Adam McKay (Don't Look Up) : "La science est notre Excalibur !"

Rencontre avec le réalisateur de la meilleure comédie de l'année

Adam McKay (Don't Look Up) : "La science est notre Excalibur !"

Après "The Big Short" et "Vice", Adam McKay revient de manière flamboyante à son premier amour, la comédie. Mais "Don't Look Up" nous fait rire pour aussi nous inviter à réfléchir. Le monde court-il à sa perte ? C'est une des questions qu'on a pu poser au réalisateur américain, partagé, comme son film, entre le rire et l'inquiétude sur la situation.

Adam McKay, père Noël et père Fouettard

C'est le film-événement de la fin d'année ! Drôle et grinçant, spectaculaire et généreux, Don't Look Up est le beau cadeau de Noël de Netflix, mais on pourrait dire aussi : un beau cadeau empoisonné. En effet, les thèmes du film sont ceux de notre temps : la négation des vérités scientifiques, l'individualisme forcené, et une crise environnementale qui menace à terme la sauvegarde de l'humanité. Don't Look Up est une comédie très drôle, servie par un casting brillant, mais le film offre aussi une critique glaçante de nos comportements. On en a parlé avec son réalisateur, Adam McKay !

Don't Look Up
Adam McKay ©Dimitrios Kambouris/Getty Images for Netflix

Rencontre avec un réalisateur enthousiaste (et inquiet)

Don't Look Up est ce genre d'expérience où l'on commence par rire avant de finir assez effrayé. Faut-il rire pour se rassembler face à la catastrophe ?

Adam McKay : C'est ce que nous avons essayé de faire ! Essayer de capturer la sensation d'être vivant aujourd'hui : un jour je vais rire de nos comportements ridicules, un autre je vais en être très inquiet. J'ai essayé de mettre tout ça dans le même film. Mais, par ailleurs, nous pensions aussi que le fou rire, la grande émotion, c'était quelque chose que nous n'avions pas eue dans une comédie depuis longtemps. Il y aussi l'idée que ce soit un film pour le monde entier. Que tous, ensemble, sans considération des opinions politiques ou croyances religieuses de chacun, nous pourrions nous retrouver sur le fait que le monde est complètement bouleversé en ce moment. C'est l'idée de Don't Look Up.

Mais vous devriez être effrayé, je devrais être effrayé, parce que la crise climatique est la plus grande menace de l'histoire de l'humanité. Et trop souvent, dans nos médias, je ne vois ni n'entends pas l'urgence de cette situation. Je voulais donc parler de cette urgence.

Don't Look Up
Don't Look Up ©Netflix

Votre film raconte un déni, une incapacité des individus et des collectifs à prendre acte de la situation. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Je crois qu'en tant qu'humains, et je m'inclus évidemment dedans, nous ne sommes pas très bons quand il s'agit d'appréhender les grandes menaces, à bien saisir les choses quand leur échelle est très grande, quand le problème est systémique. Nous sommes plutôt très bons quand il s'agit de craindre un ours, un serial killer, ou un braqueur de banques.

Mais quand quelqu'un vole toutes les banques, quand quelqu'un vole tous les contribuables, ou quand des entreprises détruisent toute l'atmosphère, c'est très difficile pour nous d'en faire des histoires, de raconter ça. On le voit très bien avec les médias, qui n'arrivent pas à faire de récit sur la crise climatique, alors que la menace est immense et l'urgence totale.

Est-ce pour cette raison que Leonardo DiCaprio a rejoint le projet ? Ce n'est pas vraiment un acteur qu'on voit dans le registre de la comédie, même si celle-ci est satirique.

Il est passionné et préoccupé par la question climatique. Et, dieu le bénisse, Don't Look Up est une grosse comédie et jamais je n'aurais imaginé avoir Leonardo DiCaprio pour ça. Mais il a compris ce que j'essayais de faire, en rassemblant tous ces formidables acteurs et actrices, rire mais aussi ressentir ensemble cette urgence. Il a donc rejoint l'aventure et s'est investi à fond, dans un rôle jamais vu auparavant. C'était vraiment un délice de le voir devenir le professeur Mindy.

Don't Look Up
Don't Look Up ©Netflix

Don't Look Up ne propose pas un dénouement particulièrement optimiste. Pensez-vous néanmoins qu'il y a encore un espoir de survie pour l'espèce humaine ?

Oui, il y en a encore ! C'est vrai que Don't Look Up énonce un avertissement, une mise en garde, mais cette mise en garde est là pour signifier l'urgence. La bonne nouvelle, c'est que nous avons la science, des énergies renouvelables, des outils pour capturer le carbone, et tout ça n'a besoin que d'être techniquement amélioré.

Le problème auquel il faut cependant s'attaquer, c'est encore le peu de conscience de la situation et l'absence de passage à l'action. Pour différentes raisons, on ne dépasse pas encore cet obstacle. La science est puissante, c'est notre Excalibur ! Et elle ne demande qu'à être utilisée, ce que malheureusement on ne fait pas pour le moment...

Propos recueillis et traduits par Marc-Aurèle Garreau.

 

Voir aussi

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) :

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) : "C’est une période qui me hantera toujours"

Nous avons rencontré Sandrine Kiberlain, lors de la présentation à Bordeaux de son premier long-métrage très réussi "Une jeune fille qui va bien". Elle a évoqué avec nous sa nécessité de faire un film sur ce sujet qui la hante, son rapport à l’écriture d’un scénario et son plaisir à diriger les acteurs.