ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Soul : les réalisateurs Pete Docter et Kemp Powers nous dévoilent quelques secrets du film

Plus que quelques jours avant de découvrir le film !

Soul : les réalisateurs Pete Docter et Kemp Powers nous dévoilent quelques secrets du film

Alors que "Soul" sort sur Disney+ pour Noël, nous avons eu l’occasion de poser quelques questions aux réalisateurs Pete Docter et Kemp Powers. Les deux artistes sont notamment revenus sur le challenge d’évoquer la mort et l’au-delà dans un film d’animation qui s'adresse aux petits et aux grands.

Soul : le nouveau bijou de Pixar

Merveille visuelle aussi entraînante qu’une improvisation de jazz, Soul rappelle avec énormément de charme et d’originalité qu’il est fondamental de profiter d’un temps qui file à toute allure, plutôt que de rester bloqué dans des convictions parfois illusoires. Le film raconte ainsi l’histoire de Joe Gardner, un professeur de musique qui vit avec l’amertume de ne pas être devenu un pianiste de renom.

Lorsque l’enseignant se voit offrir l’opportunité de jouer au côté de la star new-yorkaise Dorothea Williams, il aperçoit enfin un moyen de vivre de sa passion. Alors qu’il retrouve une éclaircie dans son quotidien routinier, Joe est victime d’un accident, et meurt. Propulsé dans le "Grand Avant", il fait la connaissance de 22, une jeune âme qui refuse d’aller sur Terre et de s’associer à une enveloppe corporelle, afin de garder sa liberté. Le jazzman estime que s’il parvient à la convaincre d’exister sur notre planète, il aura droit à une seconde chance.

"Pixar fait confiance aux enfants"

Avec élégance, énergie, humour et sans tomber dans la mièvrerie, Soul réussit à rappeler l’importance d’un individu dans un univers qui nous dépasse. Le long-métrage aborde la mort et le passage dans l’au-delà avec facilité, tout en rendant des théories complexes accessibles à tous les publics. Au cours d’une conférence virtuelle, le co-réalisateur Kemp Powers nous a ainsi expliqué à propos de ce challenge :

C’est intéressant comment beaucoup de gens nous parlent de la mort, or pour nous ce film était une exploration de la vie. L’au-delà, ce qui arrive après la mort, ne représente que des moments furtifs dans le film et nous ne montrons même pas ce qui se passe là-bas, nous allons tout de suite au monde d’avant, le monde des potentiels. Mais pour apporter une réponse spécifique, je pense que les enfants, et ce que j’aime dans le travail avec Pixar et d’écrire un film Pixar est que nous ne prenons pas les enfants de haut, ni ne leur imposons quoi que ce soit. Les enfants comprennent ces notions complexes et ils ont déjà ces questionnements qu’on leur en parle ou pas, et je pense qu’en ne les prenant pas de haut et le fait de travailler avec un média visuel, nous sommes le medium parfait pour traiter de ces questions d’une manière qui n’est pas effrayante pour les enfants.

Pixar fait confiance aux enfants. Les gens oublient ce que c’était d’être un enfant. Mon enfance était remplie de questions et je voulais explorer toutes ces idées. Je pense que ce film s’adresse à des enfants un peu plus âgés, un gamin de deux ans serait en train de baver devant. Mais un enfant de deux ans n’est pas censé être assis à regarder la télévision de toutes les façons ! Je pense que ce n’est pas vraiment un problème.

Soul
Soul © Walt Disney Studios Motion Pictures

"Le jazz avait beaucoup à nous apprendre"

L’autre élément fondamental de Soul est bien sûr le jazz, et la ville de New York était le choix idéal pour le cadre du film étant donné qu’elle en est l’un des berceaux. Réalisateur du long-métrage ainsi que de Vice-versa et Là-haut, mais aussi directeur créatif des studios Pixar, Pete Docter s'est montré loquace au sujet de ce courant musical :

Au départ, c’était un choix esthétique, nous cherchions quelque chose de sympa à regarder. Le jazz a une longue histoire avec l’animation, depuis que le son existe dans un film d’animation, le jazz en a fait partie. Si on pense à Betty Boop et nombre des premiers films de Disney, il y avait du jazz.  Je pense que c’est l’énergie, l’esprit du jazz qui colle bien.

En cherchant plus, il y avait aussi cette citation de Herbie Hancock - certaines personnes qui nous écoutent  l’ont sans doute déjà entendue mais je la raconte au cas où - il racontait l’histoire du jour où il a joué avec Miles Davis, le grand Miles Davis,  pendant une tournée, en Europe je crois, et il disait : nous faisions une super tournée et ce concert était particulièrement magnifique jusqu’au moment où, Herbie raconte, il a joué une note tellement fausse qu’il était inquiet d’avoir anéanti tout le concert. Il a regardé Miles qui a juste pris son souffle, joué quelques notes et rectifié la note de Herbie.

Il n’arrivait pas à comprendre comment il avait réussi ça, cela lui a pris des années pour comprendre ce que Miles avait fait : il n’avait pas jugé ce qui était arrivé, il n’avait pas dit ça c’est mauvais, ou arrêté le concert, il l’a juste prise comme une nouvelle chose qui arrivait et a fait ce que tout grand musicien de jazz devrait essayer de faire : quoiqu’il arrive, le transformer en quelque chose de bien.

Je me souviens lorsqu’on a entendu cette histoire la première fois, on s’est dit c’est exactement ce que nous essayons de dire avec notre histoire. C’est exactement notre thème, l’idée que nous sommes en train d’improviser notre vie, qu’on ne suit pas un scénario. C’est exactement ce que le jazz raconte, vous ne jouez pas des notes, vous les improvisez tout en jouant. On sentait que le jazz avait beaucoup à nous apprendre sur l’histoire que nous racontions.

Soul est à découvrir dès le 25 décembre prochain sur Disney+.

 

Voir aussi

Spring Breakers sur Prime Video : la scène de sexe à trois a dérangé Vanessa Hudgens

Spring Breakers sur Prime Video : la scène de sexe à trois a dérangé Vanessa Hudgens

Pour le meilleur ou le pire, "Spring Breakers" a marqué les esprits des spectateurs. Du côté du casting, ce fut également un tournage à part. Et pour Vanessa Hudgens tout ne fut pas une promenade de santé, comme sa scène de sexe avec Ashley Benson et James Franco.