Jungle Cruise : Disney renoue avec le divertissement old school

Jungle Cruise : Disney renoue avec le divertissement old school

CRITIQUE / AVIS FILM : Le studio Disney est de retour avec un blockbuster estival attachant : « Jungle Cruise ». Porté par Dwayne Johnson et Emily Blunt, le long-métrage renoue avec les grands hits de la firme.

Jungle Cruise : un divertissement maîtrisé

Après des films d'horreur comme La Maison de cire et Esther, des films d'action portés par Liam Neeson comme Non-Stop, Night Run et The Passenger, et en attendant le film DC Black Adam, Jaume Collet-Serra est de retour cet été avec Jungle Cruise. Emmené par Dwayne Johnson, Emily Blunt, Jesse Plemons ou encore Paul Giamatti, le long-métrage s'inscrit comme un divertissement old school attachant.

Jungle Cruise raconte comment la chercheuse Lily (Emily Blunt) se rend dans la jungle amazonienne à la recherche d'une fleur miraculeuse. Aidée par son frère (Jack Whitehall) et le navigateur Frank (Dwayne Johnson), elle décide de descendre le fleuve à la recherche de cette fleur de jouvence.

Jungle Cruise
Jungle Cruise ©Disney

Jungle Cruise, à la manière de Pirates des Caraïbes, est une œuvre adaptée d'une célèbre attraction du parc à thèmes Disney. Après de longues années et de nombreux essais (dont un porté par Tom Hanks et Tim Allen), le projet refait surface en 2017, et vient donc de se concrétiser. Sans être un long-métrage forcément très ambitieux, Jungle Cruise est décomplexé, agréable et surtout familial. La proposition estivale parfaite pour les enfants.

Un film d'aventure à l'ancienne

Même si le film est trop long (2h08 tout de même), et perd ainsi parfois son spectateur, Jungle Cruise tente de renouer avec des films d'aventure vintages. Jaume Collet-Serra apporte une vision précise de ces films d'un autre temps, quelque part entre Indiana Jones (évidemment) et À la poursuite du diamant vert. Son dernier film est une production Disney classique, qui s'exprime à travers ses qualités habituelles comme ses défauts.

Ainsi, malgré un ventre mou inévitable, Jungle Cruise demeure un joyeux spectacle, qui repose ses ressorts comiques et émotionnels sur des personnages attachants, des séquences d'action explosives et un ton toujours bon enfant. Sans prétention, mais toujours bonifié par un budget conséquent, les spectateurs se retrouvent plonger dans une histoire de quête, d'aventure, d'exil, qui pourrait même rappeler les films de Philippe de Broca, avec L'Homme de Rio en tête.

Jungle Cruise
Jungle Cruise ©Disney

Le cinéaste connaît ainsi ses références, de La Momie à Pirates des Caraïbes (encore lui) en passant par Le Tour du monde en 80 jours. Le genre de divertissements un peu formaté, mais dont Disney a le secret. Cependant, Jungle Cruise, qui ne révolutionne en rien le genre, aurait gagné en rythme à être raccourci. Mais l'alchimie entre les deux comédiens principaux fonctionne à la perfection.

Jaume Collet-Serra coche ainsi toutes les cases du cahier des charges : des légendes fantastiques, un animal sauvage comme mascotte, des méchants envahissants, des décors dépaysants, une romance attachantes, des personnages secondaires comiques (Jack Whitehall, à la manière de John Hannah dans La Momie) et une énorme dose de bonne humeur indéfectible. Ainsi, Jungle Cruse est profondément agréable. Il prend la forme d'un feel-good movie efficace, qui rappelle que le cinéma est aussi un moyen de lâcher prise et de voyager, sans se prendre la tête !

Jungle Cruise de Jaume Collet-Serra, en salle le 28 juillet 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Découvrez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Les Amours d’Anaïs : chronique du désir d'une jeune femme formidable

Les Amours d’Anaïs : chronique du désir d'une jeune femme formidable

CRITIQUE / AVIS FILM - On a vu "Les Amours d'Anaïs" de Charline Bourgeois-Tacquet, une jolie variation sur le thème du triangle amoureux avec une très belle performance d'Anaïs Demoustier. Un premier film qui témoigne d'une harmonie artistique précieuse entre les deux femmes, et qui en appelle d'autres.