ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Homecoming : une saison 2 plus classique mais toujours efficace

Homecoming : une saison 2 plus classique mais toujours efficace

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Après une première saison portée par Julia Roberts, c'est au tour de Janelle Monáe d'oublier qui elle est et d'enquêter sur son passé dans la saison 2 de "Homecoming", proposée par Amazon Prime Vidéo.

Avec sa première saison Homecoming avait été une très bonne surprise, principalement grâce à sa proposition de mise en scène, véritable hommage aux thrillers paranoïaques des années 1970 et 1980. Dès la première scène, alors que se faisait entendre un morceau de Pino Donaggio, composé à l’origine pour Pulsion de Brian de Palma en 1980, on comprenait la volonté de Sam Esmail, réalisateur de la saison 1, de s’adresser en premier lieu à un public cinéphile – et donc ayant un minimum connaissance du cinéma de de Palma.

Dès lors, toute l’originalité de la série tenait dans sa réalisation atypique, ponctuée de vas et viens entre deux époques, notables grâce à des changements de cadre - pour plus de détail voir notre critique de la saison 1. Le tout se retrouvant au service d’une intrigue permettant de questionner la mémoire, Homecoming avait quelque chose de fascinant. Mais la série pouvait-elle continuer de la sorte sur une saison 2 sans tomber dans une forme de redite ? A la vue de ces nouveaux épisodes, on peut penser que les producteurs ont eu cette crainte.

Exit Sam Esmail et sa patte 80’s

En effet, pour la saison 2 de Homecoming Sam Esmail a laissé sa place à Kyle Patrick Alvarez. Et, bien plus qu’un simple détail, au lieu de reprendre des morceaux issus d’autres œuvres, la musique a cette fois été confiée au compositeur Emile Mosseri. Il ne faut pas longtemps avant de remarquer une volonté de simplifier le show, de le rendre plus classique. Certes Kyle Patrick Alvarez n’oublie pas totalement les travelings latéraux et les effets de zoom, et il use ici et là du split screen (écran divisé). Mais sa proposition ne fait que reprendre lointainement le style mis en place par Esmail et manque de virtuosité. Cela étant d’ailleurs à l’image du récit de la saison 2, qui fait pourtant suite à la saison 1.

Critique / Avis Homecoming : une saison 2 plus classique mais toujours efficace

Dans la première saison on découvrait Heidi, une psychiatre travaillant dans un centre destiné à aider les soldats à reprendre une vie de civil. Elle découvrait alors que l’entreprise pour laquelle elle travaille teste en réalité une substance permettant d’effacer les souvenirs douloureux des soldats, dans le but de les remettre rapidement sur le terrain. S’étant prise d’affection pour Walter Cruz, l’un des militaires, elle tenta de l’aider à sortir du centre, quitte à lui faire perdre tous ses souvenirs.

Une approche trop simpliste

La saison 2 de Homecoming s’ouvre cette fois sur Janelle Monáe (très appliquée), qui se réveille sur une barque au milieu d’un lac. Comment est-elle arrivée là ? Et qui est-elle ? Ces questions, elle ne pourra pas y répondre, étant victime d’une profonde amnésie. Une carte d’identité trouvée sur elle, et un tatouage de militaire seront alors un début de piste pour qu’elle puisse comprendre qui elle est et ce qui lui est arrivé. Et alors qu’elle touchera au but après seulement deux épisodes, la série nous renvoie à son passé dès l’épisode 3. Ainsi, plutôt que d’enchaîner les changements temporels, Homecoming saison 2 est plus linéaire, se veut plus facile d’accès et compréhensible (comprenez simpliste et prévisible).

Critique / Avis Homecoming : une saison 2 plus classique mais toujours efficace

Cependant, Homecoming reste une proposition efficace. Un thriller psychologique qui montre comment chaque personnage peut avoir un double visage, une double vie. C’est le cas de Janelle Monáe, mais également et surtout un autre personnage, Audrey Temple (Hong Chau). C’est par elle que la série trouve un second souffle, en la montrant tantôt en simple assistante timide, tantôt en leadeuse de son groupe de travail après avoir soudain gravi les échelons. Un personnage qui, en s’engouffrant dans une faille, finira par se laisser corrompre par le gouvernement (via Joan Cusack) et le système capitaliste qui l’entoure. Ainsi, en dépit d’une certaine déception, cette saison 2 de Homecoming parvient toujours à captiver (grâce notamment à son format court) et referme intelligemment l’intrigue débutée en saison 1. Pas sûr qu’une saison 3 sera nécessaire par contre…

 

Homecoming créée par Micah Bloomberg et Eli Horowitz, saison 2 disponible le 22 mai 2020 sur Amazon Prime Video. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

Ratched : le préquel sur l'infirmière sadique déçoit

Ratched : le préquel sur l'infirmière sadique déçoit

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Ryan Murphy s'intéresse à l'infirmière sadique de "Vol au-dessus d'un nid de coucou" dans son préquel "Ratched". Une série portée par une brillante Sarah Paulson qui se perd dans ce qu'elle veut raconter et qui n'a pas un intérêt profond.