ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Zodiac : un mystérieux message décrypté 50 ans plus tard

Zodiac : un mystérieux message décrypté 50 ans plus tard

En 2007, David Fincher nous plongeait dans l’enquête sur l’un des plus célèbres serial killers de tous les temps avec "Zodiac". Et plus de 50 ans après son envoi au San Francisco Chronicle, un message codé envoyé par le célèbre tueur vient d’être déchiffré.

Le tueur du Zodiaque vu par David Fincher

Le tueur du Zodiaque a fasciné de très nombreux amateurs d’enquêtes depuis ses premiers crimes dans les années 60. En 2007, David Fincher lui a même consacré un film. L’histoire de Zodiac se déroule donc dans la Californie des années 60 et 70, lorsque le célèbre tueur en série a commencé à envoyer des lettres pour revendiquer ses assassinats à différents journaux, dont le San Francisco Chronicle. L’intrigue suit Robert Graysmith, jeune dessinateur de presse au Chronicle, qui se met en tête d’aider Paul Avery, son collègue spécialise des affaires criminelles, lorsque la première lettre arrive au journal. Mais Graysmith devient vite obsédé par la recherche de la vérité sur l’identité du serial killer. Pendant de longues années, il va tenter de le démasquer...

Zodiac
Zodiac © Paramount Pictures / Warner Bros / Phoenix Pictures

C’est Jake Gyllenhaal qui interprète Robert Graysmith dans le long-métrage réalisé par David Fincher, tandis que Paul Avery y est campé par Robert Downey Jr. Mark Ruffalo y joue David Toschi, l’inspecteur chargé de l’enquête sur le tueur, et que Graysmith tente d’aider. Anthony Edwards incarne quant à lui l’inspecteur William Arsmtrong, le partenaire de Toschi.

Trois détectives amateurs résolvent le mystère du « Cipher 340 »

51 ans après avoir été envoyé au journal pour lequel travaillaient Robert Graysmith et Paul Avery, un message chiffré du tueur du zodiaque vient enfin d’être décrypté. Connu sous le nom de « Cipher 340 » du fait de son nombre de caractères, il avait acquis une certaine notoriété pour sa complexité et l’incapacité des enquêteurs et détectives amateurs à le déchiffrer pendant toutes ces années. Comme le révèle le San Francisco Chronicle, trois détectives amateurs sont ainsi enfin parvenus à déchiffrer la lettre qui avait été envoyée au même journal en novembre 1969.

Cipher 340
Cipher 340 © AP

Et le message donne une idée de l’état d’esprit du tueur. Ce dernier révèle surtout ne pas avoir peur de la mort et il y fait notamment référence à une émission de télévision au cours de laquelle une personne avait appelé au téléphone en prétendant être lui. L’homme en question avait alors dit avoir peur d’être envoyé dans une chambre à gaz. Et si le serial killer n’y donne aucun indice sur son identité dans le Cipher 340, il provoque ses lecteurs. Le message est à glacer le sang :

J’espère que vous vous amusez bien à essayer de m’attraper. Ce n’était pas moi dans l’émission de télévision ce qui m’amène à vous dire que je n’ai pas peur de la chambre à gaz parce qu’elle m’enverra plus vite au paradis, parce que j’ai maintenant assez d’esclaves pour travailler pour moi là où tous les autres n’auront rien quand ils arriveront au paradis, donc ils ont peur de la mort. Je n’ai pas peur de la mort parce que je sais que ma nouvelle vie sera facile au paradis. La vie c'est la mort.

Toujours d’après le journal pour lequel travaillaient les protagonistes du film de Fincher, c’est la deuxième fois qu’un message chiffré du célèbre tueur est déchiffré. Le premier, plus long et envoyé en plusieurs parties au Chronicle, mais aussi au San Francisco Examiner et au Vallejo Times-Herald, avait été déchiffré par un enseignant de Salinas et sa femme. L’enquête du tueur du zodiaque, qui avait revendiqué 37 victimes en tout, est toujours ouverte dans la division de San Francisco du FBI.

Si vous voulez en savoir plus sur la méthode des trois détectives, la vidéo explicative est disponible ci-dessous :

 

Voir aussi

Parasomnia Productions : un nouveau label de films de genre français voit le jour

Parasomnia Productions : un nouveau label de films de genre français voit le jour

Bonne nouvelle pour les amateurs de films de genre ! Un nouveau label vient de voir le jour en France : Parasomnia Productions. Et un appel à projets est lancé !