MENU
Accueil > Critiques > Critiques cinéma > Minuscule 2 : une épopée touchante

Minuscule 2 : une épopée touchante

CRITIQUE FILM – « Minuscule 2 : Les Mandibules du bout du Monde » est une suite très réussie, qui dépasse même l’originale. Thomas Szabo et Hélène Giraud apportent un vent de fraîcheur dans le cinéma français.

Après un premier opus sorti en 2014, Thomas Szabo et Hélène Giraud reviennent pour un deuxième épisode intitulé Minuscule 2 – Les Mandibules du bout du Monde. A la base Minuscule : La Vie privée des Insectes est une série télévisée de 2006, moitié animation, moitié prises de vues réelles, créée par le même duo. Elle est d’abord diffusée sur KD2A avant de réellement exploser sur Zouzous, l’émission jeunesse de France 5. Une idée novatrice pour cette série qui permet de montrer les insectes sous un jour plus attachant.

Une animation magnifique

Déjà sur le premier opus, ce mélange entre animation et prises de vues réelles, fonctionnait à merveille. Les deux cinéastes permettent de mettre en avant le mariage entre ces deux manières de faire du cinéma. Beaucoup plus subtil que les films des Looney Tunes ou le Dinosaures de Disney, Minuscule est une bouffée de fraîcheur. Ces petits animaux déambulent à merveille dans un environnement superbe de montagnes, puis de plages de Guadeloupe. La beauté visuelle est appuyée par des effets spéciaux de premier ordre réalisés par la société The Yard. Après un premier opus qui s’inspire du western et du film de guerre, cette fois le duo fait référence aux films d’aventure et d’excursion en emmenant sa fine équipe : la coccinelle, la fourmi et l’araignée en Guadeloupe. L’occasion pour les personnages de découvrir la faune locale.

Minuscule a cette particularité, à souligner, d’être une série de films muets. Les humains sont bien présents, encore plus dans cette suite, avec notamment l’apparition cocasse de Bruno Salomone, mais demeurent silencieux. Les insectes ne parlent pas non plus. Cela permet au duo de faire passer toutes les émotions par les bruitages (qui sont exceptionnels) et les réactions de ses personnages. Outre sa justesse d’écriture, le long métrage est également une œuvre burlesque et profondément drôle. L’humour est percutant et perspicace, notamment dans ses parallèles avec le monde des humains (les bruits de klaxons des insectes qui se croisent comme des voitures sur une autoroute). Minuscule est une saga très touchante, qui permet d’offrir un cinéma catégoriquement différent à la jeunesse tout en gardant le public adulte sous la mandibule.

Une épopée très touchante

En plus d’être une prouesse visuelle, Minuscule est également une histoire passionnante. La structure narrative est logique, permettant à la jeune coccinelle de partir à la découverte du monde. Le thème de l’appartenance familiale est donc évidemment mis en avant. Mais également cette notion de prise d’indépendance de l’enfant sur le parent. La métamorphose d’un jeune en adulte par le biais de la découverte, de l’apprentissage d’une culture et d’un environnement différent. Le message d’ouverture et de tolérance de Minuscule est touchant et intelligent. Les cinéastes n’oublient pas non plus d’insérer un message écologique pertinent sur la condition de notre littoral. Bref, Minuscule est une œuvre pleine de ressources et de surprises, dont les messages sont loin d’être stupides.

Dans cet espèce de remake de Nemo, où le père part à la recherche de son fils, le long métrage réserve des séquences renversantes. Comme cette tempête, ce bateau télécommandé et ce grand requin blanc qui rode, menaçant. Outre cette scène qui se termine en référence directe à Pinocchio, le film est ponctué de clins d’œil en tout genre. A la manière du premier film Thomas Szabo et Hélène Giraud ne peuvent s’empêcher de mettre ça et là de nombreuses références cinématographiques. Se plaçant en pastiche du film Le Peuple de l’Herbe, Minuscule est une œuvre brillante, passionnante et surtout très touchante, notamment dans sa conclusion. Un adieu déchirant, qui permet de montrer l’intelligence des deux cinéastes, qui transmettent un message de liberté, dans une vision inédite et décalée du monde qui nous entoure.

 

Minuscule 2 : Les Mandibules du bout du Monde de Thomas Szabo et Hélène Giraud, en salle le 30 janvier 2019. Ci-dessus la bande annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Après un premier opus sorti en 2014, Thomas Szabo et Hélène Giraud reviennent pour un deuxième épisode intitulé Minuscule 2 – Les Mandibules du bout du Monde. A la base Minuscule : La Vie privée des Insectes est une série télévisée de 2006, moitié animation, moitié prises de vues réelles, créée par le même duo. Elle est d'abord diffusée sur KD2A avant de réellement exploser sur Zouzous, l'émission jeunesse de France 5. Une idée novatrice pour cette série qui permet de montrer les insectes sous un jour plus attachant. Une animation magnifique Déjà sur le premier opus, ce mélange entre animation et prises…

Conclusion

Note de la rédaction

Une suite encore plus efficace que l’original. Mieux rythmée, plus belle, plus touchante, c’est une réussite totale pour les amateurs de Minuscule.

Note spectateur : Sois le premier !
Voir aussi
Le Déserteur : le magnifique cauchemar de Charlot

CRITIQUE / AVIS FILM - Le titre original de ce film québécois, "La Grande Noirceur", a été transformé pour devenir, en France, "Le Déserteur". Dans un cas comme dans l'autre, il est bien question d'un monde en guerre, une guerre récente ou pas, en cours ou terminée. Son ombre règne sur ce road movie intrigant qui suit le parcours erratique d'un sosie de Chaplin.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis