Le Nouveau Monde : que devient Q'orianka Kilcher (Pocahontas) ?

Une révélation précoce

Le Nouveau Monde : que devient Q'orianka Kilcher (Pocahontas) ?

Lorsque Terrence Malick lui offre le rôle de Pocahontas dans "Le Nouveau Monde", Q'orianka Kilcher n'a que 14 ans. Elle y livre une magnifique performance face à Colin Farrell et Christian Bale, mais s'investit ensuite dans des productions de calibre réduit et des projets personnels. 17 ans après son inoubliable révélation dans "Le Nouveau Monde", où en est l'actrice ?

Le Nouveau Monde, la révélation Q'orianka Kilcher

En 2005, Terrence Malik présente son magnifique Le Nouveau Monde. Un drame historique relatant l'installation des colons en Virginie au début du 17e siècle, et la romance entre le capitaine John Smith et Pocahontas. Au coeur de son casting, pour incarner la princesse amérindienne, Terrence Malick place l'inconnue Q'orianka Kilcher, témoin vivant de la naissance de la nation américaine par sa relation avec deux hommes, l'un interprété par Colin Farrell et l'autre par Christian Bale. Elle est une révélation, un personnage autant qu'une actrice sublimés par la photographie d'Emmanuel Lubezki, la musique de James Horner et la mise en scène magistrale de Terrence Malick.

Le Nouveau Monde
Le Nouveau Monde ©Metropolitan FilmExport

Née en février 1990, l'actrice américano-allemande n'a que 14 ans lorsque le tournage débute. Mais le talent n'ayant pas d'âge, sa performance est célébrée par la critique et distinguée par plusieurs récompenses. Alors qu'on pouvait logiquement s'attendre à la retrouver rapidement sur le grand écran, Q'orianka Kilcher prend l'industrie du cinéma de court. En effet, mis à part prêter sa voix à la narration du documentaire The Linguists, elle n'apparaît nulle part avant 2009. Cette année-là, elle incarne le rôle principal de Princess Ka'iulani, film américano-britannique sur l'histoire de la princesse de Hawaï et de sa lutte pour l'indépendance.

Plutôt que de courir les castings hollywoodiens, la jeune actrice, originaire du peuple Quechua par son père et dont le prénom signifie "aigle doré", va alors se partager entre des productions à forte résonance personnelle et des projets plus mainstream.

Enchaînée aux grilles de la Maison Blanche

Actrice mais aussi chanteuse, Q'orianka Kilcher a par ailleurs reçu une très solide formation en danse classique et moderne et est ceinture noire de kung fu. Très attachée à ses origines, elle utilise sa notoriété pour la bonne cause. Elle milite ainsi dès son plus jeune âge pour la défense des droits de l'homme et s'engage pour l'environnement. Un engagement qui connaît une grande publicité lorsqu'elle s'enchaîne en juin 2010 aux grilles de la Maison Blanche afin de protester contre la réception par Barack Obama du président péruvien Alan Garcia et alerter sur le vol de terres amazoniennes au profit d'entreprises.

Q'orianka Kilcher
Q'orianka Kilcher ©Carlos A. Quiroz

Des séries et un retour au cinéma

Depuis 2010, Q'orianka Kilcher s'est illustrée dans quelques séries, notamment Sons of Anarchy en 2010 et The Killing en 2012, où elle apparaît dans quelques épisodes. On retient surtout un rôle principal et dix épisodes dans The Alienist en 2018 et un rôle récurrent dans Yellowstone en 2020. Côté cinéma, elle est apparue dans quelques DTV et des courts-métrages, mais a repris la route du grand écran et du long-métrage depuis 2017, avec des petits rôles dans le western Hostiles de Scott Cooper, dans Dora et la cité perdue ainsi que dans La Couleur tombée du ciel, adaptation d'une nouvelle de H.P. Lovecraft avec notamment Nicolas Cage.

En fin, tout récemment, elle est à l'affiche du premier long-métrage réalisé par Channing Tatum, Dog, sorti en février 2022 aux États-Unis. À 32 ans, après une première partie de carrière lancée par une performance inoubliable, Q'orianka Kilcher retrouvera-t-elle les sommets ? Elle a le temps, et c'est évidemment tout le mal qu'on lui souhaite.

 

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...