L'Homme le plus détesté d'Internet : une série documentaire Netflix sur le revenge porn

Qui est Hunter Moore ?

L'Homme le plus détesté d'Internet : une série documentaire Netflix sur le revenge porn

"L'Homme le plus détesté d'Internet" retrace le parcours d'Hunter Moore et de plusieurs de ses victimes. En 2010, le jeune homme crée un site sur lequel il dévoile les clichés et vidéos intimes de milliers d'individus, à la suite d'une déception amoureuse.

L'Homme le plus détesté d'Internet : portrait glaçant d'une ordure

Six mois après la mise en ligne de L'Arnaqueur de Tinder, programme sur l'escroc Simon Leviev, Netflix vient de dévoiler L'Homme le plus détesté d'Internet, centré sur un autre manipulateur ayant fait des ravages. Réalisée par Rob Miller, cette série documentaire constituée de trois épisodes se penche sur les actes d'un arriviste impitoyable qui était surnommé "le roi du revenge porn" il y a quelques années.

En 2010 Hunter Moore crée le site Is Anyone Up ?, sur lequel il met en ligne des photos et vidéos privées à caractère pornographique ou de personnes nues, en plus de dévoiler d'autres informations personnelles comme leur adresse, leur numéro de téléphone ou leur compte Facebook. Le tout sans leur consentement. Une démarche avec laquelle il espère accéder à la notoriété et devenir riche, n'ayant pas le moindre scrupule à faire basculer la vie de milliers d'individus.

L'Homme le plus détesté d'Internet
Destiny Benedict - L'Homme le plus détesté d'Internet ©Netflix

Certaines de ses victimes témoignent dans ce programme glaçant et consternant. C'est par exemple le cas de Destiny Benedict ou de Kayla Laws, dont la mère Charlotte a tout mis en oeuvre pour traîner Hunter Moore devant la justice.

Qui est Hunter Moore ?

Comme il l'explique dans L'Homme le plus détesté d'Internet, Hunter Moore a créé Is Anyone Up ? pour se venger à la suite d'une déception amoureuse. Lorsqu'il lance le site à 26 ans, le jeune homme a déjà travaillé dans le milieu du porno et a également développé une entreprise de "fêtes sexuelles (...) qu'il a vendue", s'inquiétant "parce que c'était presque de la prostitution", d'après Vanity Fair. Alors qu'il popularise les dérives du web et que de nombreux adeptes sont prêts à tout pour lui, à commencer par harceler ses victimes, l'entrepreneur déclare en 2012 à la BBC :

Les gens pensent que je suis complètement diabolique et que ce que je fais est totalement immoral, mais en fin de compte, j'ai l'impression d'éduquer les gens sur la technologie.

L'Homme le plus détesté d'Internet
Hunter Moore - L'Homme le plus détesté d'Internet ©Netflix

Hunter Moore ajoute, toujours sans le moindre scrupule :

Je ne fais que monétiser sur les erreurs que les gens ont commises. (…) Tout ce que j'ai fait, c'est vraiment perfectionner la façon de monétiser les photos nues des gens.

Hunter Moore attaqué par les Anonymous

En 2012, IsAnyoneUp est désactivé après qu'Hunter Moore a publié la photo d'une personne mineure, notamment grâce au combat de Charlotte Laws mené avec le FBI. Celui qui rêvait de d'être "le Puff Daddy blanc" vend sa monstrueuse création à l'organisme BullyVille, qui combat le harcèlement. N'étant pas calmé par cette fermeture, il devient ensuite la cible du collectif Anonymous après avoir lancé un autre site, HunterMoore.tv. Le mouvement partage plusieurs de ses données personnelles, comme son adresse.

Le FBI arrête Hunter Moore en janvier 2014 à la suite d'un échange avec un hacker où il demande à ce dernier de mettre la main sur des clichés intimes d'internautes directement depuis leur messagerie ou leur ordinateur. Après avoir plaidé coupable pour "vol d'identité aggravée" et "aide et complicité dans l'accès non autorisé à un ordinateur", il purge une peine de deux ans et six mois de prison jusqu'en 2017 et paie une amende de 2000 dollars.

L'Homme le plus détesté d'Internet est à découvrir sur Netflix.

 

Voir aussi

Le Gendarme et les Gendarmettes : un tournage bouleversé par la santé de Louis de Funès et Jean Girault

Le Gendarme et les Gendarmettes : un tournage bouleversé par la santé de Louis de Funès et Jean Girault

La comédie "Le Gendarme et les Gendarmettes" est le dernier film de Louis de Funès tourné avant sa mort en 1983. Découvrez l'envers d'un tournage sous haute tension marqué par la mort du réalisateur Jean Girault.