Miss Marvel : une série Disney peu convaincante

La définition parfaite de l'ennui

Miss Marvel : une série Disney peu convaincante

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - « Miss Marvel », la nouvelle série du Marvel Cinematic Universe (MCU) sur Disney+, se concentre sur une toute nouvelle protagoniste : Kamala Khan.

Miss Marvel : retour sur les origines du personnage

Après WandaVision, Falcon et le Soldat de l'Hiver, What If... ?, Loki, Hawkeye et Moon Knight, Marvel Studios présente sa septième série MCU/Disney+ : Miss Marvel. Le show, de six épisodes, créé par Bisha K. Ali, raconte les aventures de Kamala Khan, une adolescente fan de Captain Marvel. Grande amatrice de pop culture, elle rêve de devenir une super-héroïne. Quand elle trouve un mystérieux bracelet, son quotidien change radicalement.

Miss Marvel
Miss Marvel ©Disney+

Sur le papier, Miss Marvel n'est pas la série la plus excitante du catalogue Marvel. Personnage assez méconnu du grand public, Kamala Khan est créée en 2013 par Sana Amanat et Stephen Wacker. Elle n'est d'ailleurs pas la première Miss Marvel des comics. Elle reprend le pseudonyme initialement détenu par Carole Danvers avant qu'elle ne devienne Captain Marvel. Comme dans la série, Kamala Khan est une idole de cette dernière et décide de reprendre son ancien nom pour lui rendre hommage.

Objectif : introduire la première héroïne musulmane

Surtout, Kamala Khan est la toute première héroïne musulmane de l'histoire des comics Marvel. Et depuis quelques temps Disney veut apporter plus de diversité dans le MCU. Kamala Khan est la porte d'entrée parfaite pour s'adresser à un nouveau public, et proposer une série politiquement correcte, en adéquation avec le mouvement woke. Sur cela, Marvel a tapé dans le mille. Véritable série bisounours, le show s'adresse à un public très jeune, et ne veut absolument pas se mettre qui que ce soit à dos. Difficile d'être plus guimauve que ce qui est proposé ici.

Sur les deux premiers épisodes, les enjeux sont d'un grand ennui. Miss Marvel raconte le quotidien de Kamala Khan avec ses problèmes d’insertion sociale, ses conflits avec ses parents, ses difficultés au lycée, son histoire d'amour adolescent, et surtout son rapport à ses origines en opposition avec son système social. On est dans la base du schéma classique du teen movie réchauffé et qui ne prend aucun risque. Le tout avec des thématiques trop immatures pour secouer un minimum le public adulte.

Miss Marvel
Miss Marvel ©Disney+

L'idée que Miss Marvel existe simplement pour présenter une héroïne musulmane titille alors l'esprit. On n'a rien contre la proposition d'une héroïne différente, mais si la série se limite simplement à cette idée de diversification de l'écurie Marvel, où est l'intérêt ? En deux épisodes, Miss Marvel ne raconte rien. Elle présente simplement son héroïne en expliquant lourdement qu'on peut être musulmane, américaine et fan de super-héros. Un peu simplet, et pas franchement novateur.

Marvel a voulu recréer l'engouement autour de Black Panther et de Shang-Chi (dans une moindre mesure), en présentant de nouvelles identités ethniques et religieuses. Mais Miss Marvel n'a pas le potentiel des deux précédents personnages pour créer un véritable intérêt durable. Parce que jamais Kamala Khan n'est réellement prise au sérieux. Elle n'est qu'une adolescente, avec des pérégrinations d'adolescentes, dans un univers où le MCU est constamment appelé à l'aide pour réveiller l'intérêt des fans.

Une approche enfantine et ennuyeuse

Miss Marvel manque également d'action et de retournements de situation. Jamais l'action ne raconte quelque chose, ou ne vit à l'écran. Tout est mou, laid, coloré à l'excès, et sans consistance. En deux épisodes, Miss Marvel sauve une lycéenne d'une figurine géante d'Ant-Man qui s'écroule, et un jeune enfant d'une chute dans le vide. Rien d'autre. Des séquences paresseuses, sans aucune créativité visuelle. Bien qu'il s'agisse du début de la série, cela représente tout de même le premier tiers du show. Et aucun antagoniste solide n'est encore révélé - si ce n'est le policier P. Cleary, ancien agent du S.H.I.E.L.D. incarné par Arian Moayed, qui venait déjà embêter Peter Parker dans Spider-Man : No Way Home.

Miss Marvel
Miss Marvel ©Disney+

Miss Marvel n'a véritablement d'intérêt que pour la suite du MCU. Parce que le but premier, finalement, est d'intégrer Kamala Khan dans le MCU, pour la ramener plus tard. D'abord dans The Marvels, avec Brie Larson, et ensuite dans un éventuel Young Avengers. Mais Kamala Khan n'avait peut-être pas besoin de sa propre série pour cela, et aurait pu être intégrée de la même façon que Patriot dans Falcon et le Soldat de l'Hiver ou qu'America Chavez dans Doctor Strange in the Multiverse of Madness.

Dès lors, cette série inquiète pour la suite du MCU. Alors que les fans réclament du changement, une approche parfois plus sombre, plus violente et plus mature, Disney décide revient avec ça... Quant à la volonté de s'adresser à un public plus jeune pour mettre en scène par la suite les Young Avengers, c'est peut-être une idée contre-productive. Probablement que la licence séduira une nouvelle génération de spectateurs. Mais avec une proposition comme Miss Marvel, le studio risque de perdre le public plus adulte, fidèle à la saga depuis Iron Man en 2008.

Miss Marvel de Bisha K. Ali, sur Disney+ à partir du 8 juin 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Westworld : une saison 4 entre sobriété et évidence

Westworld : une saison 4 entre sobriété et évidence

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - L'avenir des humains et des hôtes continue de se jouer dans la saison 4 de "Westworld" qui offre à Evan Rachel Wood un nouveau personnage à interpréter. Critique sans spoiler basée sur les quatre premiers épisodes.