ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Jumanji sur TF1: le film contient des références au vrai Dwayne Johnson

Il faut ouvrir l'oeil !

Jumanji sur TF1: le film contient des références au vrai Dwayne Johnson

Des années après les aventures de Judy, Peter, Allan et Sarah, le Jumanji refait des siennes dans une suite sous-titrée "Bienvenue dans la jungle". Dwayne Johnson tient l'un des quatre rôles principaux et le film contient des références sur le passé de l'acteur.

Une nouvelle partie de Jumanji

Il aura fallu attendre une vingtaine d'années pour que le culte Jumanji de Joe Johnston serve de rampe de lancement pour l'un de ses projets nostalgiques dont Hollywood raffole. Jumanji : Bienvenue dans la jungle, réalisé par Jake Kasdan, entreprend de dépoussiérer le concept avec une approche dans l'air du temps.

L'intrigue s'amorce en prenant en compte la scène du fin du film original. Souvenez-vous, le jeu de société avait atterri sur une plage. L'opus de 2017 se raccroche à ça en montrant un père qui tombe dessus et l'offre à son fils. Or, nous sommes au milieu des années 90 et les adolescents préfèrent s'amuser avec des jeux vidéo. Le jeu de société va muter en une console pour attirer sa nouvelle proie. Intrigué par cette appareil, l'ado décide de l'essayer et se retrouve propulser dans le monde sauvage de Jumanji. Des années après, des lycées vont aussi tomber dessus et subir le même sort.

Jumanji : Bienvenue dans la jungle
Jumanji : Bienvenue dans la jungle ©Sony Pictures Releasing France

À la différence du film original, celui-ci présente des héros qui entrent dans le corps d'avatars, comme dans un jeu vidéo où l'on incarne un personnage fictif. C'est ainsi que Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart et Karen Gillan peuvent tenir les rôles principaux. Joli casting, duquel ressort forcément la mégastar aussi connue sous le pseudo de The Rock. Tout ce qu'elle touche est presque synonyme de succès. Jumanji : Bienvenue dans la jungle en est d'ailleurs un beau si l'on retient simplement l'aspect financier. Avec un budget dans les 90 millions de dollars, il en a rapporté 962 millions !

Des références à Dwayne Johnson se sont glissées dans le film

Le film contient des références au premier Jumanji pour titiller les fans et il en cache également quelques-unes qui ont un rapport avec Dwayne Johnson. Vous n'êtes pas sans savoir qu'il a un passé dans le monde du sport, avant de devenir acteur. D'abord, il aspire à devenir un joueur professionnel de football américain. Freiné dans son élan par une blessure gênante à l'épaule à un moment peu opportun, il décide de s'orienter vers la lutte. Une décision qui le mène sur le chemin de la gloire et qui lui fait prendre le pseudo si connu de The Rock. Ce n'est que plus tard qu'il s'oriente vers le cinéma, sans connaître le succès qui est le sien actuellement.

Ceux qui sont bien renseignés sur le passé du bonhomme auront peut-être vu dans le film des éléments qui évoquent le passé de Dwayne Johnson. Lors de la scène du Bazaar, son personnage, Smolder Bravestone, affronte un homme de main du méchant Russel Van Pelt et use du Rock Bottom. Une technique dont se servait The Rock pour achever ses adversaires sur le ring. Elle est reprise ici dans une très claire dédicace au lutteur.

Jumanji : Bienvenue dans la jungle
Fridge (Ser'Darius Blain) - Jumanji : Bienvenue dans la jungle ©Sony Pictures Releasing France

Ce n'est pas tout, le personnage a aussi l'habitude de parler de lui à la troisième personne. Pratique souvent employée chez ceux qui se tiennent en haute estime. The Rock le faisait et on se rend compte que Bravestone également. Pour finir, on retrouve une référence moins visible aux années football américain de Dwayne Johnson. Lorsqu'il jouait à l'Université de Miami, il portait le numéro 94 sur son maillot. Le même que porte Fridge (un surnom qui provient du joueur William Perry, connu comme The Fridge/The Refregirator), l'adolescent qui va décrocher l'avatar campé par Dwayne Johnson. Tout autant cryptique, l'année où Alex se fait aspirer dans Jumanji est la même que celle où The Rock a participé à son premier match de WWE.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.