Valérian et la Cité des mille planètes sur TF1 : découvrez les points communs avec Le Cinquième Élément

Luc Besson a finalement fait des références à son propre travail

Valérian et la Cité des mille planètes sur TF1 : découvrez les points communs avec Le Cinquième Élément

Plus grosse production de l'histoire du cinéma français, "Valérian et la Cité des mille planètes" contient plusieurs références à "Le Cinquième Élément", l'autre gros film de science-fiction réalisé par Luc Besson.

Valérian et la Cité des mille planètes : un blockbuster français

Luc Besson a souvent eu des ambitions trop grandes par rapport à l'industrie française. Ce n'est pas étonnant qu'il ait autant fricoté avec les Américains après ses débuts chez nous. 20 ans après Le Cinquième Élément, il remet en scène un vaste univers de science-fiction dans Valérian et la Cité des mille planètes. Une oeuvre tirée de la bande dessinée française de Jean-Cause Mézières et Pierre Christin. L'intrigue du long-métrage se déroule au 28e siècle et présente le duo formé par Valérian (Dane DeHaan) et Laureline (Cara Delevingne). Deux agents qui travaillent au sein des différents territoires humains pour s'assurer du maintien de l'ordre. Quand le gouvernement leur demande de se rendre sur la planète Alpha, ils vont découvrir qu'une terrible menace pèse sur les épaules de l'univers.

Valerian et la Cité des mille planètes
Valerian et la Cité des mille planètes ©Europacorp

Un naufrage commercial

Valérian et la Cité des mille planètes a été un énorme coup de poker pour Luc Besson, qui a pensé pouvoir se frotter aux blockbusters américains en essayant d'initier une saga sous une bannière française. Le film a disposé d'un budget fou de 197 millions d'euros. Ce qui en fait la production la plus chère de l'histoire du cinéma en France. Les coûts engagés sont dingues et, malheureusement, le score au box-office a été un désastre. Avec seulement 225 millions de dollars remportés dans le monde, le bilan a été décevant. EuropaCorp, société de Luc Besson, n'est pas parvenue à rembourser sa mise de départ. Une procédure de sauvegarde est engagée par la suite pour répondre à cet échec.

Valerian et la Cité des mille planètes
Valerian et la Cité des mille planètes ©Europacorp

Plusieurs références à Le Cinquième Élément

La facture est salée mais le résultat à l'écran se tient plus qu'honorablement. Valérian et la Cité des mille planètes est un agréable film de science-fiction avec un univers solide. On peut lui reprocher les mêmes défauts qu'à Le Cinquième Élément, avec un scénario qui est l'un des principaux points faibles. D'ailleurs, Luc Besson a glissé quelques références à cet autre film dans Valérian.

Un comportement peu étonnant car, lorsqu'il fait Le Cinquième Élément, le metteur en scène s'inspire justement des bandes dessinées Valérian. L'un des exemples les plus frappants est le design de la ville de New York City. Cette dernière a été créée en puisant l'inspiration dans le cinquième volume de Valérian, Les Cercles de Pouvoir. Au moment de s'attaquer à une adaptation officielle, il semblait logique pour Luc Besson de continuer à tracer des ponts entre les deux films.

C'est ainsi que lors du passage dans le Big Market, le chasseur de primes qui suit le personnage principal s'appelle Korben. Un nom qui est inspiré de Korben Dallas, celui que porte Bruce Willis dans Le Cinquième Élément. Toujours dans cette séquence, Laureline dit à un personnage qu'il a un joli chapeau. Korben Dallas en faisait de même à l'époque et si l'on peut parler de référence, c'est car Mathieu Kassovitz incarne à chaque fois celui qui reçoit ce compliment. Mais, par-dessus tout, la référence la plus évidente entre les deux films est forcément leur fin. On y voit les deux personnages principaux en train de partager une scène d'amour.

 

Voir aussi

Grégoire Ludig et David Marsais (Palmashow) :

Grégoire Ludig et David Marsais (Palmashow) : "Mandibules c'est absurde mais ça a une logique"

À l'occasion de la sortie de "Mandibules", le nouveau film de Quentin Dupieux, nous avons rencontré Grégoire Ludig et David Marsais, duo comique du Palmashow. Dans le film, ils interprètent Manu et Jean-Gab qui apprivoisent une mouche géante. Des personnages "simplets" jouissifs à interpréter.