Venom sur TF1 : pourquoi le symbiote aime-t-il autant le chocolat ?

Une obsession qui s'explique scientifiquement

Venom sur TF1 : pourquoi le symbiote aime-t-il autant le chocolat ?

Le personnage principal de "Venom" et « Venom : Let There Be Carnage » a une particularité étonnante : son désir jamais assouvi de chocolat. Pourquoi le symbiote de l’univers Marvel aime-t-il autant ça ?

Venom : Tom Hardy prend les rênes

En 2018, Sony décide de produire un spin-off de la saga Spider-Man centré sur Venom. Pour l’occasion, le studio engage le cinéaste Ruben Fleischer derrière la caméra. Tom Hardy est quant à lui chargé d’incarner Eddie Brock à l’écran. Venom est un projet de longue date. Initialement, Sony avait prévu de sortir un spin-off sur ce célèbre antagoniste peu de temps après la sortie de Spider-Man 3. A l’époque, c’était Topher Grace qui incarnait le personnage. Mais le projet ne s’est jamais concrétisé et Sony a préféré rebooter (deux fois) la saga Spider-Man.

Venom
Venom ©Sony Pictures

Il faut donc attendre 2018, et l’insistance de Tom Hardy pour que le film voit enfin le jour. Malheureusement, le film se fait détruire par les critiques professionnelles. Le long-métrage est très mal reçu. Notamment à cause de sa classification PG-13 qui ne sied pas à l’univers du symbiote Marvel. Malgré ces retours désastreux, Venom rapporte plus de 856 millions de dollars de recettes au box-office (pour un budget de 100 millions). De quoi contenter Sony dans son idée puisque le studio a produit Venom : Let There Be Carnage, toujours sous l’interdiction PG-13.

Pourquoi le symbiote est-il accro au chocolat ?

Dans les comics, le personnage est créé en 1984 par David Michelinie et Todd McFarlane, pendant l’énorme crossover Guerres Secrètes. C’est Spider-Man qui croise sa route pour la première fois. Après la fin de Guerres Secrètes, Venom débarque sur Terre et prend possession d’Eddie Brock. Le personnage est né, et va devenir l’un des pires ennemis de Peter Parker.

Dans le film, comme dans les comics, le puissant symbiote a besoin de se nourrir de cerveaux humains pour survivre. Évidemment, dans l'œuvre de Ruben Fleischer, Eddie Brock impose des limites à Venom, et refuse que ce dernier se nourrisse de cerveaux humains. Il existe ainsi une alternative pour le célèbre symbiote : le chocolat. À la fin du film, Venom révèle à Eddie Brock qu’il peut également se nourrir de chocolat pour remplacer les cerveaux humains. Un élément qui est davantage exploré dans Let There Be Carnage. Et cette appétence de Venom pour le chocolat vient des comics.

Venom

Ce qui est un simple clin d’œil dans Venom, est en fait une référence beaucoup plus profonde aux comics, et à la science. En effet, dans les comics, les auteurs expliquent que le symbiote peut se nourrir exclusivement de chocolat car cet aliment contient de la phényléthylamine, une molécule à l’effet stimulant, également présente dans le cerveau humain.

Dans le comics Spider-Man #333, Venom se jette violemment sur Spider-Man en criant « Nous voulons manger ton cerveau ». Une ligne de dialogue devenue culte, régulièrement ressortie dans les différentes histoires du symbiote, mais également dans le film de Ruben Fleischer. En 1996, dans le comics La Faim, les auteurs offrent une alternative au symbiote : le chocolat. C’est dans ce comics que la piste du chocolat est étudiée pour la première fois, avant de devenir un élément récurrent des comics de la fin des années 1990. Ainsi, lorsque Venom devient davantage un anti-héros qu'un super-vilain, le personnage troque les cerveaux humais pour le chocolat.

Venom : Let There Be Carnage sort au cinéma ce mercredi 20 octobre 2021.

 

Voir aussi

Harry Potter et les Reliques de la Mort : accident dramatique lors d’une cascade à haut risque

Harry Potter et les Reliques de la Mort : accident dramatique lors d’une cascade à haut risque

Parus entre 1997 et 2007, les sept romans signés J.K. Rowling ont été vendus à plus de 500 millions d’exemplaires et traduits en 80 langues. Cela en fait la série la plus vendue de l’histoire de la littérature ! Véritable succès planétaire, l’œuvre a donné lieu à huit films sortis entre 2001 et 2011. Succès commercial sans précédent, la saga a rapporté pas moins de 8 milliards de dollars et est devenue la troisième franchise la plus rentable après l’univers Marvel et Star Wars. Or derrière la réussite se cache une bien triste histoire… Celle de David Holmes, la doublure de l’incontournable Harry Potter.