Coupez ! : l'hommage délirant d'Hazanavicius aux séries Z

Une comédie à mourir de rire !

Coupez ! : l'hommage délirant d'Hazanavicius aux séries Z

CRITIQUE / AVIS FILM - Remake du film japonais "Ne coupez pas !" (2019), "Coupez !" est l'occasion pour Michel Hazanavicius de rendre hommage aux films de zombies fauchés.

Une comédie zombiesque signée Michel Hazanavicius

Avec The Artist (2011), Michel Hazanavicius rendait hommage au cinéma hollywoodien. Une œuvre qui permit au réalisateur français de s’envoler aux Etats-Unis pour recevoir cinq Oscars (dont meilleur film et meilleur acteur pour Jean Dujardin). Plus de dix ans après, le cinéaste met à nouveau le cinéma à l’honneur dans Coupez !. Mais dans un autre genre, moins glorieux, sans strass et paillettes. Ici, il nous emmène à la découverte du monde des séries Z aussi sanglantes que bordéliques.

Tout commence par une jeune femme qui se fait attaquer par un zombie. Puis, un réalisateur tyrannique entre en scène pour pourrir son équipe. Une grosse colère durant laquelle Romain Duris annonce la couleur d’une prestation exceptionnelle.

Coupez !
Romain Duris - Coupez ! ©Pan Distribution

À peine le temps de reprendre leurs esprits, qu’interprètes et maquilleuse sont réellement attaqués par un mort vivant ! Est-ce la réalité ? Est-ce la continuité du tournage ? Où est le vrai, où est le faux ? Durant ce long plan-séquence particulièrement mal joué (volontairement), Michel Hazanavicius parvient à instaurer le doute chez le spectateur. Va-t-il nous proposer un film lourdingue à la limite de la gêne, ou une des comédies françaises les plus drôles depuis longtemps ?

La drôlerie extrême de Coupez !

C’est évidemment le second choix qui s’impose après une première partie déjà riche en moments hilarants. Aussi bien visuellement, que grâce à des répliques de Bérénice Béjo (également grandiose) vouées à devenir cultes. Michel Hazanavicius avait fait fort de ce point de vue avec OSS 117 : Le Caire, nid d’espions (2006) et sa suite Rio ne répond plus (2009).

Tout en adoptant un autre style avec Coupez !, il prouve à nouveau qu’il peut être un excellent dialoguiste (il avait co-signé ceux d’OSS 117 avec Jean-François Halin). Ainsi, même si son concept de départ provient du film japonais Ne coupez pas ! (2019) de Shin'ichirō Ueda, dont Coupez ! est un remake très fidèle tout en y ajoutant un élément méta, l'adaptation des dialogues et le dynamisme du long-métrage sont bien à mettre sur le compte du cinéaste français. Sans oublier les prestations à pleurer de rire du reste du casting : Matilda LutzFinnegan Oldfield,  Sébastien Chassagne, et mention spéciale à Grégory Gadebois et Jean-Pascal Zadi.

Dans les coulisses chaotiques d’un film de genre

On sait que Michel Hazanavicius a de sérieuses connaissances en cinéma. Et il n’a de cesse de s’amuser avec ses références. De là à se considérer comme le Quentin Tarantino français ? Pas vraiment. Mais Michel Hazanavicius peut au moins se permettre un sympathique clin d'œil, en affublant d’un t-shirt “Tarantino” la fille du réalisateur raté incarné par Romain Duris. Cependant, Coupez ! ne cherche pas tant à mettre à l’honneur des films de série Z, que leurs coulisses et les artisans de ces films fauchés.

Coupez !
Coupez ! ©Pan Distribution

Une manière d’insister sur le fait que, dans le chaos ambiant, où l’improvisation et la débrouille sont les maîtres-mots, l’humain ressort. Une vision probablement un peu optimiste et idéalisée par rapport à la réalité. Coupez ! force également légèrement dans son final sur les bons sentiments autour de la cohésion de groupe et la complicité enfin retrouvée entre un père et sa fille. Mais la démarche de Michel Hazanavicius reste honnête et cohérente. Et qu'importe, au fond, qu'à l'inverse de Shin'ichirō Ueda le Français ait disposé de vrais moyens, cela n’enlève rien à la drôlerie de l’ensemble, bien au contraire.

Coupez ! de Michel Hazanavicius, en salles le 17 mai 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces. Le film a fait l'ouverture du Festival de Cannes 2022.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Sans filtre : la mitrailleuse à salissures de Ruben Östlund est notre Palme de Canard-WC

Sans filtre : la mitrailleuse à salissures de Ruben Östlund est notre Palme de Canard-WC

CRITIQUE / AVIS FILM - Ruben Östlund est de retour au cinéma avec son brûlot anti-capitaliste "Sans filtre". Une comédie aussi drôle que dégoûtante et à la tenue aléatoire, et dont le pari - réussi - est de surtout ne laisser personne indifférent. On regrettera néanmoins que cette Palme d'or (?) s'éclate plus à triturer la matière fécale que la matière grise.