Alba Gaïa Bellugi (Inexorable) : "Ce qui me plaît c'est la création"

Portrait d'une jeune comédienne

À l'occasion de la sortie d'Inexorable le 6 avril au cinéma, nous avons rencontré Alba Gaïa Bellugi. Retour avec elle sur son parcours et son approche du métier d'actrice.

Les débuts d'Alba Gaïa Bellugi

Avec un père comédien et une mère costumière, on peut dire qu'Alba Gaïa Bellugi a baigné dans le milieu depuis toujours. Très jeune, elle fait ses premiers pas sur les planches avant de se retrouver à dix ans devant la caméra de François Ozon pour Le Temps qui reste. Une première expérience, mais pas la dernière, loin de là. Après des apparitions dans Intouchables (2011) ou encore chez Claude Miller avec Thérèse Desqueyroux (2012), la jeune comédienne est véritablement révélée grâce à la mini-série 3x Manon (2014).

Pourtant, il aura fallut du temps avant qu'Alba Gaïa Bellugi ne se sente véritablement actrice, comme elle nous l'a confié en interview.

J'ai fait un conservatoire en Angleterre il y a trois ans (2019). C'est à ce moment là que je me suis dis que c'était vraiment ce que je voulais faire.

Au premier plan d'Inexorable

En plus des réalisateurs précédemment cités, Alba Gaïa Bellugi a été dirigée par Alain Resnais, Éric Rochant (elle est la fille de Mathieu Kassovitz dans Le Bureau des légendes) et désormais Fabrice Du Welz avec Inexorable. Mais cette fois, c'est bien elle qui porte le long-métrage. Elle y joue Gloria, une jeune fille l'air un peu perdu qui va bouleverser la vie d'une famille bourgeoise incarnée par Benoît Poelvoorde et Mélanie Doutey. Un rôle d'apport compliqué à aborder pour la comédienne :

C'était difficile parce que je ne comprenais pas bien le personnage. J'arrivais pas à comprendre d'où il venait, pourquoi il agissait comme ça. Mais ce qui m'a plu justement c'était de décortiquer sa logique à elle.

Inexorable
Inexorable ©The Jokers

A l'inverse, les scènes de violence, qu'on pourrait supposer être les plus difficiles, sont justement ce qui lui plait le plus. Des séquence tellement loin d'elle qu'elle y trouve "quelque chose d'assez cathartique".

Sa prestation est à retrouver dans Inexorable à partir du 6 avril dans les salles. Retrouvez ici notre critique du film, et l'interview complète dans la vidéo en une d'article.

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...