De rouille et d’os : pourquoi Marion Cotillard a menti pour participer au film

Une occasion à ne pas rater !

De rouille et d’os : pourquoi Marion Cotillard a menti pour participer au film

Difficile pour un acteur de refuser une collaboration avec Jacques Audiard… Engagée sur "The Dark Knight Rises", Marion Cotillard avait interdiction de tourner un autre projet. L’équipe de "De rouille et d’os" a donc dû ruser pour qu’elle puisse participer au film, ce qui a engendré des tensions.

De rouille et d’os : de la sueur et des larmes

Sixième long-métrage de Jacques Audiard, De rouille et d’os est une adaptation du recueil de nouvelles Un goût de rouille et d’os, de l’écrivain canadien Craig Davidson. Un ouvrage évoquant notamment l’univers des combats clandestins, que le réalisateur d’Un prophète explore lui aussi. Le récit de ce mélodrame sorti en 2012 est centré sur Ali et Stéphanie, deux personnages créés par le cinéaste et son coscénariste Thomas Bidegain.

Le premier, incarné par Matthias Schoenaerts, est un jeune père tout juste arrivé à Antibes de Belgique avec son fils Sam dans l’espoir de trouver une vie meilleure. Hébergé par sa sœur Anna (Corinne Masiero), il trouve un emploi dans la sécurité. Un soir, alors qu’il travaille en tant que videur de boîte de nuit, il croise Stéphanie, interprétée par Marion Cotillard. Voyant que l’alcool a pris le dessus sur elle, il la raccompagne et lui dépose son numéro de téléphone.

Dresseuse d’orques dans un parc aquatique, Stéphanie est victime peu de temps après d’un terrible accident pendant son service. Amputée des deux jambes et privée de sa passion, elle doit tout réapprendre. Isolée, elle contacte Ali pour lui demander de l’aide. Ensemble, ils vont se reconstruire lentement, en reprenant goût à la vie dans la violence et sans complaisance.

De rouille et d'os
Stéphanie (Marion Cotillard) - De rouille et d'os © UGC Distribution

Jacques Audiard filme une romance rugueuse, marquée par la douleur mais profondément lumineuse. La mise en scène brutale colle aux épreuves des protagonistes, qui les cassent mais ne les brisent pas. La réussite du drame doit également beaucoup à l’alchimie entre ses deux acteurs principaux.

La combine de Marion Cotillard

Révélé un an plus tôt par Bullhead, Matthias Schoenaerts est récompensé par le César du Meilleur espoir masculin en 2013 pour son interprétation dans De rouille et d’os. Quant à Marion Cotillard, si elle repart bredouille de la cérémonie, elle trouve assurément l’un de ses plus beaux rôles avec ce long-métrage. La comédienne n’a d’ailleurs pas hésité à mettre en place une combine pour être sûre d’incarner Stéphanie.

Lorsqu’elle débute les prises de vues du film de Jacques Audiard, Marion Cotillard est encore engagée sur The Dark Knight Rises. Et son contrat avec Warner l’interdit d’entamer le tournage d’un autre projet tant que celui du blockbuster de Christopher Nolan n’est pas terminé. Mais il est difficile de refuser une collaboration avec les réalisateurs d’Inception et de Sur mes lèvres... L’actrice et l’équipe de De rouille et d’os ont donc mis au point un stratagème. Leurs manigances ont néanmoins été découvertes par Variety. Lors d’un entretien pour Obsession cité par la RTBF, elle raconte :

On a fait le début du tournage en cachette. On avait préparé des annonces, mais on avait menti sur les dates, expliqué que j'avais un tout petit rôle. Malgré ça, j'étais terrorisée à l'idée qu'ils l'apprennent. Un article a fini par sortir dans Variety, révélant le pot aux roses.

Elle révèle que cette découverte a engendré quelques difficultés, ajoutant :

À partir de là, j'ai été une complication sur le tournage. Dès que les Américains me rappelaient, il fallait que j'y aille. J'ai su faire au final, et je sais que Jacques aussi, avec le peu de temps que je pouvais lui donner en préparation. Ça a créé une tension.

Des problèmes de logistique qui en valaient la peine, au vu de sa performance.

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.