Sueurs froides : comment Hitchcock a créé "l'effet Vertigo" ?

Un effet souvent réutilisé depuis

Sueurs froides : comment Hitchcock a créé "l'effet Vertigo" ?

"Sueurs froides" (ou "Vertigo" en VO) est l'un des plus célèbres films d'Alfred Hitchcock. Pour ce film, le réalisateur pu enfin mettre au point un effet de caméra auquel il songeait depuis des années : l'effet Vertigo.

Sueurs froides, une passion destructrice par Alfred Hitchcock

Alfred Hitchcock fut un des réalisateurs les plus importants pour le cinéma moderne. Une référence pour bon nombre de cinéastes. On retient souvent de lui sa maîtrise du suspense. William Friedkin dira même de lui qu'il a "inventé le suspense au cinéma". Mais Hitchcock a surtout toujours su trouver le parfait équilibre entre tension et humour, entre sa vision d'auteur et un cinéma de divertissement. Si parmi ses films les plus connus on pense à Psychose ou Les Oiseaux, Sueurs froides reste l'un de ses plus beau et tragique. Un film qui joue avec nos attentes et notre rapport au personnage principal interprété par James Stewart. Un faux héros, un temps motivé par une forme de romantisme avant de se révéler aussi manipulateur que manipulable.

Sueurs froides
Sueurs froides ©Paramount Pictures

L'histoire suit John Ferguson, un ancien policier qui a quitté ses fonctions après une course poursuite tragique sur les toits. Depuis, il est atteint de vertiges dès qu'il se retrouve un peu trop en hauteur. Il est tout de même engagé par un ancien camarade qui lui demande de suivre son épouse car il la croit possédée par l'esprit de son arrière-grand-mère. John va donc observer Madeleine (Kim Novak) et finalement se rapprocher d'elle. Seulement, en dépit de leurs sentiments, Madeleine décide se suicide du haut d'un clocher. John assiste à la tragédie, incapable de la sauver car paralysé par son acrophobie dans la cage d'escalier du clocher.

L'effet Vertigo, c'est quoi ?

Ce moment si important dans le film, où James Stewart reste paralysé dans les escaliers et ne parvient pas à rejoindre Kim Novak, a été immortalisé par l'effet Vertigo utilisé (également appelé travelling contrarié ou Dolly Zoom). Un effet de caméra qui donne la sensation de reculer tout en faisant se rapprocher les éléments de devant. Pour cela, il suffit d'effectuer un travelling arrière combiné à un zoom avant.

Alfred Hitchcock a imaginé cela en repensant à une soirée, au bal de Chelsea Art à l'Albert Hall de Londres, où il s'est "saoulé terriblement" comme il l'expliquait en entretien avec François Truffaut. Il a alors eu la sensation que tout s'éloignait de lui. Comme quoi, bien que l'alcool est à consommer avec modération, il a parfois du bon.

Comment Hitchcock l'a créé ?

En soit, l'effet est assez simple à réaliser. Il s'agit juste de faire reculer la caméra tout en zoomant avec l'objectif. Mais, à l'époque, cela n'était pas si évident. Hitchcock aura même mis quinze ans à le faire puisqu'il y avait initialement pensé pour le film Rebecca (1940).

En tournant Rebecca, quand Joan Fontaine doit s'évanouir, je voulais montrer qu'elle éprouve une sensation spéciale, que tout s'éloigne d'elle avant sa chute. J'ai voulu obtenir cet effet dans Rebecca mais en vain, car voici le problème : le point de vue restant fixe, la perspective doit s'allonger. J'ai pensé à cela pendant quinze ans.

Sueurs froides
Sueurs froides ©Paramount Pictures

Finalement, c'est en 1958, pour Sueurs froides, que le réalisateur a pu mettre au point cet effet, mais non pas sans un peu de malice. En effet, ayant cette fois à disposition une Dolly (qui permet de mettre une caméra sur des rails), le cinéaste pouvait en même temps utiliser le zoom. Cependant, le coût pour une telle opération était encore trop cher car le plan en question est filmé dans la cage d'escalier du clocher.

J'ai demandé : combien cela me coûtera-t-il ? Cinquante mille dollars. Pourquoi ? Parce que nous devons mettre la caméra tout en haut de l'escalier et échafauder tout un système pour soulever la caméra, la maintenir dans le vide, établir un contrepoids, etc.

Et c'est là qu'Hitchcock a fait preuve d'ingéniosité en répondant à son technicien :

Il n'y a pas de personnage dans cette scène, c'est un point de vue. Pourquoi ne pas construire une cage d'escalier en maquette, la poser horizontalement sur le sol et faire notre prise de vues travelling-zoom à plat ? Cela n'a coûté que dix-neuf mille dollars.

Une sacré ristourne, et l'effet Vertigo est né, rendant ainsi Sueurs froides un peu plus légendaire. Bien que visible seulement quelques secondes dans le film, ce fut une référence pour les réalisateurs qui ont suivi et ont usé de cette même méthode. Comme par exemple Steven Spielberg dans Les Dents de la mer.

 

Voir aussi

Incassable : qu'est devenu le projet

Incassable : qu'est devenu le projet "Incassable 2" ?

En 2000, juste après « Sixième Sens », M. Night Shyamalan réalise un autre de ses grands classiques avec « Incassable ». Avant que « Split » ne vienne au monde, le réalisateur voulait mettre en scène « Incassable 2 ». Voici ce qu'est devenu le projet.