Djimon Hounsou (The King’s Man) : "Je n’ai jamais eu à relever un aussi gros défi"

L'acteur nous raconte son expérience

Djimon Hounsou (The King’s Man) : "Je n’ai jamais eu à relever un aussi gros défi"

Dans "The King’s Man : Première Mission", Djimon Hounsou prête ses traits à Shola, espion aguerri et d’une loyauté sans faille envers le duc d’Oxford. À l’occasion de la sortie du préquel, rencontre avec le comédien, qui a relevé l’un des plus gros challenges de sa carrière pour les scènes d’action.

The King’s Man : naissance d’une agence de choc

En 2015, Matthew Vaughn présente une agence d’espions britanniques avec Kingsman : Services secrets, adaptation de la bande dessinée éponyme de Mark Millar. Après le retour de l’équipe de choc formée par Colin Firth, Taron Egerton et Mark Strong dans Kingsman : Le Cercle d'or en 2017, le cinéaste se penche désormais sur les origines de ces redoutables tailleurs londoniens avec The King’s Man : Première Mission.

Dans ce préquel, le duc d’Oxford (Ralph Fiennes) combat au cours de la Première Guerre mondiale une mystérieuse confrérie, à laquelle appartient notamment l'inquiétant Raspoutine (Rhys Ifans). Pour mener à bien sa mission, le duc peut compter sur son fils Conrad (Harris Dickinson), ainsi que sur les fidèles Polly (Gemma Arterton) et Shola. Incarné par Djimon Hounsou, ce dernier fait preuve d’une loyauté sans faille et enchaîne les situations explosives tout au long du film. Rencontre avec le comédien connu pour Gladiator et Blood Diamond, qui admet avoir souffert pour répondre aux exigences de Matthew Vaughn.

The King's Man : Première Mission
The King's Man : Première Mission © 20th Century Studios

Rencontre avec Djimon Hounsou

Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre la franchise ?

Djimon Hounsou : Premièrement, je dirais le réalisateur, Matthew Vaughn, et l’envie de travailler avec un cinéaste aussi talentueux. Mais aussi les précédents films de la franchise, qui avaient instauré le ton.

Matthew Vaughn a effectivement un ton très singulier. Comment est-ce de travailler avec lui ?

D. H. : C’est très gratifiant. Les personnes avec lesquelles on est amenés à travailler peuvent alimenter votre art. Avec le temps, les collaborations avec certains réalisateurs continuent de vous accompagner. C’est le cas ici.

Vous formez une équipe très touchante avec Ralph Fiennes, Gemma Arterton et Harris Dickinson. Comment avez-vous développé la complémentarité au sein de cette équipe ?

D. H. : Je pense que tout était dans l’écriture. Si l’écriture sonne faux, tout peut tomber à l’eau. Donc je dirais que l’écriture, le script et le passé de tous ces personnages ont contribué, ont enrichi et nous ont aidés dans notre collaboration et dans notre manière d’interagir les uns avec les autres.

The King's Man : Première Mission
The King's Man : Première Mission © 20th Century Studios

Le plus gros challenge était les scènes d’action ?

D. H. : Ah oui certainement ! Avant ça, j’ai fait un certain nombre de films d’action mais je n’ai jamais eu à relever un aussi gros défi au niveau des exigences physiques. Évidemment, je n’étais pas dans les deux films précédents et je ne savais pas comment Matthew Vaughn travaille. Je ne savais pas qu’il est aussi pointilleux au niveau de l’action, et à quel point il les élabore en détails. Donc oui, ce film était douloureux, ça ne fait aucun doute, mais le résultat est absolument gratifiant.

Quelle était la scène la plus dure à tourner ? Je pense au final mais aussi au combat contre Raspoutine.

D. H. : Oui, le combat contre Raspoutine était probablement la scène de combat la plus difficile que j’aie jamais eue à tourner. Nous avons surmonté un grand nombre de défis pour celle-ci mais, apparemment, vous avez apprécié ce que vous avez vu, non ?

Oui, cette scène est incroyable. Ces dernières années, vous êtes apparus dans plusieurs franchises. Fast & Furious, Les Gardiens de la Galaxie… En quoi Kingsman et le préquel sont-ils différents selon vous ?

D. H. : C’est très différent de tout ce que j’ai pu faire. Là, même s’il y a deux films précédents, The King’s Man est un film autonome. Celui-ci laisse entrevoir ce qui pourra se passer par la suite. Pour le moment, on ne sait pas encore ce qu’il va se passer. Mais il y a tellement de place dans l’Histoire, on peut encore jouer avec.

The King’s Man : Première Mission, en salle le 29 décembre 2021. Découvrez ci-dessus la bande-annonce.

 

Voir aussi

Vice-Versa : ces séquences ont été modifiées d'un pays à l'autre

Vice-Versa : ces séquences ont été modifiées d'un pays à l'autre

En 2015, le studio Pixar propose une toute nouvelle création : « Vice-Versa ». Une œuvre inédite qui n'est pas issue d'une saga, qui se concentre sur les émotions d'une petite fille. Dans sa tête évoluent cinq émotions majeures : joie, colère, tristesse, peur et dégoût. Mais saviez-vous que le long-métrage est un peu différent d'un pays à l'autre ?