ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Star Wars : George Lucas pense que les fans ne comprennent pas sa prélogie

Star Wars : George Lucas pense que les fans ne comprennent pas sa prélogie

Derrière la lucrative franchise Star Wars se cache une relation tendue entre les fans et George Lucas. Le réalisateur a d'abord été adulé, avant de voir son image être renversée. Il revient sur les critiques au sujet de sa prélogie et pense que les fans n'ont pas compris de quoi il était question.

George Lucas et les fans : je t'aime... moi non plus

La position de George Lucas dans le paysage cinématographique est particulièrement fascinante à observer. Moins maintenant, son bébé Star Wars ayant été confié à Disney contre un peu plus de quatre milliards de dollars. Mais quand il était encore décisionnaire, il a connu l'adulation puis la défiance. En 1977, il lance la machine avec Un nouvel espoir et la première trilogie rencontre un vrai engouement populaire. Une communauté de fans commence à se former et à croître. Du monde se passionne pour cet univers riche. George Lucas est à ce moment au sommet, vu comme une idole. Cependant sa notoriété se dégrade quand il donne un coup de jeune à ses films avec des technologies plus modernes. Une grande partie des fans ne comprend pas cette démarche et rien ne s'arrange quand le metteur en scène s'occupe de sa prélogie.

Il avait depuis longtemps envie de raconter une histoire qui tiendrait sur neuf films. Sauf qu'il ne disposait pas encore des moyens financiers et techniques au tout début, le poussant ainsi à raconter les origines de la saga Skywalker plus tard, dans les années 2000. Une majorité s'accorde à dire que la prélogie Star Wars a été une déception, loin d'atteindre la grandeur de ce qui la précède. Cela aura été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase dans l'opposition Lucas/fans. Aujourd'hui, quelques voix arrivent à tempérer les critiques de l'époque. Il ne faut pas tomber dans l'outrance en clamant que tout est à jeter. Que ce soit dans La Menace fantôme, L'Attaque des clones ou La Revanche des Sith, on retiendra des idées, des séquences, des personnages. Mais aussi des ratés, comme Jar Jar Banks, un humour moyen, des dialogues un peu risibles quand il est question d'amour...

Star Wars : Episode II - L'Attaque des clonesStar Wars : Episode II - L'Attaque des clones ©Lucasfilm Ltd.

A-t-on juste pas compris la prélogie ?

George Lucas est revenu sur les critiques chez Syfy et pointe du doigt la mauvaise compréhension des fans. Au lieu d'avouer qu'il aurait pu se planter, il n'hésite pas à leur dire qu'ils ont tort. Pour lui, la romance est "présentée très honnêtement" sans aucune ironie. Il estime même que son intention était bonne car elle correspond à l'ADN Star Wars, qui serait une sorte de "western des années 30 ou une série du samedi matin", quand les films d'aventure étaient pleins de romance. Il pense même que L'Attaque des clones (dans lequel se trouve les passages sur Naboo) est un mélodrame.

On entend ses propos mais on n'oublie pas que George Lucas reste un scénariste moyen dans son ensemble, pas forcément habile quand il faut faire dialoguer ses personnages. On l'admire pour l'ensemble qu'il a su inventer mais moins quand on rentre dans les détails et que l'on regarde l'écriture. Peut-être qu'avec les mêmes intentions et quelqu'un d'autre au scénario, la pilule serait mieux passée.

Afin de prouver que tout a été fait avec sérieux, il revient sur ses méthodes de travail sur le plateau, en dévoilant qu'il collaborait énormément avec ses acteurs pour trouver le meilleur moyen d'aborder les scènes. Une fois que tout était plus ou moins défini, il se laissait le temps de prendre du recul puis ce n'est qu'après que les caméras étaient lancées. On comprend alors qu'il a eu le temps de faire ce qu'il voulait, ce qui rend encore plus volontaire les défauts que l'on a pointé du doigt. La prélogie ne restera pas le seul point noir dans la saga Skywalker, Disney ayant fait un peu n'importe quoi avec la conclusion. Assez pour nous faire réhabiliter les précédents ?

 

Voir aussi

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Safe sur C8 : quelles œuvres ont inspiré le réalisateur pour créer l'atmosphère du film

Dans "Safe", Jason Statham protège une jeune fille qui a un don pour les chiffres. Le réalisateur a voulu donner un souffle 70's à son film.