Critique de Rick et Morty (Série, 2013) - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Rick et Morty S4 : une seconde partie toujours percutante

Rick et Morty S4 : une seconde partie toujours percutante

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Depuis le lundi 4 mai dernier, Adult Swim a dévoilé un épisode par semaine de la seconde partie de la saison 4 de « Rick et Morty ». L'occasion de revenir sur ce show dantesque.

Du 10 novembre au 8 décembre 2019, Adult Swim a partagé la première partie de la saison 4 de Rick et Morty. On était précédemment revenu dessus en attendant la suite. Du 4 mai au 1er juin, Adult Swim a partagé les 5 épisodes suivants. Maintenant, la saison 4 est complète, l'occasion de revenir sur cette série définitivement culte qui nous a encore réservé de sacrées surprises.

L'épisode 5, qui proposait une parodie de Terminator, nous avait laissé sur une conclusion sans twist. Une prise de décision louable de la part des créateurs Justin Roiland et Dan Harmon qui évitaient de laisser leurs fans en pleine frustration.

Épisode 6 : Jésus plus fort que Rick

Dan Harmon offre un retour solide après la pause de mi-saison. Un épisode efficace intitulé Rickstoires sans fin qui aborde l’imbrication des réalités les unes sur les autres. En reprenant un peu le concept de l'épisode de la batterie dans la batterie dans la batterie, Dan Harmon exploite de nouveau les cycles existentiels et les boucles cosmiques. Une idée de monde dans les mondes déjà abordée dans des épisodes des autres saisons. Sans être exceptionnel, cet épisode 6 est de facture classique, donc convaincant et il s’inscrit dans la moyenne des épisodes de Rick et Morty.

Rick et Morty saison 4 : critique de la seconde partie

Dan Harmon et Justin Roiland n'hésitent pas à attaquer le manque de créativité du système hollywoodien actuel. Les deux scénaristes critiquent l'absence de renouvellement du cinéma américain qui ressasse encore et toujours les mêmes sagas, les mêmes productions et les même œuvres cinématographiques. Ils se moquent ainsi des remakes, reboots, sequels, et autres spin-offs. Le duo n'hésite pas non plus à aborder les notions de religion et de féminisme au sein des œuvres cinématographiques. Ils se moquent amèrement du test de Bechdel censé calculer le degré de féminisme dans une œuvre avec trois questions simples :

  • Il doit y avoir au moins deux femmes nommées dans l’œuvre
  • Ces deux personnages doivent parler ensemble
  • Et leur discussion ne doit pas avoir un rapport avec un homme.

Un test qui ne fait pas l'unanimité et auquel échoue régulièrement Rick et Morty. Bref, cet épisode 6 est un retour en force, via un scénario intelligent et bien exploité, proposant même une conclusion méta en référence au Covid_19.

Épisode 7 : Un Alien fatigué

L'épisode 7 est peut-être le plus faible de cette saison 4. Intitulé Promortyus, cet épisode souffre d'un cruel manque de renouvellement. Dan Harmon et Justin Roiland placent leurs personnages dans une espèce de parodie simpliste d'Alien. Ils proposent une intrigue vue mille fois au sein de la série. Une histoire de société influencée par l'intelligence et la destruction de Rick Sanchez. Un monde abîmé par les agissements de ce grand-père alcoolique qui se fou totalement des conséquences. De part cette approche, le duo manque d'innovation, jouant sur la sécurité via une histoire qu'ils connaissent et maîtrisent. Et la conclusion en référence à Mars Attack traduit un manque d'imagination assez inhabituel.

Rick et Morty saison 4 : critique de la seconde partie

Cependant, comme d'habitude, le show propose des trouvailles visuelles et un traitement de l'action efficace. Les scénaristes offrent même une approche intéressante qui présente l'intrigue sous différents points de vues, avec notamment l'intervention inopinée de Summer.

Épisode 8 : La cuve d'acide

Dan Harmon et Justin Roiland reposent ce nouvel opus sur des éléments humoristiques. Ils mettent en scène l'égocentrisme de Rick face à la rébellion adolescente de Morty. Ils opposent les deux protagonistes dans une dualité stupide de savoir qui aura raison, et qui gagnera le combat d’ego.

Rick et Morty saison 4 : critique de la seconde partie

Un épisode souvent très drôle où Rick crée une fausse cuve d'acide pour échapper à ses ennemis. Cet élément de départ assez anodin va engendrer de nombreuses complications et oppositions d'avis divergeant sur l'utilité de cette invention. Parallèlement, cet épisode propose peut-être l'un des meilleurs instants de toute la série. Les créateurs placent Morty en possession d'une machine à remonter le temps. S'en suit une séquence déchirante où Morty fait sa vie, rencontre l'amour, vainc la mort, et trouve le bonheur, avant que tout s'annule par une maladresse de Jerry. Une victoire amère de plus de Rick sur Morty. C'est d'une puissance rare, et ce en quelques secondes. Chapeau les artistes.

Épisode 9 : Combat de titans

Cet avant-dernier épisode s'ancre davantage dans une approche portée sur l'action. Dan Harmon et Justin Roiland mettent le paquet et proposent un véritable combat de titans entre Rick et une représentation divine de Zeus. Ouais, rien que ça. Après une introduction qui emprunte à Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, l'épisode offre les vacances de la famille Smith. Comme d'habitude, tout ceci va dégénérer dans une confrontation inter-familiale.

Rick et Morty saison 4 : critique de la seconde partie

Jerry va s'opposer à Beth à travers une critique de la société moderne. Beth devient la dirigeante du monde moderne à travers une société ultra-développée tandis que Jerry conserve une simplicité écologique à travers un retour aux sources. Véritable opposition sociale et intellectuelle de la représentation du genre humain dans notre réalité sociale moderne, cet épisode 9 est surtout un gros plaisir visuel grâce à des combats dantesques.

Épisode 10 : Un final à la hauteur du show

Puis vient le dernier épisode. Dan Harmon et Justin Roiland se donnent à fond dans cette conclusion à la hauteur du show. Enfin cette saison 4 ramène des guests avec l'apparition de Condorman. Cette dernière saison manquait de retour dans ce genre là, mais sur le fil du rasoir, les créateurs proposent à leurs fans des visages connus. Une conclusion elle aussi très portée sur l'action, offrant des rixes ulta-violentes et extrêmement satisfaisantes. Puis viennent les derniers instants de cet ultime épisode, qui laissent un goût doux-amer dans la bouche, ancrant l'image d'un Rick seul, triste, en pleine introspection dépressive. Un état de plus en plus développé par les créateurs, qui devraient capitaliser sur cet aspect dans les saisons à venir.

Rick et Morty saison 4 : critique de la seconde partie

Ainsi, globalement cette saison 4 tient largement la route. Comme d'habitude Dan Harmon et Justin Roiland savent comment gérer leurs personnages, leur univers et le rythme de leur saison. Comme d'habitude, Rick et Morty emmène les spectateurs dans un monde étonnant, passionnant et plein de surprises. La série a encore de beaux jours devant elle mais attention à l'essoufflement, car cette saison 4 est finalement un peu en dessous des précédentes...

 

Rick et Morty créée par Dan Harmon et Justin Roiland, la saison 4 est diffusée sur Adult Swim et disponible via MyCanal. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Stateless" pose un état des lieux réaliste et glaçant du traitement des migrants en Australie. En suivant la trajectoire de plusieurs personnages pour composer un portrait complet de la situation, cette mini-série Netflix fait l'effet d'une bombe.