La Tête haute : quand Catherine Deneuve énervait les habitants de Dunkerque

Une bien belle bourde !

La Tête haute : quand Catherine Deneuve énervait les habitants de Dunkerque

Sorti en 2015, "La Tête haute" a connu un joli succès critique. Toutefois, les excellents retours du film ont été ternis par les paroles (que l’on jugera) maladroites de Catherine Deneuve lors de la promo. Quand on connaît l’actrice, on commence à avoir l’habitude.

Le triomphe d’Emmanuelle Bercot

2015 a sonné comme une merveilleuse année pour Emmanuelle Bercot. En effet, elle remporte le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans Mon Roi. Dans le même temps, elle présente durant cette même cérémonie son nouveau film intitulé La Tête haute. Inspiré du parcours de son oncle qui travaillait dans un camp de délinquants mineurs en Bretagne, le long-métrage est vivement salué par la presse. En outre, il va récolter 8 nominations aux César, pour deux récompenses. Le film va surtout voir la naissance d’un potentiel grand acteur : Rod Paradot. Couronné espoir masculin, le jeune comédien crève l’écran. Il est surtout très bien entouré par trois acteurs de métier : Catherine Deneuve, Sara Forestier et Benoit Magimel.

La tête haute
La tête haute © France 2 Cinéma

La Tête haute suit sur plusieurs années le parcours de Malony, un adolescent en difficulté. Délaissée par une mère totalement irresponsable, il n’a que pour soutien une juge des enfants et un éducateur qui croient en lui, malgré tout.

La polémique qui fâche

Catherine Deneuve est sans nul doute l’une des plus grandes actrices de l’histoire du cinéma français. Sa performance dans La Tête haute est une nouvelle fois remarquable, par ailleurs. Néanmoins, la comédienne s’est signalée ces dernières années par des interventions « hasardeuses ». En effet, ses critiques envers le mouvement #Metoo ont plusieurs fois provoqué la controverse. En parallèle, l’actrice continue à défendre mordicus Roman Polanski et Woody Allen, alors que ces derniers sont sous le feu des accusations d'agressions sexuelles depuis des années.

Catherine Deneuve dit tout ce qu’elle pense. C’est ce qu’elle a donc fait lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle pensait de Dunkerque, qui fait partie des villes dans lesquelles La Tête haute a été tourné. Et la star de 77 ans n’a pas mâché ses mots :

Ça m'a semblé d'une tristesse, cette ville ! C'est un port, certes, mais ce qui marche vraiment, ce sont les cigarettes et l'alcool (…) Je ne peux pas me vanter d'avoir écumé les boîtes de nuit là-bas.

Cette critique a forcément énervé un bon nombre de Dunkerquois, au point d’écrire une lettre ouverte à Deneuve. Un appel au boycott de La Tête haute a même été lancé. En outre, le maire de Dunkerque s’est lui aussi insurgé contre les propos de la comédienne.

Si Deneuve va d’abord renchérir suite aux retours cinglants subis, elle tentera de se raviser un peu plus tard sur les ondes de RTL :

C'est vrai que j'ai dit que le soir, à Dunkerque, à part les bars et les tabacs, presque tout est fermé et on sent que c'est une ville en grande difficulté. Mais comme cela a été raccourci dans l'interview, c'était un peu sec et je comprends que les gens de Dunkerque se soient sentis attristés par quelque chose qui paraissait être un jugement très bref. En même temps, ça a un certain charme, Dunkerque, qui est très mélancolique.

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.