ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Ip Man 4 : un dernier combat relativement efficace pour Donnie Yen

Ip Man 4 : un dernier combat relativement efficace pour Donnie Yen

CRITIQUE / AVIS FILM – Après trois films relativement bien maîtrisés, Wilson Yip revient à la saga "Ip Man" avec la sortie du quatrième opus. Pour l'occasion, Donnie Yen reprend évidemment son rôle culte.

En 2008, Wilson Yip se lance dans la réalisation de la saga Ip Man. Il décide de raconter l'histoire du célèbre maître de Bruce Lee. Il veut retranscrire l'histoire avant l'histoire. Le récit prend place dans les années 1930 dans le sud de la Chine, pendant le conflit qui oppose le pays aux Japonais. Après trois films bourrés de péripéties, Ip Man 4 : Le dernier combat raconte le voyage de maître Ip aux États-Unis dans les années 1960. Pendant son séjour il va retrouver son ancien élève Bruce Lee et va prendre part à un conflit racial qui sévit à Chinatown.

Un dernier tour de piste touchant

Sans être le plus réussi de la trilogie, Ip Man 4 parvient toujours à dégager quelque chose d’authentique. Wilson Yip réalise un film simple, sans prétention, qui s'inscrit parfaitement au sein de la franchise. Une suite logique qui reprend les éléments qui ont fait le succès des précédents films. À savoir un personnage définitivement attachant, un scénario épuré et surtout des séquences d'action renversantes superbement chorégraphiées. L'histoire d'Ip Man 4 est en adéquation avec son personnage : simple et humaniste. Même si on peut regretter parfois un manque de développement historique, le récit d'Ip Man 4 a la qualité d'être concis.

Ip Man 4 : Un dernier combat relativement efficace pour Donnie Yen

Évidemment, l'intérêt premier de ce nouvel opus est une fois de plus Donnie Yen. L'acteur campe le maître du kung-fu avec un professionnalisme de tous les instants. Jamais lassé par ce personnage qu'il a interprété à trois reprises, le comédien lui donne une fois de plus l'épaisseur suffisante pour le rendre totalement crédible. Il trouve encore la justesse nécessaire pour apporter le mélange équilibré entre force et sagesse. Et finalement, c'est cette justesse qui donne sa saveur à la saga Ip Man. Même si la qualité des épisodes est régressive, jamais Donnie Yen n'a démérité. Donc forcément, quand on arrive au bout du chemin, les adieux avec son personnage, mais surtout avec l'acteur, offrent quelques instants émotionnellement forts.

Un quatrième épisode plus faible

Pour autant, Ip Man 4 réutilise encore et toujours la même formule. Même réalisateur, même acteur, même compositeur (Kenji Kawai) et même chorégraphe (Yuen Woo-Ping). Donc forcément, au bout de quatre films, l'histoire se répète. Surtout que le schéma narratif est identique. Maître Ip doit affronter plusieurs adversaires jusqu'au boss de fin, généralement de nationalité étrangère. Donc indubitablement, la franchise dérive vers une forme de banalité. En ressort un ultime volet finalement assez classique et parfois même dénué d'identité forte. Comme si Wilson Yip avait perdu sa verve du premier film. La faute également à un scénario cousu de fil blanc, où chaque péripétie est finalement très attendue. Sans grande surprise, le cinéaste emmène son spectateur vers une conclusion sans éblouissement, sans stupéfaction. Après 3 films, Ip Man : Le Dernier Combat a un certain goût de déjà vu. La faute également, à des personnages secondaires sans épaisseur. Des caricatures sans grande originalité, qui servent seulement à faire avancer le propos du film. Des figures sans véritable âme qui manquent cruellement de personnalité.

Ip Man 4 : Un dernier combat relativement efficace pour Donnie Yen

Heureusement, il reste les chorégraphies renversantes de Yuen Woo-Ping. Encore une fois, les scènes de combat sont d'anthologie. L'artiste chorégraphe prouve une fois de plus sa maîtrise totale du genre, sa capacité à se servir de l'espace et des décors pour signer des combats titanesques. Encore une fois, ce sont une beauté visuelle sidérante et une fluidité des mouvements hallucinantes qui sont proposées à l'assistance. Et c'est finalement l'intérêt premier de la saga Ip Man. On peut également souligner un effort de recontextualisation historique mis en place. Comme dans les précédents opus Wilson Yip fait un peu de pédagogie. Il aborde des thématiques fortes d'immigration et de racisme. Il met en exergue la difficile intégration du peuple chinois sur le territoire américain. Et même si c'est parfois assez manichéen, et trop superficiel, une piqûre de rappel n'est jamais de trop.

Ip Man 4 : Le dernier combat de Wilson Yip en salle le 22 juillet 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

Greenland : Gerard Butler et Morena Baccarin face à l’apocalypse

Greenland : Gerard Butler et Morena Baccarin face à l’apocalypse

CRITIQUE / AVIS FILM - Après le navrant « Geostorm », Gerard Butler s’essaie de nouveau au film catastrophe. Dans « Greenland - Le dernier refuge », le comédien fait équipe avec Morena Baccarin pour rejoindre un abri alors que les débris d’une comète s’écrasent aux quatre coins du globe.