ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Willow : George Lucas a écrit le scénario par admiration pour un acteur

Un rôle qui a tout changé

Willow : George Lucas a écrit le scénario par admiration pour un acteur

La naissance de "Willow" n'est due qu'à l'admiration de George Lucas pour un acteur à qui il voulait offrir un grand premier rôle : Warwick Davis.

Willow : la fantasy des étoiles

Il fut un temps où Peter Jackson n'avait pas encore réussi son coup en réalisant l'incroyable Le Seigneur des anneaux. Un temps où l'heroic-fantasy de Frodon n'existait pas au cinéma. Il y avait bien eu des tentatives d'adaptation de la saga littéraire de J.R.R Tolkien, mais aucune n'alla jusqu'au bout. Pourtant, en 1988, Ron Howard livre ce qui sera le plus proche de ce qui se passe dans la terre du milieu : Willow. Le scénario est néanmoins écrit par George Lucas, le père de Star Wars. Malgré l'aura de la saga des étoiles, il n'arrive pas à trouver de financement auprès des studios. Il se tourne alors vers Alan Ladd Jr qui avait cru en Star Wars et accepte de co-financer Willow avec lui.

Portée par Val Kilmer et Warwick Davis, l'histoire raconte le destin de Willow, un petit habitant du peuple des Nelwyns. Ce dernier va protéger Elora, une princesse bébé vouée à détrôner la terrible reine Bavmorda. Il doit la confier à un membre du pays des Daïkinis. Willow rencontre alors le mercenaire Madmartigan, qui est enfermé dans une cage. La confiance n'est pas de mise, mais le duo est formé pour se perdre dans des aventures fantastiques.

Un talent immense

Willow est né d'une envie de George Lucas d'offrir un premier grand rôle à un acteur qu'il admirait. Il avait en effet eu la chance d'offrir le rôle de l'Ewok Wicket à Warwick Davis, un comédien de petite taille, dans Star Wars : Le Retour du Jedi. Le Britannique est alors âgé de 13 ans mais sa bonne humeur marque le créateur qui ne l'oublie pas. À un point qu'il se donne même l'idée de lui offrir le premier rôle d'un long-métrage. Il imagine alors cette histoire de Willow dans lequel l'acteur en sera le héros. George Lucas ne lui donne d'ailleurs pas le choix : le film ne se fera que si Davis dit "oui" !

Willow
Willow ©Lucasfilm Ltd.

Heureusement pour tout le monde, Davis accepte. Il n'a que 17 ans et pourtant, il joue un personnage de patriarche, marié et père de deux enfants. Toutefois, Lucas insuffle au personnage des côtés de la vraie nature jubilatoire et lumineuse du jeune Britannique. C'est donc officiel, George Lucas aura réussi à offrir au comédien le haut de l'affiche. Enfin, pas tout à fait.

Dans l'ombre de Madmartigan

L'admiration de George Lucas pour Warwick Davis est le moteur qui donne naissance à Willow. Le Britannique ne peut toutefois pas jouer tout seul dans le film. Le casting d'une telle production est riche et l'on peut voir à ses côtés Billy Barty, Jean Marsh, Joanne Whalley, Patricia Hayes, Tony Cox, Kevin Pollak, et Kenny Baker. Mais l'autre vraie star du film, c'est Val Kilmer. Le comédien vient de triompher mondialement dans Top Gun en rival de Tom Cruise.

Willow
Willow ©Lucasfilm Ltd.

Au moment de réfléchir au marketing du film, l'équipe chargée de la communication ne se pose pas trop de question et son nom est en gros sur les affiches alors que celui de Warwick Davis est en beaucoup plus petit, même s'il est le vrai héros. C'est également Kilmer qui sera le premier nom à apparaître au générique du film. Cette situation plongera George Lucas dans une rage folle.

Si ça peut rassurer Lucas, tous les spectateurs savent que le vrai héros du film, c'est bien Willow. L'indice est peut-être même dans le titre.

Le film est disponible en streaming sur Disney +.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.