Le Dernier duel : un très grand film de Ridley Scott

Le Dernier duel : un très grand film de Ridley Scott

CRITIQUE / AVIS FILM - Ridley Scott fait son grand retour avec "Le Dernier duel", drame historique sur une affaire de viol au Moyen Âge qui donna lieu à l'un des derniers duels judiciaires.

Ridley Scott toujours présent

Depuis 1977 et Les Duellistes, Ridley Scott n’a jamais mis plus de quatre ans pour réaliser un film. C’est le temps qui s’était écoulé entre 1492 : Christophe Colomb (1992) et Lame de fond (1996). Et c’est également ce qu’il a fallu attendre après Alien : Covenant et Tout l'argent du monde (tous les deux sortis en 2017) et son nouveau film Le Dernier duel. Rappelons qu’House of Gucci sortira également cette année. Ridley Scott est donc toujours resté très actif avec une capacité impressionnante à toucher à tous les genres.

Ainsi, se lancer à plus de 80 ans dans un drame historique en plein Moyen Âge avec tout ce que cela implique de décors, costumes et séquences d’action, n’avait, au fond, rien d’exceptionnel pour lui. Pour autant, si ces dernières années ses productions ont été moins mémorables (Seul sur Mars), pas exemptes de défauts (Prometheus, Cartel), voire décevantes (Robin des BoisExodus, Alien : Covenant), il retrouve de sa superbe avec Le Dernier duel, probablement son meilleur film depuis Gladiator (2000).

Le Dernier duel
Marguerite de Thibouville (Jodie Comer) - Le Dernier duel ©The Walt Disney Company France

L’histoire se déroule à la fin du XIVe siècle. Marguerite de Thibouville (Jodie Comer), épouse de Jean de Carrouges (Matt Damon), accuse Jacques Le Gris (Adam Driver) de l’avoir violée. Une histoire vraie qui donna lieu à l’un des derniers duels judiciaires en France. Pour nous conter ce récit, Ridley Scott fait le choix de présenter, l’une après l’autre, la version de chaque protagoniste. Une manière pour lui de déconstruire autant l’image de Jean que celle de Jacques, et de renforcer notre empathie pour Marguerite, tout en critiquant le monde autour d’elle.

Une histoire d'hier et d'aujourd'hui

En effet, si dans la première partie Jean apparaît comme un homme honorable mais entouré d’opposants peu valeureux, la seconde partie, du point de vue de Jacques, est moins tendre avec lui, le reléguant quasiment à un statut de bouffon. Mais c’est surtout le troisième acte, « la vérité » de Marguerite, qui permet de prendre conscience qu’il n’y a pas d’héros ici. Non, Jean n’est pas un mari attentionné, mais un homme égocentrique qui n’a pas conscience de la cruauté dont il est capable. Et non, Jacques n’est pas un séducteur charmant, mais un coureur de jupons qui ne connaît pas vraiment le consentement. Dès lors, le réalisateur n’est pas tant dans une démarche hollywoodienne classique que dans une volonté de témoigner d’une réalité, avec toute l’horreur et l’injustice que cela peut impliquer.

Le Dernier duel
Le Dernier duel ©The Walt Disney Company France

Deux portraits d’hommes qui en disent long sur la société du Moyen Âge, mais également sur celle d’aujourd’hui. La comparaison ici est alors peu flatteuse pour notre époque qui n’est peut-être pas si évoluée. Car bien que Le Dernier duel évoque le passé, ce que nous dit Ridley Scott (ou les scénaristes Ben Affleck, Matt Damon et Nicole Holofcener qui ont chacun écrit une partie) est malheureusement encore d’actualité. Comme évoquée plus haut, une éducation au consentement est primordiale. Et la terrifiante scène du viol, parfaitement dirigée par Ridley Scott, en est la preuve.

De plus, le réalisateur montre les difficultés pour les victimes de s’exprimer. Face à des hommes peu empathiques, que cette histoire n’arrange pas, mais également face à des femmes culpabilisantes. Marguerite est alors terriblement seule, mais jamais réduite à un statut de victime. Pour l’incarner, Jodie Comer (Killing Eve) livre une excellente prestation, au niveau de ses comparses masculins que sont Matt Damon et Adam Driver.

Le Dernier duel, l'excellence à tous les niveaux

Avec Le Dernier duel, Ridley Scott s’éloigne donc de l’aspect épique qu’on peut associer à la chevalerie et retire toute forme de romantisme qu’on pouvait avoir dans Gladiator ou Kingdom of Heaven. Ici, c’est bien le drame qu’il souhaite mettre en avant. Ce qui ne l’empêche pas de proposer des séquences musclées parfaitement mises en scène. C’est le cas avec une première bataille vite expédiée qui rappelle qu’il est encore l’un des seuls capables de filmer des combats à l’épée et à cheval avec autant de réalisme.

Alors que désormais le numérique est trop souvent visible à l’écran, Ridley Scott fait du cinéma à l’ancienne (dans le bon sens du terme), qui parvient à faire oublier les trucages. Il le prouve également dans la scène finale du duel attendu. Une séquence extrêmement tendue dans laquelle la colère du spectateur se concentre puisque, du résultat de ce duel, dépendra le sort de Marguerite. Vous avez dit société patriarcale ?

Le Dernier duel de Ridley Scott, en salle le 13 octobre 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Ron débloque : quand l’intelligence artificielle déraille

Ron débloque : quand l’intelligence artificielle déraille

CRITIQUE / AVIS FILM - Dans "Ron débloque", un robot révolutionnaire souffrant d’un défaut de fabrication se met à faire des siennes. Un pétage de plombs qui mérite le déplacement au cinéma ?