Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Natalie Portman a changé d'avis sur le film de Zach Braff

Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Révélé par la série "Scrubs", Zach Braff sort en 2004 son premier film : "Garden State". Le long-métrage a remporté un succès critique inattendu, au point de devenir culte au fil des années. Partageant l'affiche avec l'acteur-réalisateur à l'époque, Natalie Portman est revenue quelques années plus tard sur le film. Avec des mots très surprenants.

Garden State : le triomphe de Zach Braff

Alors qu'il connaît le succès avec Scrubs dans le rôle loufoque de J.D., Zach Braff développe en 2003 Garden State. L'acteur est de tous les plans dans ce film ; en effet, il est acteur, réalisateur, scénariste et producteur ! Surtout, le film est totalement indépendant, Zach Braff finançant lui-même le projet. Un coût de 2,5 millions de dollars qui va pourtant être rentabilisé puisque le long-métrage en rapportera plus de 35 millions. En outre, le film de Zach Braff va remporter de nombreuses récompenses dans des festivals prestigieux. Avec ses personnages attachants, sa bande-son générationnelle et sa réalisation, Garden State est désormais un film culte. Un joli coup de Braff pour son premier essai, donc. 

Inspiré de la propre vie de l'acteur-réalisateur, le long-métrage suit la vie d'Andrew Largeman, un comédien déprimé qui ne parvient pas à s'imposer à Hollywood. Apprenant que sa mère est sur le point de mourir, il retourne dans son New Jersey natal. Sur place, ses retrouvailles avec son meilleur ami Mark ainsi que sa rencontre avec la jolie Samantha vont le bouleverser. 

Garden State
Garden State ©Fox Searchlight Pictures

En plus de Zach Braff, le film compte au casting Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Ian Holm, Jean Smart, Alex Burns, Ron LeibmanMethod Man, Ann Dowd, Jim Parsons et Denis O'Hare.

Le film moqué par Broad City

Alors qu'elle connaît un véritable succès commercial avec la prélogie Star Wars (dans le rôle de Padmé Amidala), Natalie Portman trouve l'un de ses premiers vrais rôles adultes avec Garden State. En effet, cette dernière avait le souhait de jouer un rôle bien plus mûr que celui qu'elle incarnait dans la saga de space opera. 

Lors d'une interview dans le magazine Vulture en 2015, elle revient sur le film. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle semble avoir un peu honte d'avoir joué dans le long-métrage indé de Braff. La faute à une série méconnue du grand public, mais très populaire chez les sériephiles : Broad City (2014-2019). Si elle a adoré tourner le film à l'époque, l'actrice déclare pourtant : 

Je me suis remis en question à cause de Broad City. Une excellente série. Si vous ne l'avez pas regardé, regardez-la. Bref, dans la série, il y a un personnage vraiment idiot qui est prof de gym. Il est vraiment affreux. À un moment, il dit : "Oh, mon Dieu, j'adore Garden State ! J'ai donné tout mon argent au Kickstarter de Zach Braff." A ce moment-là, je me suis dit : "Oh mon Dieu." Vu que les gens que je trouve les plus cools pensent que ce film est vraiment nul, je ne suis plus sûr de cette œuvre.

Un personnage trop archétypal, selon Portman

Ce n'est pas le seul reproche que Natalie Portman adresse à Garden State. En effet, l'actrice estime que son personnage de Samantha représente beaucoup trop celui de la "Manic Pixie Dream Girl". Introduite par le critique Nathan Rabin en 2007, cette théorie désigne un personnage représenté comme une femme idéale, fantasmée, et sans véritable personnalité propre. Une sorte de muse que le personnage masculin (souvent introverti) doit conquérir, car elle n'existe que pour ce but. À titre d'exemple, on peut citer Summer Finn (Zooey Deschanel) dans (500) jours ensemble, Claire Colburn (Kirsten Dunst) dans Rencontres à Elizabethtown,  Clementine Kruczynski (Kate Winslet) dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou bien encore Ramona Victoria Flowers (Mary Elizabeth Winstead) dans Scott Pilgrim.

Ayant eu connaissance sur le tard de ce terme, Natalie Portman déclare à ce sujet :

Quand on m'a présenté le personnage, je me suis dit : "Oh, c'est un personnage farfelu et intéressant. Personne ne m'a jamais donné la chance de jouer quelque chose comme ça.". Cela m'a donc motivé à jouer dans Garden State. Par la suite, je vois cette théorie, et je pense que c'est une bonne chose de reconnaître la manière dont ces personnages féminins sont utilisés. Ce que je veux dire, c'est que j'apprécie que les gens écrivent des personnages intéressants et inhabituels, plutôt que des personnages féminins fades. Toutefois, quand le but du personnage dans ce film est, en gros, d'aider le gars à se développer narrativement, cela devient un problème. Par conséquent, c'est bon d'en parler aujourd'hui.

Garden State est actuellement disponible sur Disney+.

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.