Noomi Rapace : "Avec Lamb je suis revenue là où tout a commencé pour moi"

Rencontre avec l'actrice Noomi Rapace

Noomi Rapace : "Avec Lamb je suis revenue là où tout a commencé pour moi"

Noomi Rapace nous parle de son nouveau film "Lamb" dans lequel elle interprète une femme en deuil décidée d'élever comme son enfant une étrange créature, mi-humain, mi-agneau.

Lamb, une étrange histoire portée par Noomi Rapace

On l'a connue en hackeuse gothique dans la trilogie Millénium, en partenaire de Sherlock Holmes, en archéologue de l'espace dans Prometheus, et elle a même été sept sœurs dans Seven Sisters. Noomi Rapace est une actrice qu'on n'oublie pas. Un visage qui marque et dégage une grande délicatesse, parfois même une certaine fragilité. Pourtant, la comédienne, née en Suède mais qui a grandi en Islande, est loin d'être une petite chose fragile. Bien au contraire.

Nous en avons fait l'expérience en la rencontrant à l'occasion de la promotion de Lamb. C'est avec assurance et beaucoup d'humour qu'elle nous a parlé de ce film étrange et pourtant si simple qui lui a permis de retourner sur les Terres qui l'ont vu naître spirituellement.

Je suis née en Suède mais je me suis construite en tant que personne et j'ai commencé à vraiment exister quand j'étais en Islande. C'est là-bas que j'ai eu un de mes premiers souvenirs de quand j'avais cinq ans. Donc ce film m'a ramenée à l'endroit où tout a commencé pour moi. C'était particulier, cela m'a permis de me rappeler pourquoi je fais ce métier. Pour qui je veux jouer et comment. Ça a un peu noué beaucoup de choses en moi.

Noomi Rapace
Noomi Rapace ©Lenita Visan

Dans Lamb, elle interprète Maria qui vit avec son compagnon dans une ferme au milieu de nul part et élève un troupeau de moutons. Un jour, l'un des animaux donne naissance à une mystérieuse créature, entre humain et agneau. Sans se poser de questions, Maria l'adopte comme s'il était son propre enfant, celui qu'elle n'a pu garder des années auparavant. Lamb est donc un véritable ovni (voir notre critique), et c'est justement ce qui a touché Noomi Rapace.

Je suis tombée amoureuse de l'histoire parce que c'est tellement original. C'est le portrait à la fois beau et simple d'une famille et sur le deuil. Et au milieu, il y a une chose, disons, qui est étrange. C'est donc la combinaison du naturalisme et du quotidien avec un élément surréaliste, et c'est ce que j'adore.

Pas l'unique star du film

Tout au long du film, la comédienne impressionne par sa stature, sa capacité à dire beaucoup sans utiliser de mots. Les dialogues étant peu présents dans Lamb, c'est par le corps que l'émotion se crée. Une contrainte qui a amené Noomi Rapace à repenser à ses débuts en tant que comédienne.

J'aime me lancer de nouveaux défis et Lamb en était un. Quand il n'y a pas de dialogue, on ne peut pas se cacher. C'est une sensation que j'ai découverte quand j'ai commencé ma carrière en jouant au théâtre où on apparaît dans son entier. C'était une expérience assez similaire.

Lamb
Lamb ©Go to Sheep

Le tournage fut également particulier pour Noomi Rapace car, face à elle, il n'y avait pas toujours un humain pour lui donner la réplique, mais un animal. En effet, une des grandes forces du long-métrage est d'utiliser les animaux, et plus particulièrement les moutons, comme des personnages à part entière. Ils ne sont pas des objets de décors, mais de réels protagonistes dont le réalisateur Valdimar Jóhannsson parvient à tirer un jeu.

Les animaux étaient de vrais collègues. Il fallait être assez ouvert d'esprit avec les moutons car on ne savait pas vraiment ce que cela allait donner, mais je me suis sentie au même niveau qu'eux. Par contre, j'ai dû réfléchir à différentes façons de communiquer. Mais au fond, c'était comme être face à de très jeunes enfants. Car tous les deux ne peuvent pas parler. Il faut donc se fier à son instinct.

Lamb est à découvrir au cinéma à partir du 29 décembre.

 

Voir aussi

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) :

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) : "C’est une période qui me hantera toujours"

Nous avons rencontré Sandrine Kiberlain, lors de la présentation à Bordeaux de son premier long-métrage très réussi "Une jeune fille qui va bien". Elle a évoqué avec nous sa nécessité de faire un film sur ce sujet qui la hante, son rapport à l’écriture d’un scénario et son plaisir à diriger les acteurs.