Star Wars VIII n'a pas déstabilisé la continuité de la trilogie d'après J.J. Abrams

Star Wars VIII n'a pas déstabilisé la continuité de la trilogie d'après J.J. Abrams

D’après J.J. Abrams, qui vient de réaliser "Star Wars IX : L’ascension des Skywalker", "Star Wars : Les Derniers Jedi" ne vient pas déstabiliser la trame générale instaurée par "Le Réveil de la Force".

En 2015 J.J. Abrams relance la saga Star Wars avec un nouvel opus intitulé Le Réveil de la Force. Un épisode VII relativement bien reçu sans totalement convaincre les fans difficiles. Deux ans plus tard, en 2017, Rian Johnson réalise Star Wars VIII: Les Derniers Jedi. Un opus qui divise énormément les aficionados à cause de choix scénaristiques osés qui contredisent la trame installée par le précédent opus. Pourtant d’après J.J. Abrams, Rian Johnson a respecté le plan pour L’Ascension des Skywalker

Des choix conscients de la part de Rian Johnson ?

Pour résumer simplement, Star Wars VIII n’a pas fait consensus, divisant ceux qui estiment que les choix de Johnson sont originaux et courageux, et ceux qui pensent que le cinéaste a simplement cherché à modifier la trilogie et mettre des bâtons dans les roues de Abrams. Avec Le Réveil de la Force, J.J. Abrams a mis en place certaines intrigues sous-jacentes telles que l’identité des parents de Rey, les raisons de l’exil de Luke, le rôle de Snoke, ou encore les motivations de Kylo Ren. Bref des thématiques plutôt claires.

Puis en 2017 débarque Rian Johnson avec comme mission personnelle de déconstruire tout le découpage mis en place par son prédécesseur. Il fait des choix courageux ou incohérents, étonnants ou stupides, selon les avis. Le cinéaste décide de sous entendre qu’on ne découvrira pas la véritable identité de Rey, ni ses origines, que les raisons de l’exil de Luke sont assez sommairement racontées avant de se débarrasser du personnage et enfin que Snoke se fait exécuter sans autre forme de procès et sans grand coup d’éclat. Bref des décisions retentissantes en désaccords avec la ligne directrice proposée par J.J. Abrams. Pour aller encore plus loin, il décide de conserver le personnage de Leïa alors que son interprète Carrie Fisher est décédée récemment. De quoi laisser un beau bordel à J.J. Abrams, et pourtant celui-ci affirme que tous ces choix scénaristiques étaient prévus.

Dans une interview avec ET Canada, lors de l’expo D23, J.J. Abrams a présenté l’évolution du récit de la trilogie, affirmant que Les Derniers Jedi ne s’écartait pas autant que certains veulent l’affirmer:

L’histoire que nous racontons, l’histoire que nous avons commencé à concevoir lorsque nous avons fait Le Réveil de la Force a été logiquement prolongée. L’épisode VIII n’a pas vraiment déraillé, en tout cas pas de manière dramatique.

Une déclaration qui vient contredire certaines affirmations d’autres artistes, comme Rian Johnson, qui assurait pendant la production de Les Derniers Jedi, qu’aucun plan n’était pré-établi, et qu’il avait donc une grande liberté créative. Pour autant certains faits viennent confirmer les dires de J.J. Abrams car dans Le Réveil de la Force, le personnage de Maz Kanata affirme à Rey que ses parents ne reviendront pas. Quant à Snoke, il a été effacé pour laisser de la place au retour de Palpatine.

J.J. Abrams avait communiqué dès le départ que l’écriture de Les Derniers Jedi n’aurait pas d’incidence sur celle de L’Ascension des Skywalker, et qu’il rendrait hommage aux décisions de Rian Johnson. De toute façon, la meilleure intention à prendre pour Abrams est de suivre les propositions de Johnson pour éviter trop de différences entre les opus de la trilogie et de garder une suite logique. Quoi qu’il en soit il est plaisant et rassurant pour Star Wars IX de voir que J.J. Abrams était préparé à ces changements importants, et qu’il a écrit son histoire en conséquence. Réponse le 18 décembre prochain.

 

Voir aussi

Les Compères : cette décision de Francis Veber qui a

Les Compères : cette décision de Francis Veber qui a "déçu" Pierre Richard

"Les Compères" est le premier film de Francis Veber où un dénommé François Pignon apparaît. Et face au succès de la comédie, puis de celui de "Les Fugitifs", Pierre Richard se convainc que le personnage lui appartient.