Accueil > A la une > L’ Arme fatale : un passage de la saga à la série réussi ?

L’ Arme fatale : un passage de la saga à la série réussi ?

Les premiers épisodes de la série tirée de la franchise des années 80, L’Arme Fatale étaient diffusés ce mardi sur TF1. Entre adaptation fidèle et modernisation qu’en a-t-on pensé ?

Alors que les nouvelles séries affluent sur nos petits écrans, TF1 a pris le parti de consacrer sa programmation du mardi soir à la diffusion de la série adaptée de la saga L’Arme Fatale.

Un duo qu’on connait bien

On y retrouve le duo mythique formé par Roger Murtaugh et Martin Riggs, interprétés respectivement par Damon Wayans (Ma Famille d’Abord) et Clayne Crawford (Le Temps d’un Automne). Une chose est sûre : la relève des interprètes originaux, Mel Gibson et Danny Glover est assurée ! Il faut, dans un premier temps, saluer la modernisation des personnages imaginée par le créateur de la série Matt Miller (Forever).

On retrouve ainsi un Roger Murtaugh d’autant plus prudent sur le terrain qu’il a vu sa famille s’agrandir de manière inattendue et que sa santé en a pâti. Le couple qu’il forme avec sa femme Trish, interprétée par Keesha Sharp (American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson) devient également plus présent et plus moderne, à l’image du couple formé par Michael et Janet Kyle (Damon Wayans et Tisha Campbell) dans la série du début des années 2000, Ma Famille d’ Adord.
Le personnage de Martin Riggs quant à lui, a gardé sa nonchalance et son style de vie quelque peu marginal. Cependant la psychologie du personnage est d’avantage approfondie et se complexifie avec les quelques précisions et modifications apportées à son passé. L’opposition entre ces deux protagonistes est donc accentuée, ce qui rend leur duo d’autant plus inattendu et attachant.

Trafics en tous genres au programme

Dans ces trois premiers épisodes, les personnages de la série comme ceux des films, évoluent dans la ville de Los Angeles où les enquêtes qu’ils mènent se rapportent aux mêmes sujets que ceux traités dans la saga : drogue, trafique d’armes et abus de pouvoir. Pour les plus attentifs, il sera facile de repérer les nombreux clins d’oeil aux films.

On retrouve également l’humour grinçant spécifique aux deux coéquipiers qui avait fait tout le charme de la franchise, dès la sortie du premier opus en 1987, et qui aujourd’hui apporte une dynamique explosive au duo d’enquêteurs.

En tous cas, la série signe un début très convainquant et on a déjà hâte de découvrir la suite mardi prochain !

Voir aussi

Thanksgiving : une mini-série d’espionnage sur Arte

Le cinéaste Nicolas Saada tourne actuellement une mini-série d’espionnage, retrouvant ainsi le genre de son premier long-métrage.