Le Livre de Boba Fett S1 : une série qui sent le Sarlacc

Une grosse déception

Le Livre de Boba Fett S1 : une série qui sent le Sarlacc

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Après le grand retour de Boba Fett dans la saison 2 de « The Mandalorian », Disney+ propose un spin-off décevant centré sur le chasseur de primes emblématique de la première trilogie.

Le Livre de Boba Fett : le retour de Temuera Morrison

Jon Favreau a su convaincre les fans de la première heure, comme de la dernière, avec The Mandalorian. À travers ses deux premières saisons, la série s'est imposée comme un incontournable pour les fans de Star Wars. Lors de la deuxième saison, le cinéaste décide de ramener un personnage emblématique de l'univers de George Lucas. En effet, des années après son introduction dans la trilogie originelle, le puissant Boba Fett est de retour sur le devant de la scène. Pour l'incarner, la production s'est évidemment tournée vers Temuera Morrison.

Boba Fett (Temuera Morrison) - Le Livre de Boba Fett
Boba Fett (Temuera Morrison) - Le Livre de Boba Fett ©LucasFilm / Disney+

Ce dernier était le visage de Jango Fett, et plus largement de tous les clones dans la prélogie. Son grand retour dans The Mandalorian et maintenant dans Le Livre de Boba Fett fait donc sens. Difficile de cacher notre joie de voir le comédien revenir dans la peau de Boba Fett, presque vingt ans après son apparition dans L'Attaque des Clones. Pour Le Livre de Boba Fett, Jon Favreau, à l'écriture, s'est associé à un autre ponte de l'univers Star Wars : Dave Filoni. Ce dernier est la tête pensante derrière les quatre séries animées Star Wars : The Clone Wars, Rebels, Resistance et plus récemment The Bad Batch.

Une première partie ponctuée par les flashbacks

Le retour de Boba dans The Mandalorian a fait forte impression. Offrir à Boba Fett une série à son nom est plutôt une bonne idée sur le papier. Il y avait irrémédiablement des choses à raconter sur son destin, sur son passé, mais également sur son présent. C'est dans cette optique que Jon Favreau décide de découper la première partie de la série en deux timelines. L'une dans le présent qui se déroule après les événements de The Mandalorian saison 2, et une dans le passé qui revient sur la manière dont Boba Fett est revenu à la vie. Encore une fois, l'idée n'est pas stupide, mais manque d'épaisseur.

Le Livre de Boba Fett
Le Livre de Boba Fett ©LucasFilm / Disney+

Parce que très rapidement, Jon Favreau ne trouve pas assez de matière à exploiter. Il fait sortir Boba Fett du Sarlacc en quelques instants. S'en suit alors une intrigue passablement ennuyeuse où le chasseur de primes est recueilli par les Hommes des Sables. Pendant trois épisodes, assez laborieux, on nous présente le changement de condition du protagoniste. Via des flashbacks mollassons et sans grand intérêt, on nous explique comment Boba Fett passe de chasseur de primes sans morale à un gentil protecteur de Tatooine.

Rapidement, ces flashbacks tournent dans le vide. Un seul épisode aurait suffit pour expliquer le changement psychologique du personnage. Après tout, il est revenu d'entre les morts, et sa volonté de rédemption n'aurait de toute façon pas été illogique. Mais non, le scénario en fait des caisses, et tourne très rapidement en rond. Les spectateurs auront même la joie de voir Boba Fett an pyjama apprendre aux Hommes des sables à piloter des Speeders. On caricature à peine...

Une intrigue dans le présent cousue de fil blanc

Malheureusement, c'est à peine plus réussi pour la timeline dans le présent. Là encore, Jon Favreau ne sait pas trop quoi raconter. Il dessine alors une intrigue cousue de fil blanc, où l'ancien mercenaire cherche à se faire un nom, à se ranger, et va devoir affronter le syndicat des Pykes. Les spectateurs chevronnés n'auront rien de bien nouveau à se mettre sous la dent. Boba Fett croise la route de Krrsantan, des cousins de Jabba, de Danny Trejo. Bref, il parle, parle et parle encore...

Le Livre de Boba Fett
Le Livre de Boba Fett ©LucasFilm / Disney+

Ce récit téléphoné et sans réelle vision artistique atteint le paroxysme de l'insulte quand le public a la chance de découvrir une bande de cyborgs adolescents néo-futuristes low-cost tout droit sortis d'Alita : Battle Angel qui se déplacent sur des vespas. Un affront pour l'univers Star Wars qui a été rapidement pointé du doigt par les fans. Une proposition certainement venue de l'esprit parfois embrumé de Robert Rodriguez, qui réalise une bonne partie de la saison.

Malheureusement, le réalisateur d'Une Nuit en enfer et de Sin City est en petite forme sur Le Livre de Boba Fett. Ce dernier propose une mise en scène dénuée de tout rythme, de toute vision créative, et d'une mollesse hallucinante. Dans l'épisode 3 Robert Rodriguez met sans doute en scène la course poursuite la plus vide de toute l'histoire de Star Wars. Une approche qui manque d'impact. Ce qui se ressent également dans toutes les séquences d'action de la série, dénuées de vitamines, de violence et d'imagination. Cette absence de créativité dans la mise en scène et cette écriture redondante font de Le Livre de Boba Fett une série gentiment ennuyeuse, et véritablement sans grand intérêt.

Le Mandalorien à la rescousse

C'est finalement l'arrivée de Din Djarin dans l'épisode 5 qui réveille un peu les troupes. Bryce Dallas Howard offre elle un épisode entier sur le personnage de Pedro Pascal, qui tente de se faire sa place, quelque part entre son héritage de Mandalorien et sa possibilité de découvrir une autre voie, peut-être celle des Jedi. Mando a toujours son sabre laser noir et compte bien apprendre à le maîtriser. S'en suit un épisode fourre tout, véritable fast food Star Wars, où l'équipe de Le Livre de Boba Fett ramène tout le monde : Ashoka, Luke, Grogu, R2-D2. Une réunion fan service qui fait inévitablement plaisir mais qui est totalement gratuite. Pourquoi ramener Ashoka ? Pourquoi réintégrer Grogu dans cette intrigue déjà bancale ? Des choix finalement assez contestables...

Cad Bane - Le Livre de Boba Fett
Cad Bane (Corey Burton) - Le Livre de Boba Fett ©LucasFilm / Disney+

Et même quand Dave Filoni introduit Cad Bane en version live, ça fait l'effet d'un pétard mouillé. C'était une idée brillante de confronter Boba Fett au meilleur mercenaire de la galaxie. C'était une idée géniale de voir Cad Bane débarquer en version live. Mais le duo fait le choix de l'intégrer à l'intrigue beaucoup trop tardivement (à la fin de l'épisode 6). Cad Bane n'a pas le temps de briller. Le personnage culte de The Clone Wars trouve même un dénouement malheureux et paresseux dans le dernier épisode du show.

Ou comment faire monter une hype monumentale, via une scène d'introduction extrêmement réussie, pour absolument ne rien proposer de concret derrière. Jon Favreau aurait dû intégrer cet antagoniste bien plus tôt. Ce qui aurait donné davantage d'intérêt à la série qui n'est finalement qu'une transition pour la saison 3 de The Mandalorian.

Le Livre de Boba Fett de Jon Favreau et Dave Filoni sur Disney+ depuis le 29 décembre 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, le jeune Malik Oussekine meurt sous les coups de policiers. 35 ans plus tard, la série "Oussekine" revient sur l'affaire en se consacrant avant tout à l'impact sur ses proches, sans pour autant éluder les retombées médiatiques, politiques et sociétales.