Incassable : une superbe séquence du film a été coupée du montage final

Les choix pour le montage final sont parfois cruels…

Incassable : une superbe séquence du film a été coupée du montage final

« Incassable » est considéré comme l’un des meilleurs films de la carrière de M.Night Shyamalan. Truffé de séquences plus épiques les unes que les autres, le film a cependant dû faire l'impasse sur certaines pour son montage final. Une en particulier, que le réalisateur regrette amèrement.

Incassable : hommage aux super-héros

Après s'être révélé avec Sixième sens en 1999, M.Night Shyamalan collabore de nouveau avec Bruce Willis pour un nouveau projet qui s’éloigne du genre horrifique pour embrasser celui des super-héros. Ainsi naît Incassable en 2000 qu’il a, au départ, pensé comme le premier volet d'une trilogie.

Incassable suit donc David Dunn (Bruce Willis), un homme ordinaire qui accède à la célébrité après avoir été le seul survivant d'une catastrophe ferroviaire. Surprise, pourtant : il est sorti indemne et sans aucune blessure de l’accident. Plongé dans une grave crise identitaire, et en quête de réponses sur sa mystérieuse survie, il va faire la rencontre de Elijah Price (Samuel L. Jackson), un handicapé misanthrope frappé d’une maladie des os. Obsédé par les super-héros, ce dernier va voir en David Dunn un individu aux capacités exceptionnelles.

Incassable
Incassable ©Blinding Edge Pictures

À noter que si, au départ, Shyamalan se rétracte au sujet de son idée de trilogie, le réalisateur va quelque peu revenir sur ses paroles suite à son come-back artistique au milieu des années 2010. Ainsi, Split (dans lequel Dunn apparaît à la fin du film) et Glass formeront en quelque sorte la trilogie qu’il souhaitait tant.

Shyamalan a été triste de couper cette séquence

Il arrive bien souvent que lorsque l’on tourne un film, on se retrouve avec des heures et des heures de pellicule qu’il faut supprimer afin de conserver un montage final qui sera visionné en salles. Shyamalan en a fait l’amère expérience avec Incassable. Ainsi, le réalisateur aurait aimé garder au montage final du film une séquence en particulier. Seulement, la jugeant trop semblable à la première scène du long-métrage, il a alors fait le choix douloureux de la supprimer.

Dans cette séquence, on peut voir David Dunn dans une salle de sport. Ce dernier met un grand nombre de poids aux haltères, et s’apprête à les soulever. Après une longue concentration, il commence ses exercices et découvre de manière surprenante sa nouvelle force. En outre, toutes les autres personnes présentes dans la salle, arrêtent petit à petit leur agitation et deviennent silencieuses devant les exploits de Dunn. Médusés, ils fixent du regard cet individu extraordinaire. Quel dommage que Shyamalan n’ait pas conservé cette séquence….

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.