Vives réactions du public à We Are What We Are en compétition à Deauville

Vives réactions du public à We Are What We Are en compétition à Deauville

La projection vendredi d'un film d'épouvante en compétition au 39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2013 a suscité de vives réactions du public, mêlant sifflets, applaudissements dans une salle de 1 500 personnes, a constaté l'AFP.

We are what we are de Jim Mickle raconte l'histoire de deux jeunes filles victimes du mode de vie sectaire de leur père adepte de cannibalisme. Il a aussi fait partie des 21 films sélectionnés pour la 45ème Quinzaine Des Réalisateurs Cannes 2013 en mai.

La scène finale de we are what we are a suscité à la fois rire, sifflements et applaudissements. " Dehors le réalisateur ", a même lancé un spectateur. Certains sont sortis avant la fin. " Tomber dans une telle médiocrité ", entendait-on à la sortie.
" C'est une des plus belles scènes que j'ai jamais vues ", a revanche dit au réalisateur un " habitué des films gore " lors de la conférence de presse qui a suivi la projection.

Invité à réagir aux réactions du public, le réalisateur a répondu qu'il pensait que les rires traduisaient l'embarras, qu'il trouvait ça normal, mais que le film ne pouvait se terminer autrement.

" C'est un film qui pose la question 'sommes nous ce que nous sommes ou ce que l'on nous dit d'être ?', vu à travers le spectre de la religion. Quand on enseigne quelque chose à quelqu'un petit, ça devient normal pour lui ", a déclaré le jeune réalisateur dont c'est le troisième film.
" J'ai toujours voulu faire un film d'horreur sur les mormons, montrer comment un homme peut raconter une histoire, quelques personnes y croient, et puis un peu plus de personnes, et puis, plusieurs années plus tard, vous vous retrouvez avec un candidat aux élections présidentielles qui y croit ", a dit le réalisateur. Mitt Romney, le candidat républicain aux présidentielles américaines de 2012 était mormon.

(6 Septembre 2013 - AFP)

 

Voir aussi

La Maison : Ana Girardot et Anissa Bonnefont nous racontent les coulisses du drame sulfureux

La Maison : Ana Girardot et Anissa Bonnefont nous racontent les coulisses du drame sulfureux

Ana Girardot est une jeune écrivaine qui souhaite écrire sur les maisons closes dans "La Maison", et qui décide d'en intégrer une à Berlin pour son ouvrage. La comédienne, sa partenaire Aure Atika et la réalisatrice Anissa Bonnefont nous ont parlé de cette adaptation de l'ouvrage d'Emma Becker au Festival de Saint-Jean-de-Luz.