Steve-O (Jackass Forever) : "Le pénis de Chris Pontius est la star du film"

Rencontre avec Chris Pontius et Steve-O, piliers de la team Jackass

Chris Pontius et Steve-O, membres légendaires de l'odyssée "Jackass", sont de retour dans "Jackass Forever" et donnent une fois de plus de leur personne pour nous faire rire et nous effrayer. On a pu leur poser plusieurs questions, mais ces deux-là n'avaient qu'une seule réponse importante à leurs yeux...

Rencontre avec Chris Pontius et Steve-O

Jackass Forever, disponible en VOD depuis le 6 avril 2022, signe le grand retour des acteurs et cascadeurs les plus fous d'Hollywood. Leur humour tordu, violent, tournant joyeusement et fraternellement au sado-masochisme, a accompagné toute une génération depuis l'émission créée pour MTV en 2000.

On a eu la chance de pouvoir leur poser quelques questions à deux des piliers de la team Jackass, Chris Pontius et Steve-O. Nos questions étaient diverse, mais ils voulaient surtout parler d'une chose en particulier... (vidéo en tête d'article)

Vingt ans après le premier film Jackass, le public vous retrouve avec excitation, émotion, appréhension aussi. De votre côté, quel a été votre sentiment au moment de tous vous retrouver pour Jackass Forever ?

Steve-O : Je vais laisser Chris répondre, mais pour moi ça faisait bien trop longtemps que je n'avais pas vu son pénis !

Chris Pontius : pour moi ça faisait bien trop longtemps que je ne te l'avais pas montré. Et plus largement, que je ne l'avais pas montré au monde ! Sérieusement, on s'est tous retrouvés pour tourner des tests, pour voir si l'alchimie était toujours là. Mais je savais qu'elle serait toujours là, et tout le monde est arrivé plein d'énergie. On a vite su qu'on allait faire un grand film.

Jackass Forever
Jackass Forever ©Paramount Pictures

Quel est pour vous, Steve-O, votre sketch préféré de Jackass Forever ?

Steve-O : C'est quand on voit le pénis de Chris. C'est toujours ce que je préfère.

J'aime tout le film. Mais son pénis est la star du film, c'est mon acteur préféré, c'est vraiment un phénomène. Il a établi des records, lancé des tendances, et est en train de définir le futur de tous les médias.

Chris Pontius : Tu sais Steve, je n'ai pas eu l'occasion de te le dire sur le moment, parce que je n'ai pas pu être là quand tu as tourné avec abeilles, comme j'y suis allergique, mais ton pénis semble aussi très fort, et fier.

Steve-O : Merci, merci, mon pénis est un bon second rôle, et je pense qu'il pourrait recevoir une nomination à l'Oscar du meilleur second pénis. Chris et moi on le dit depuis des années : les hommes cachent leur pénis depuis longtemps, comme si on devait en avoir honte. Mais ces temps sont finis maintenant.

On comprend bien que Jackass est une histoire de pénis, mais c'est aussi une histoire d'amitié unique.

Steve-O : On est une famille, on a trop de souvenirs. On a créé des liens indéfectibles, et c'est absolument génial d'avoir ça. On a quelque chose de spécial entre nous, et le fait qu'on se retrouve encore, alors qu'on a bien vieilli, et qu'on réussisse encore à amuser le public avec nos trucs dans Jackass Forever, c'est le témoignage qu'on a vraiment ce truc spécial entre nous.

Chris Pontius : On est coincés ensemble, pour le meilleur ! Quand Jackass n'était qu'une série TV, on le prenait au jour le jour, on ne pensait pas faire un film et puis on en a fait un, et c'est devenu une carrière. On est devenus une famille, on se dispute comme une famille, c'est très rare et précieux d'avoir ce lien dans un groupe. Et je suis très heureux qu'on en fasse quelque chose et qu'on le montre au monde. Et ce serait bien dommage d'arrêter.

 

Propos recueillis par Marc-Aurèle Garreau.

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...