ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Madame Claude : la vraie histoire de prostitution derrière le film Netflix

La célèbre proxénète parisienne

Madame Claude : la vraie histoire de prostitution derrière le film Netflix

Netflix lance le 2 avril dans son catalogue le long-métrage français "Madame Claude". Ce biopic revient sur le personnage éponyme qui a été à la tête d'un impressionnant réseau de prostitution parisien. Retour sur l'histoire vraie de cette célèbre proxénète.

Madame Claude : un film prévu au cinéma récupéré par Netflix

En 2016, la Française Sylvie Verheyde s'illustrait avec le film Sex Doll. L'histoire de Virginie, une jeune prostituée de luxe faisant la rencontre d'un homme qui va chambouler sa vie. Des années plus tard, on retrouve la réalisatrice avec un autre long-métrage qui aborde le même milieu : Madame Claude. Rien qu'au titre, on saisit vite qu'il va être question de la vraie Madame Claude, figure incontournable de la sphère parisienne guindée à partir des années 50. Pour une raison peu glorieuse, puisqu'elle a monté un réseau de prostitution composé d'un nombre pharamineux de filles.

Dans le rôle-titre, on trouve Karole Rocher, une actrice qui a déjà travaillé à plusieurs reprises avec Sylvie Verheyde. Roschdy Zem, Garance Marillier, Pierre Deladonchamps, Annabelle Belmondo, Hafsia Herzi ou encore Mylène Jampanoï garnissent les rangs du casting. Une distribution qui en jette, pour un sujet fort intéressant sur le papier. Une précédente adaptation portant le même titre est déjà parue dans les années 70 mais il ne sera pas question dans cet article des différences entre les deux œuvres, ni de poser un quelconque avis sur la version de 2021 au préalable destinée aux salles de cinéma avant que Netflix ne jette son grappin dessus grâce à la crise. Pour cela, vous pouvez découvrir notre critique ici.

Madame Claude
Madame Claude (Karole Rocher) - Madame Claude ©Netflix

Retour sur l'histoire de la plus populaire proxénète de France

Le monde de la prostitution présente souvent des hommes à la tête de réseaux ou d'empires. Plus rarement des femmes, mais dans cette catégorie impossible de passer à côté de Madame Claude. Une femme dont le passé reste très complexe à comprendre en raison des mensonges qu'elle a propagé dessus. Si elle se réclame d'une famille aisée, la dénommée Fernande Grudet viendrait en réalité d'un milieu qui ne l'est pas du tout. Ce mensonge témoigne néanmoins de son désir ardent d'entrer dans l'élite, quitte à employer des méthodes peu scrupuleuses pour parvenir à ses fins.

L'opulence, celle qui prend le surnom de Madame Claude a pu la connaître lors de son installation à Paris. C'est au sein de la capitale française qu'elle se lance dans le business de la prostitution en fondant une entreprise où elle exploite des filles de joie. Mais pas question de viser n'importe quel public. Pour elle, c'est le gratin qui doit se rendre dans son établissement situé en plein 16ème arrondissement. Ce qui implique que les prostitués sous ses ordres doivent répondre à un certain standing, autant physique qu'au niveau de l'intelligence.

Madame Claude
Sidoine (Garance Marillier) - Madame Claude ©Netflix

Ses affaires ne tardent pas à prospérer parce que la clientèle qu'elle espérait répond à l'appel. Madame Claude met ses filles entre les mains d'hommes riches, des politiques, des personnalités importantes. La règle est toujours la même : chaque passe doit lui rapporter 30%. L'argent entre massivement dans ses poches et son empire n'est pas inquiété car la brigade mondaine et le SDECE (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage) acceptent de la laisser tranquille en échange d'informations qui les arrangent. Les femmes couchent avec des hommes et récoltent, par la même occasion, des confidences pouvant avoir de l'importance pour ces entités.

Mais Madame Claude ne va pas continuer longtemps d'agir en toute impunité. Dans les années 70, le fisc lui réclame 11 millions de francs. Le gouvernement veut la faire tomber pour proxénétisme aggravé. Fin de son aventure en France, elle rejoint les Etats-Unis pour se réfugier un temps. Puis elle revient dans les années 80 au pays. C'est là que la justice l'attend de pied ferme. Les peines de prison s'enchaînent et, à sa libération, elle termine ses jours sous le soleil niçois. C'est en 2015, à l'âge de 92 ans, qu'elle s'éteint.

Madame Claude est disponible sur Netflix.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.