Une intelligence artificielle met les visages de stars sur des vidéos porno

Une intelligence artificielle met les visages de stars sur des vidéos porno

Un petit malin habile avec les technologies a réussi l'exploit d'importer le visage de ses stars fétiches sur les corps d'actrices et acteurs de x. Réalisant alors tous ses fantasmes et bien plus encore.

Quoi, les stars Daisy Ridley (la saga Star Wars) et Gal Gadot (Wonder Woman) auraient joué dans des films à caractère pornographique ? Vous ne rêvez pas, c'est bien ce qui agite la toile depuis quelques jours - et pourtant les choses ne sont pas aussi simples que cela. En réalité, et sans doute l'aurez-vous deviné, il s'agit de simples montages, mais réalisés avec maestria. De quoi réaliser bien des fantasmes... Au détriment des actrices et acteurs concernés.

Daisy Ridley dans un film x (ou presque). Capture d'écran mono job.

Emma Watson et Jessica Alba façon x

Les faits sont rapportés par nos confrères de Vice, qui indiquent que l’utilisateur derrière ces vidéos utiliserait "deepfake" comme pseudonyme. Si certains apprécieront le jeu de mots à la connotation sexuelle plus qu'évidente, d’autres comprendront la référence au "deep learning", soit la technologie d’intelligence artificielle qui permet à un algorithme de reconnaître quelque chose à partir de données enregistrées.

C’est avec cette méthode ainsi que des petits logiciels amateurs que "deepfake" aurait créé ces films confondant de réalisme, on l’on jurerait que nos comédiens préférés ont succombé au côté obscur du cinéma. Parmi les victimes, Gal Gadot et Daisy Ridley donc, mais aussi Emma Watson (ici) ou encore Jessica Alba. Et les résultats font souvent froid dans le dos, pour le meilleur… et pour le pire. On vous laisse juger.

Jessica Alba dans un film x (ou presque). Capture d'écran.

 

Voir aussi

Dancer in the Dark : le calvaire de Björk sur le tournage

Dancer in the Dark : le calvaire de Björk sur le tournage

Même si elle a raflé à Cannes le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "Dancer in the Dark" de Lars von Trier en 2000, Björk a vécu un cauchemar sur le tournage, allant même jusqu'à accuser le réalisateur de harcèlement sexuel, 17 ans plus tard.