ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Les Sept de Chicago (Netflix) : le procureur Schultz raconte ce qu'il s'est vraiment passé

Les Sept de Chicago (Netflix) : le procureur Schultz raconte ce qu'il s'est vraiment passé

« Les Sept de Chicago », le nouveau film d'Aaron Sorkin, est disponible sur Netflix depuis le 16 octobre dernier. Adapté d'une histoire vraie, le long-métrage retrace les manifestations en marge de la convention démocrate de 1968. Mais le véritable procureur Richard Schultz affirme que tout n'est pas vrai dans le film.

Les Sept de Chicago est dispo sur Netflix

Le film réalisé par Aaron Sorkin est en train de générer un véritable succès. Les critiques sont majoritairement élogieuses et les spectateurs sont au rendez-vous face à ce film de procès adapté d'une histoire vraie. Les faits se sont déroulés en 1968 et 1969 à Chicago. Des milliers de personnes ont été impliquées dans des affrontements violents entre la police et les manifestants. Huit individus ont été traduits en justice à la suite de cette opposition politique, pour les accuser de complot et d'incitation à la violence. Aaron Sorkin a décidé de raconter cette histoire pour Netflix. Les Sept de Chicago réunit un casting impressionnant notamment composé de Sacha Baron Cohen, de Mark Rylance, de Joseph Gordon-Levitt, de Michael Keaton ou encore d'Eddie Redmayne.

Tout n'est pas vrai d'après le procureur Schultz

Les Sept de Chicago a réussi à séduire la presse et les spectateurs. Il faut dire que le métrage est totalement maîtrisé, véritablement passionnant, et propose une mise en scène réfléchie. Pour autant, les aspects historiques du film ne collent pas toujours à la réalité. Comme tout récit historique, il faut s'attendre à ce que l’œuvre prenne des libertés avec la réalité. Lors d'une interview avec NBC Chicago, le procureur Richard Schultz, interprété par Joseph Grodon-Levitt, a donné quelques précisions sur Les Sept de Chicago. Il affirme que ce qui est représenté dans le film pendant le procès est très loin de la réalité :

Je trouve que le film est très bien. Les acteurs sont excellents. Mais rien n'est proche de ce qu'il s'est réellement passé pendant le procès. Le film est amusant a regarder, mais ce n'est rien de plus qu'un fantasme.

Les Sept de Chicago : le procureur Schultz raconte ce qu'il s'est vraiment passé

Le procureur développe sa version des faits

Richard Schultz raconte sa version des faits au micro de NBC Chicago. Il se remémore un procès totalement dingue, où même l'assistance sortait de ses gonds pour protester contre la procédure totalement injuste du juge Hoffman :

Tu te souviens des vieux films occidentaux, où tout le monde frappait tout le monde en se jetant par dessus le bar ? Eh bien c'était la même chose dans la salle d'audience. Il y avait régulièrement des mini-émeutes. Les gens se frappaient, donnaient des coups de pieds et roulaient sur le sol. C'était sauvage.

Le procureur Schultz est également revenu sur le traitement inhumain de Bobby Seale, campé par Yahya Abdul-Mateen II, qui s'est fait attacher et bâillonner pendant le procès, avant d'être jugé à part :

Nous étions sous le choc. Le monde entier était sous le choc. Un homme noir a été ligoté et bâillonné dans une salle d'audience fédérale ! C'était horrible, et je vous le dis, cela avait été soigneusement orchestré !

Enfin, le procureur veut remettre les choses à leur place, en tout cas de son point de vue. Il rappelle que huit officiers ont été jugés pour violation des droits civils des manifestants, mais qu'ils ont tous été acquittés. De même, il ne veut pas que les personnages dépeints dans le film soient considérés comme des héros :

Ils étaient violents, ils étaient révolutionnaires, et ils voulaient détruire notre gouvernement fédéral.

Comme d'habitude, la fiction prend des libertés par rapport à la réalité. Mais ceci n'enlève en rien la qualité de Les Sept de Chicago, deuxième réalisation très réussie d'Aaron Sorkin.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.