouble schizophrénique. Elle va cependant se rendre compte que le cas est beaucoup plus compliqué que ça, ce qui va le conduire à être innocenté.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.