ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

La Montagne entre nous sur C8 : un tournage hors du commun en conditions extrêmes

Kate Winslet s'en souvient !

La Montagne entre nous sur C8 : un tournage hors du commun en conditions extrêmes

Kate Winslet et Idris Elba ont embarqué dans une aventure extraordinaire pour le tournage de "La Montagne entre nous". Cette adaptation d'un roman de survie en pleine nature a été un véritable défi pour l'équipe. Les humains et le matériel s'en souviennent !

La montagne, ça vous gagne (ou pas)

Kate Winslet a affronté le froid dans Titanic et remet ça, des années plus tard, dans un autre contexte. Elle tient l'un des deux rôles principaux de La Montagne entre nous. Un drame axé sur la survie et mis en scène par le réalisateur palestinien Hany Abu-Assad. Le scénario suit Ben et Alex. Le premier est un chirurgien, la seconde une photographe. Le vol qu'ils devaient prendre se retrouve annulé à cause des conditions météorologiques. Ils embarquent alors à bord d'un vol charter mais le trajet va très mal se passer : l'appareil se crache quelque part dans la montagne.

Heureusement, les deux héros s'en sortent. Ce petit miracle est le début d'une lutte pour rester en vie. Dans ce contexte dominé par un froid glacial, ces inconnus doivent apprendre à s'aider pour s'en sortir. Cette confrontation à des situations extrêmes va faire naître des tensions entre les deux. Le film est tiré du livre éponyme de Charles Martin et repose sur deux stars dans les rôles principaux. Face à Kate Winslet, on retrouve Idris Elba.

La Montagne entre nous
La Montagne entre nous ©Twentieth Century Fox France

Un tournage éprouvant

À moins de tourner en studio avec des décors reconstitués ou sur fonds verts, un tel film demande de travailler dans la nature. L'équipe de La Montage entre nous a choisi de filmer vers Invermere, petit coin du Canada où se trouve la chaîne de montagnes Purcell. Un endroit certes magnifiques mais qui demande de s'adapter pour y poser ses caméras. On sait qu'il est toujours complexe de tourner dans le froid, autant pour les hommes que pour le matériel.

Il est impossible de se rendre sur place en marchant, l'équipe a donc dû utiliser trois hélicoptères conçus pour résister aux conditions particulières de vol. Le trajet jusqu'au sommet dure une quarantaine de minutes, quand les conditions permettent de s'envoler. Les places à bord étaient chères et l'équipe a donc été écrémée au maximum.

La Montagne entre nous
La Montagne entre nous ©Twentieth Century Fox France

Les hélicoptères imposent des limites humaines mais également matérielles. Pas question de faire monter dans la montagne l'équivalent de plusieurs camions. Les ressources ont été soigneusement comptées en avance pour que le strict nécessaire soit à disposition. Même s'il est possible de redescendre, mieux vaut ne pas oublier quelque chose en bas et s'en rendre compte au dernier moment. Ce qui signifie qu'il faut faire preuve de malice pour emporter ce qui peut être potentiellement utilisable, sans pour autant se surcharger. Exactement la même logique que lorsque vous composez votre sac à dos pour une randonnée. La capacité d'adaptation était primordiale pour répondre aux conditions climatiques. Il était parfois impossible de tourner ce qui était prévu pour telle ou telle raison.

Le réalisateur s'était d'ailleurs souvenu d'une anecdote au micro de MarketWatch :

Un jour nous étions en train de voler en hélicoptère, et quand nous sommes arrivés derrière une des montagnes, un nuage nous a foncé dessus. Si vous volez dans un nuage, vous devenez aveugle, donc le pilote a été obligé de faire demi-tour très rapidement et de redescendre comme si nous étions en chute libre. Je me suis dit : "Mon Dieu, pourquoi sommes-nous en train de faire ça ?"

Deux acteurs qui ont donné de leur personne

La Montagne entre nous
La Montagne entre nous ©Twentieth Century Fox France

Une fois tout le monde déposé en hauteur, d'autres problèmes sont apparus. Tourner à plus de 3000 mètres d'altitude demande des efforts physiques décuplé : l'oxygène se fait plus rare et les organismes sont sollicités. Rien que le fait de rejouer plusieurs fois des dialogues peut devenir très éprouvant dans ces conditions.

Pour se rendre compte de la performance des acteurs, il faut noter qu'ils ont réalisé quasiment toutes les cascades, y compris le passage dans l'eau lorsque le personnage de Kate Winslet est sur le lac gelé. Dans une interview pour Le Parisien, l'actrice était revenue sur son expérience éreintante :

Je n'ai jamais fait un film qui demande autant d'énergie. Le seul fait de respirer en altitude était épuisant. Chaque matin, je mettais quarante-cinq minutes pour m'habiller. Je portais trois collants de soie sous mon pantalon, quatre hauts de soie, j'avais des tas de bouillottes partout sur le corps... Mais j'ai adoré ce défi physique.

S'il ne respire pas comme nous, le matériel doit aussi être conditionné de manière à supporter le froid. Peut-être avez-vous déjà fait l'expérience de voir votre téléphone perdre de la batterie ou s'éteindre en cas de température basse ? En haute montagne, c'est pire. Les appareils ne supportent pas le froid et vous pouvez vite vous retrouver dans l'incapacité de tourner parce que les batteries ne résistent pas au climat. C'est pour toutes les raisons que l'on vient d'évoquer que si peu de productions osent s'aventurer dans des localisations aussi exigeantes.

Si vous voulez découvrir un aperçu du tournage en vidéo, en voici un making-of :

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.