Accueil > TV/VOD > Tests DVD/BR > The Fortress en Blu-ray : un siège de 47 jours s’installe chez vous

The Fortress en Blu-ray : un siège de 47 jours s’installe chez vous

Écrit et réalisé par Hwang Dong-hyuk (Miss Granny), le scénario de The Fortress (ou Namhansanseong) se base sur le roman né de la plume de Kim Hoon et paru en 2007 : Namhan Fortress. Le film se fait particulièrement remarquer en Corée du Sud où il attire presque 4 millions de spectateurs dans les salles obscures, et remporte l’Award du Meilleur Directeur de Photographie au Festival international du film de Hong Kong. Un tiraillement entre deux idéologies Présentée pour la première fois sur le grand écran, l’invasion des Qing qui sert ici de contexte au long-métrage se déroule durant l’hiver 1636. Alors…

Note de la rédaction

Note de la rédaction

Sur la bonne voie

Du fait de son genre particulier, « The Fortress » est une œuvre cinématographique qui parlera uniquement à des spectateurs passionnés par les drames historiques couplés aux enjeux stratégiques liés à la guerre. Sans doute y trouveront-ils leur compte, d’autant plus que le film bénéficie de visuels somptueux. Les suppléments sont ici l’unique point noir du Blu-ray qui est techniquement impeccable. Barème : Film ★★★ / Blu-ray ★★★★★ / Bonus ★

User Rating: Be the first one !

Méconnu du grand public car non-exploité au cinéma, « The Fortress » fait partie de ces films dont la découverte se fera uniquement dans votre salon. Rejoignez les rangs en Blu-ray et DVD dès le 8 août prochain !

Écrit et réalisé par Hwang Dong-hyuk (Miss Granny), le scénario de The Fortress (ou Namhansanseong) se base sur le roman né de la plume de Kim Hoon et paru en 2007 : Namhan Fortress. Le film se fait particulièrement remarquer en Corée du Sud où il attire presque 4 millions de spectateurs dans les salles obscures, et remporte l’Award du Meilleur Directeur de Photographie au Festival international du film de Hong Kong.

Un tiraillement entre deux idéologies

Présentée pour la première fois sur le grand écran, l’invasion des Qing qui sert ici de contexte au long-métrage se déroule durant l’hiver 1636. Alors que la Corée est en conflit avec la Chine qui tente de prendre le pouvoir en réponse au déclin de la dynastie Ming, les opinions divergent au sein de la Cour Royale. Faut-il se soumettre à l’ennemi ou lutter tout en risquant la vie de nombreux soldats et habitants ? Si le ministre de l’Intérieur Choi Myung-gil (Byung-Hun Lee) tranche pour la technique d’apaisement dans l’optique d’éviter la guerre (et ce, quitte à échanger le prince contre la paix), nombreux sont ceux ne partageant pas son avis, guidés par le ministre des Rites Kim Sang-heon (Kim Yoon-seok).

Aucun sacrifice n’est trop grand pour maintenir la réputation de la Corée. Du moins, tant que cela n’exige rien d’eux personnellement. Qui de l’honneur ou de la raison finira par l’emporter ? Est-ce que courber l’échine est l’unique solution pour mettre un terme au conflit ? Ce tiraillement infernal ne cesse de hanter le roi Injo Joseon (Park Hae-il) qui peine à se forger sa propre opinion, tandis que ses conseillers ne cessent de s’époumoner afin d’exprimer leurs opinions souvent contraires. Doit-il nourrir les chevaux ou utiliser la paille pour réchauffer son armée qui gèle dans l’enceinte de la forteresse de Namhan où ils sont tous retranchés ? Les impasses sont indénombrables pour le souverain.

Ces enjeux politiques et ces stratégies sont le cœur de The Fortress, dont la tension est poussée à l’extrême. On assiste à un pouvoir démuni, incapable de choisir le chemin à emprunter, et qui préfère s’entre-tuer plutôt que de se concentrer sur l’ennemi. Lourde en dialogues, l’œuvre semble s’étendre en durée plus qu’elle ne le fait pourtant. Bien que plusieurs scènes parfaitement chorégraphiées soient montrées, elles demeurent peu nombreuses dans cet ensemble relativement morne. Assez graphiques, ces images sanglantes ne sont d’ailleurs pas conseillées pour tous et pourraient heurter les plus sensibles.

En outre, le réalisateur a opté pour s’attarder sur les conséquences de la guerre non pas sur le champ de bataille, mais sur le fardeau psychologique et physique qu’elle entraîne. Épuisement, malnutrition, dépression du côté des soldats, mais aussi un découragement dû aux décisions impossibles à prendre mais nécessaires quant au roi. Tant de facteurs qui confèrent à The Fortress une dureté et un goût aigre. Cet inconfort couplé aux divers éléments mentionnés ci-dessus empêche ce film d’être qualifiable de « commercial » et est en mesure d’en rebuter plus d’un.

Les éditions commercialisées

Félicitations à l’éditeur M6 Vidéo qui est apparemment le premier studio à mettre la main sur The Fortress à l’international. Sa mise en rayon est on ne peut plus simple malgré tout, puisqu’un DVD simple et un Blu-ray (bénéficiant d’un steelbook) sont disponibles à l’achat. Aucun Blu-ray 4K n’est à l’ordre du jour, et le marchand FNAC a fait l’impasse sur une édition exclusive.

De gauche à droite : DVD, Steelbook + Blu-ray

Test Vidéo/Audio

Il est impossible de déterminer si un master 4K existe, ou bien si l’équipe du film d’une durée de 139 minutes s’est contentée d’achever The Fortress à une résolution s’élevant à 2K. Le spectacle fournit par la galette bleue est cependant saisissant. Ne vous attendez pas à une explosion de couleurs puisque la photographie se veut plutôt terne, désaturée, et tendant vers des teintes bleutées qui parviennent à capturer le froid s’abattant sur le pays. Flattées par des contrastes de qualité et des noirs profonds, ces dernières sont agréables à l’œil. Des tons plus chaleureux et chatoyants viennent parfois réchauffer le spectateur tandis qu’il se glisse dans les intérieurs orangés où se dresse le roi Injo. L’image est ciselée grâce à des contours précis et moult détails sur les visages et fabriques.

Deux pistes au format DTS-HD 5.1 sont fournies. La première est le doublage français, la seconde est l’audio original en coréen. Cette dernière est dynamique, présentant des effets surround convaincants lors des scènes de batailles qui ne sont pas en reste. C’est lors de celles-ci que les basses s’en donnent à cœur joie lors des explosions qui ne cessent d’aggraver les pertes humaines et architecturales. Les moments plus intimistes, comme lors des négociations, parviennent à restituer suffisamment de sons d’ambiance afin d’envelopper le public dans la bulle, lui donnant l’impression de s’y trouver lui-même physiquement. The Fortress repose particulièrement sur ses échanges verbaux paraissant parfois interminables, mais qui sont heureusement clairs et audibles sans la moindre difficulté.

Test Bonus

L’édition proposée par M6 Vidéo ne gâte pas les intéressés avec une interactivité poussée qui ne craint pas d’aborder tous les aspects de la création du film. Bien au contraire, une simple featurette d’une poignée de minutes est disponible. Ne comptez donc pas sur des scènes coupées, des storyboards, ni même un commentaire audio.

  • Making of (4:43 min) : divisé en quatre parties, ce supplément revient sur le processus d’adaptation du roman écrit par Kim Hoon. Ainsi, après un chapitre plus introductif, les intervenants s’arrêtent sur le casting dans « La crème des acteurs coréens », et sur le travail démentiel fourni dans le but de donner vie à cette histoire inspirée de faits réels avec « Une reconstitution épique de l’invasion Qing ». Le bonus s’arrête après avoir suivi l’accueil réservé à The Fortress par le biais de « L’événement cinématographique qui a enflammé le box-office coréen ».
  • Bande-annonce (1:37 min) : en HD.
Écrit et réalisé par Hwang Dong-hyuk (Miss Granny), le scénario de The Fortress (ou Namhansanseong) se base sur le roman né de la plume de Kim Hoon et paru en 2007 : Namhan Fortress. Le film se fait particulièrement remarquer en Corée du Sud où il attire presque 4 millions de spectateurs dans les salles obscures, et remporte l’Award du Meilleur Directeur de Photographie au Festival international du film de Hong Kong. Un tiraillement entre deux idéologies Présentée pour la première fois sur le grand écran, l’invasion des Qing qui sert ici de contexte au long-métrage se déroule durant l’hiver 1636. Alors…

Note de la rédaction

Note de la rédaction

Sur la bonne voie

Du fait de son genre particulier, « The Fortress » est une œuvre cinématographique qui parlera uniquement à des spectateurs passionnés par les drames historiques couplés aux enjeux stratégiques liés à la guerre. Sans doute y trouveront-ils leur compte, d’autant plus que le film bénéficie de visuels somptueux. Les suppléments sont ici l’unique point noir du Blu-ray qui est techniquement impeccable. Barème : Film ★★★ / Blu-ray ★★★★★ / Bonus ★

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Ce soir Dark Shadows ou Hors d’atteinte ? Suivez le guide (tv)

Heureusement que le dimanche nous offre toujours notre pain hebdomadaire de films avec, ce soir, « Dark Shadows » et « Hors d'atteinte ».

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis