Vice-versa : le film Pixar a été accusé de plagiat

La rançon du succès

Vice-versa : le film Pixar a été accusé de plagiat

Sorti en 2015, "Vice-versa" a été un très grand succès, la démonstration éclatante que Pixar trône bel et bien au sommet de l’animation. Mais le célèbre studio a vu arriver une polémique inattendue : celle accusant le film de pur plagiat ! Certains arguments avancés par la plaignante ont d’ailleurs dû faire frémir les avocats de Pixar.

Vice-versa : le film plein d’émotions de Pixar

Avant Vice-versa, Pixar préférait miser sur l’extension de projets qui avaient déjà rencontré le succès. On a ainsi pu voir Toy Story 3, Cars 2 ou même encore Monstres Academy. Le film réalisé par Pete Docter et Ronnie Del Carmen sonnait donc comme un retour aux sources pour le studio qui devait se remettre aux fourneaux de la créativité et de l’originalité. Pour cela, l’angle abordé de Vice-Versa est rare puisqu’il nous invite à nous interroger sur le fonctionnement de nos propres émotions. Un sujet diablement intéressant mais très complexe, car il fait intervenir la science et la psychologie. Par ailleurs, initialement, Pete Docter voulait faire en sorte qu'il y ait 26 émotions, au lieu des 5 du film. On aurait alors assisté à la présence de personnages comme Cupidité, Espoir ou bien encore Culpabilité. Le film a en tout cas très bien marché, au point de remporter en 2016 l'Oscar du meilleur film d'animation.

Vice-versa
Vice-versa ©Pixar Animation Studios

Pour rappel, Vice-versa nous emmène dans les coulisses du centre de contrôle des émotions, qui se situe dans la tête de Riley, 11 ans. Composées de Joie, Peur, Colère, Dégoût et Tristesse, ces cinq entités veillent jusqu'ici à l’équilibre de la jeune fille. Seulement, Riley grandit, et au fil des années, il est plus dur pour les émotions de la contrôler comme il se doit. Surtout qu’une gaffe de Tristesse va totalement chambouler l’esprit de l'adolescente. Joie va alors tout entreprendre pour que Riley avance correctement dans sa vie.

Des ressemblances suspectes

Officiellement, Vice-versa vient d’une idée de Pete Docter qui voyait sa fille devenir adolescente et ne plus être la même, émotionnellement parlant. Toutefois, il semblerait que Denise Daniels, une experte dans le développement infantile, ait une version officieuse bien différente que celle que l’on connaît.

Selon des propos rapportés par Variety, la demoiselle avait en effet proposé à Disney une émission éducative pour les enfants, qui serait centrée sur cinq personnages représentant une émotion particulière. Disney et Pixar n’ont pas donné suite, et ce malgré le fait que Daniels leur ait redemandé plusieurs fois entre 2005 et 2009. Cette dernière a même affirmé qu'elle avait eu une conversation téléphonique approfondie avec Pete Docter, qui allait diriger plus tard le film. Dans sa plainte, la spécialiste de l'enfance signale avoir signé un contrat avec Disney, afin qu’elle touche une partie des recettes du film. Sauf qu’elle n’a jamais reçu un seul dollar.

Une accusation de plagiat suivie d'une autre

Trois ans après la plainte de Denise Daniels, c’est au tour de l'auteure américaine de livres pour la jeunesse Carla J. Masterson d'assigner en justice Disney et Pixar. En effet, cette dernière accuse le scénario de Vice-versa d’être trop proche de ses livres What’s on the Other Side of the Rainbow ? et The Secret of the Golden Mirror, qu’elle avait présentés à Disney en vue de futures adaptations. Tout comme Daniels, Masterson réclame également une reconnaissance et une rétribution.

 

Voir aussi

The Tomorrow War : le film se dévoile dans une nouvelle bande-annonce explosive

The Tomorrow War : le film se dévoile dans une nouvelle bande-annonce explosive

« The Tomorrow War », le film de science-fiction proposé par Amazon Prime Video, dévoile une nouvelle bande-annonce. Chris Pratt est prêt à dégommer des aliens dans ce nouveau trailer explosif.