Critique de The Great (Série, 2020) - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

The Great : vision moderne et décalée d'une jeune Catherine II

The Great : vision moderne et décalée d'une jeune Catherine II

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Proposée aux Etats-Unis par Hulu, et STARZPLAY pour la France, "The Great" avec Elle Fanning et Nicholas Hoult revient avec humour sur la jeunesse de Catherine II de Russie.

En fin d'année 2019, on découvrait Catherine the Great, mini-série née de la collaboration entre HBO et Sky Atlantic et diffusée sur Canal+. Le temps de quatre épisodes, le show fait découvrir l'impératrice Catherine II, au pouvoir après son coup d'état contre son mari. Helen Mirren l'incarne dedans avec brio, mais le résultat d'ensemble n'est pas si mémorable (voir notre critique).

Dans tous les cas, l'impératrice continue d'inspirer puisqu'elle est à nouveau au centre d'une série avec The Great (tirée d'une pièce de théâtre de Tom McNamara), qui cette fois s’intéresse à sa jeunesse au début de son mariage avec Pierre III, mais sur un ton beaucoup plus léger et moderne - propre à Tom McNamara, également scénariste de La Favorite. Elle Fanning l'incarne à son tour. Et ce choix s'avère rapidement judicieux tant l'actrice incarne une certaine naïveté et innocence - rendant le contrepied de son évolution d'autant plus malin. Face à elle, Nicholas Hoult est Pierre III, qui la fait vite déchanter en étant méprisant, immature, macho, sexiste, vulgaire et franchement idiot.

Néanmoins, en dépit des remarques sur son odeur et des violences psychologiques (voire physiques), Catherine fait preuve d’un optimisme à toutes épreuves. Ou presque. Car à force, la jeune femme finit par craquer. Mais si elle peut supporter le sexe mécanique et sans passion auquel elle doit céder, c’est avant tout pour des questions sociales et une atteinte à sa liberté de penser et de s’exprimer qu’elle va songer à remplacer l’Empereur.

Un ton décalé qui ne fait pas tout

Comme dit précédemment, The Great se veut bien plus légère que Catherine the Great. Le ton et les dialogues sont très modernes, sans basculer pour autant dans la parodie. Et les anachronismes assumés ne dénotent jamais totalement avec le genre, rappelant davantage les libertés prises au théâtre ou dans des productions anglaises - Doctor Who est par exemple très bonne pour dépeindre différentes époques en gardant un regard actuel.

Ici, cela donne à la série une certaine ironie, et permet de s'éloigner de l'ambiance trop monotone que peuvent véhiculer les biopics classiques. Le but derrière étant d'insister davantage sur le sujet de fond du show, à savoir les inégalités entre les hommes et les femmes, avec une Russie du XVIIIe siècle dominée par le patriarcat, permettant à la série de résonner avec notre société actuelle.

Evidemment la démarche est louable. Mais pas forcément suffisante pour captiver tout du long. Car bien que la série se veuille une comédie dramatique divertissante, elle atteint rapidement ses limites. Il ne suffit pas de vouloir "casser les codes" du genre par les dialogues. L'aspect visuel est également primordial dans ces cas-là. Et à ce niveau, on ne peut pas dire que la réalisation regorge de trouvailles originales, bien au contraire. The Great se contente d'une mise en scène tout ce qu'il y a de plus classique et anecdotique. Pour le moins dommage, étant donné les moyens mis à disposition, comme les costumes et les décors qui s'avèrent de qualité - bien qu'en 2020 cela reste un minimum, même pour le petit écran.

Difficile alors d'être vraiment captivé devant The Great. D'autant plus avec un format (dix épisodes de 52 minutes) qui paraît bien trop long par rapport à la matière scénaristique. Un temps réduit à trente minutes aurait certainement permis d'accentuer le rythme du show. A la place, The Great se positionne dans un entre-deux pour le moins étrange, ne s’assumant ni en simple divertissement, ni en œuvre véritablement ambitieuse et profonde. La série bénéficie au moins de deux très bons interprètes, avec Elle Fanning et Nicholas Hoult qui portent l'ensemble.

The Great, créée par Tom McNamara, disponible sur STARZPLAY à partir du 18 juin 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Stateless" pose un état des lieux réaliste et glaçant du traitement des migrants en Australie. En suivant la trajectoire de plusieurs personnages pour composer un portrait complet de la situation, cette mini-série Netflix fait l'effet d'une bombe.