Will Smith & Spielberg, vieux garçons ?

Après l’annonce hier du remake du film coréen Die Bad, c’est au tour du génial et ultra violent Old boy de se faire recuisiner à la sauce américaine ! Si les scénaristes d’Hollywood ont repris le travail, il semble que ce soit au tour de l’imagination et de la création d’être en grève aux USA. Bref…

Le film de Park Chan Wook suit la vengeance d’un homme qui, après avoir été kidnappé et enfermé pendant 15 ans, sans motif apparent, va devoir trouver celui qui lui a gâché (et le mot est plutôt faible) sa vie. Bref, une histoire de vengeance à la Kill Bill (volume 1), qui a été appréciée par Quentin Tarantino, président du Festival de Cannes 2004, et donc logiquement récompensé par le Grand Prix du Jury.

La plutôt bonne nouvelle, c’est que le remake devrait être réalisé par le grand, l’unique, la star Steven Spielberg ! Et le rôle principal sera tenu par le plus grand, plus unique, plus star, plus drôle : Will Smith ! Qui a un certain potentiel dramatique et sérieux, comme on a pu le voir dans Je suis une légende (au moins dans la première partie). Parce qu’un Old boy comique, ça ne va pas le faire. Mais qu’on se rassure, Will sait manier les armes en tout genre (Bad boys, Men in black).

Enfin, si j’étais celui qui avait kidnappé Will Smith, je commencerai à me trouver une planque au fin fond de la forêt amazonienne, en priant que Will ait peur des mygales ou des serpents. Parce qu’être poursuivi par celui qui a bousillé un vaisseau spatial allien d’une main et en fumant un cigare, ou qui a déglingué tous les zombies de New York, ou qui est un roi de la boxe, c’est assez flippant.

=> Toutes les infos sur Old Boy
=> Toutes les infos sur Will Smith
=> Toutes les infos sur Steven Spielberg

A. L. E. (Le 07 Novembre 2008 – Avec Variety)

 

Voir aussi

Venom 2 : on décrypte la scène post-générique !

Venom 2 : on décrypte la scène post-générique !

« Venom : Let There Be Carnage » débarque enfin au cinéma. L’occasion de se concentrer sur un élément traditionnel des films Marvel : la scène post-générique. Une séquence lourde de sens qu’on décrypte ici.