ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Independence Day Resurgence : pourquoi Will Smith n'est pas dans le film ?

Independence Day Resurgence : pourquoi Will Smith n'est pas dans le film ?

À la sortie de "Independence Day : Resurgence", les spectateurs ont eu une drôle de surprise : Will Smith n'y était pas présent. L'acteur a expliqué pourquoi.

Independence Day : ils ne viennent pas en paix

En 1995, Will Smith, alors connu pour la série Le Prince de Bel Air, prouve qu'il peut tenir les premiers rôles dans des films d'action en jouant dans Bad Boys. Une année plus tard, il confirme sa facilité à jouer les durs en étant la tête d'affiche d'Independence Day de Roland Emmerich. Doté d'un budget loin d'être faramineux de 75 millions de dollars, le film en rapporte plus de 817 millions de dollars.

Steven Hiller (Will Smith) - Independence Day
Steven Hiller (Will Smith) - Independence Day ©20th Century Fox

Une suite aurait pu être mise en chantier mais le réalisateur allemand n'aime pas ce principe et refuse. Pourtant, en 2015, il change d'avis et lance la production de Independence Day : Resurgence. L’enveloppe budgétaire explose avec 165 millions de dollars. Le grand spectacle et les explosions sont bien là, mais le succès est mitigé. 389 millions dans le monde, c'est bien mais la production attendait mieux. Il faut dire que l'on remarque un absent de marque au casting : Will Smith lui-même.

Aller de l'avant

Plusieurs acteurs du premier épisode sont pourtant présents dans ce Independence Day : Resurgence puisque Jeff Goldblum, Bill Pullman et Judd Hirsch ont notamment repris leur rôle.

Independence Day Resurgence
Independence Day Resurgence ©20th Century Fox

Will Smith, héros du premier, devait pourtant reprendre son rôle de Steven Hiller dans le scénario de la suite. Il est même le premier rôle du film. Ce script n'est pourtant pas le seul posé sur le bureau de l'acteur à l'époque. Il vient en effet de recevoir celui de Suicide Squad qui sera tourné en même temps. Will Smith va donc devoir faire un choix et une croix sur l'un des deux. Comme il l'explique à l'époque de la sortie du film, il voit dans les deux films deux directions bien différentes et symboliques.

D'un côté, le film de David Ayer est la marque d'une carrière qui va de l'avant et offre une nouvelle vision de ce qui pourrait être une franchise à venir. De l'autre, Independence Day : Resurgence est un pas vers le passé qui s'accroche à une certaine nostalgie d'un succès d'hier. À l'époque, l'Américain a presque 50 ans et veut donc voir autre chose. Ce qu'il n'avait pas vu venir, c'est que son refus de jouer dans le deuxième volet de la saga de science-fiction allait avoir de grosses conséquences sur sa qualité.

Emmerich privé de son premier rôle

L'absence de Smith a été très compliquée à avaler pour Roland Emmerich qui, à la sortie de Midway, n'a pas hésité à revenir sur cette histoire. S'il est conscient que la faible qualité globale du film n'est pas à mettre totalement au crédit de l'acteur, il n'oublie pas les énormes conséquences que son refus a eu sur le script final. Le personnage de Hiller devait en effet en être le héros et, tout à coup, il fallut l'enlever entièrement de l'histoire et tout réadapter autour de cette absence. Une situation cauchemardesque pour un scénariste qui dut alors pratiquement tout reprendre à zéro alors que la pré-production était déjà très avancée. Par une pirouette, le personnage est alors annoncé mort dans un test de pilotage du premier hybride extra-terrestre.

Néanmoins, pour le spectateur, le mal est plus profond : l'absence de Will Smith annule toute attirance pour Independence Day : Resurgence. Et l'épisode 3, logiquement, est annulé dans la foulée...

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.