ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

La sélection Salto des films du réalisateur Stanley Kubrick

Une filmographie d’envergure

La sélection Salto des films du réalisateur Stanley Kubrick

Chaque mois, la plateforme Salto met à l'honneur différents réalisateurs en proposant une sélection de plusieurs films. Cette fois-ci, c'est l'œuvre de Stanley Kubrick qui est mise en avant, à travers quatre films bien connus. L'occasion pour nous de voir et revoir ces chefs-d'œuvre du cinéaste américain sur Salto. 

Cinéaste majeur du XX ème siècle, Stanley Kubrick a réalisé treize longs-métrages en quarante-six ans de carrière. Autodidacte, le cinéaste sera également son propre producteur, monteur, directeur de photographie et scénariste. Son travail est effectué avec la précision d'un chirurgien, aucun détail n'est laissé au hasard. Au top 100 de l'American Film Institute sont classés quatre de ses films, ces chefs-d'œuvre traversent le temps avec la même intensité. Salto nous propose sa sélection :

Full Metal Jacket (1987)

Full Metal Jacket est le quatrième film de guerre réalisé par Stanley Kubrick. Il s'inspire de mémoire de guerre ainsi que du roman Le Merdier (The Short Timers) de Gustave Hasford. Le film, en deux parties, prend appui sur la guerre du Viêt Nam, mais illustre sans aucune illusion l'agressivité qui anime tous les humains. Il traite de la folie meurtrière sans aucune concession, ni morale. Ainsi, le réalisateur dépeint les effets et dommages psychiques de l'entraînement militaire et de la guerre sur les Marines américains.

Full Meta Jaket
Full Metal Jacket © Warner Bros. Pictures

J.T Davis (Matthew Modine) surnommé Joker (Guignol, dans la version française), est un jeune homme qui s'engage dans la Marine. Il est confronté au sergent Hartman (R. Lee Ermey), un homme violent, vulgaire et sans pitié. Il base sa pratique sur l'humiliation et prend pour cible le soldat Lawrence (Vincent D'Onofrio), appelé Grosse Baleine à cause de son sur poids. L'action du film se déroule ensuite au Vietnam. Joker est journaliste militaire pour un magazine. Il va être confronté à la guerre et à ses propres limites morales.

Orange Mécanique (1971)

Orange Mécanique est une adaptation du roman éponyme d'Anthony Burgess. Le film de Kubrick peut être interprété comme une satire de la société moderne et se classe dans les films d'anticipation. Légèrement futuriste, violent et aussi psychologique, le film peut présenter des aspects drôles et à la fois dramatiques. Élu meilleur film de l'année en 1972 par le New-York Film Critics Circle, Orange Mécanique est l'un des plus gros succès de Warner Bros, même s'il a suscité une vague de polémique.

Orange mécanique
Orange Mécanique © Warner Bros

Le film retrace les errances nocturnes d'un sinistre quatuor. Alex (Malcom McDowell), jeune chef de bande, passionné par la musique de Beethoven, exerce avec sadisme une terreur aveugle. Il finit par être emprisonné et pour pouvoir sortir plus tôt, il se porte volontaire pour expérimenter la "technique Ludovico". À partir de là, il devient cobaye dans des expériences abominables destinées à juguler la criminalité.

2001, l'Odyssée de l'espace (1968)

2001, l'Odyssée de l'espace découpé en quatre actes, questionne l'évolution humaine de la préhistoire à nos jours, à travers la technologie, le progrès et l'intelligence artificielle. Le film est célèbre pour ses effets spéciaux révolutionnaires pour l'époque et ses précisions scientifiques. De nombreuse œuvres musicales accompagnent les scènes et produisent une bande-son mémorable. Ce film de Stanley Kubrick occupe une place primordiale dans l'histoire du cinéma et fait de lui, l'un des plus grands films de tous les temps.

2001, l'Odyssée de l'espace
2001, l'Odyssée de l'espace © Metro-Goldwyn-Mayer

Cette quête existentielle est animée par la recherche d'un monolithe noir qui survit à travers les miliaires. Le docteur Heywood R. Floyd (William Sylvester) s'en va premièrement sur la Lune pour enquêter sur cette découverte. Par la suite, l'équipage d'un vaisseau spatial, organisé par le Dr David Bowman (Keir Dullea) et Dr Frank Pool (Gary Lockwood), en route pour Jupiter va tenter de décrypter le signal émis par cet objet. Les astronautes sont accompagnés par HAL 9000, une intelligence artificielle très consciencieuse.

Docteur Folamour (1964)

Le film Docteur Folamour est adapté du roman Red Alert du Britannique Peter George. Stanley Kubrick, le réalisateur, est parvenu à créer une comédie grinçante à l'humour noir, en se basant sur des sujets graves tels que l'Holocauste et le bombardement nucléaire. Peter Sellers, acteur dans le film, reprend et amplifie le principe du rôle multiple. Il alterne facilement entre plusieurs personnages très différents.

Docteur Folamour
Docteur Folamour © Columbia Pictures

Devenu complètement fou, le général américain Ripper est persuadé que les communistes empoisonnent l'eau potable des Etats-Unis. Il décide alors de lancer une offensive nucléaire sur l'URSS. Le Président Muffley est immédiatement informé de ce coup de folie et s'empresse de convoquer l'état-major et demande conseil au docteur Folamour afin de résoudre cette crise. C'est un ancien physicien nazi en charge de la recherche sur les armes.

Alors, par quel film du célèbre réalisateur Stanley Kubrick, vous laisserez-vous tenter ? Retrouver la sélection de quatre films, sur la plateforme Salto.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.