ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

American Horror Story : quatre choses que vous ne connaissiez pas sur la série

American Horror Story : quatre choses que vous ne connaissiez pas sur la série

Chaque semaine, CinéSéries.com revient sur des secrets d’une série culte. Aujourd’hui, on s’intéresse à "American Horror Story", la série anthologique phare de son créateur, Ryan Murphy.

American Horror Story, une anthologie d’horreur vite devenue culte

Deux ans après la sortie de la première saison de Glee, son créateur, Ryan Murphy, dévoile sa nouvelle série, d’un registre totalement différent. American Horror Story est un show anthologique dont chaque épisode présente une histoire d’horreur qui jongle entre la peur, le gore et le politiquement correct. Des personnages historiques ou légendes urbaines y sont aussi évoqués, et la série aborde de nombreux autres sujets tels que la psychologie, le sexe ou les tabous sociétaux.

Si  American Horror Story est une anthologie, Ryan  Murphy a pris l’habitude de travailler très régulièrement avec les mêmes acteurs, et un grand nombre de ceux qui apparaissent dans la série reviennent donc dans plusieurs épisodes pour y jouer des rôles différents. Parmi eux, Sarah Paulson, Evan Peters, Jessica Lange, Kathy Bates ou Emma Roberts font partie de ceux que l’on peut y voir le plus souvent.

Nous vous proposons de découvrir ici quatre secrets sur la série lancée en 2011.

La connexion entre American Horror Story et The Walking Dead

Les différents génériques d’American Horror Story, immédiatement reconnaissables comme faisant partie de l’univers crée par Ryan Murphy, participent au mythe de la série. En plus d’être marquants grâce à leur esthétisme, ils sont importants car ils contiennent des indices sur l’intrigue de l’épisode à venir. Et les génériques en question ont un lien avec une autre série plutôt récente et elle aussi devenue culte, puisqu’ils sont l’œuvre du spécialiste du genre Kyle Cooper.

American Horror Story
American Horror Story © FX Now

Et ce dernier est aussi à l’origine des génériques d’ouvertures tout aussi troublants de The Walking Dead. Cooper a donc laissé son empreinte dans l’univers des séries en signant les génériques marquants de deux séries cultes différentes en quelques années. Pour le cinéma, il a également travaillé sur le générique de Seven, dont l’esthétisme rappelle celui d’American Horror Story.

L’homme à la hache a vraiment existé

L’épisode 3 de la saison 6 d’American Horror Story introduit le personnage terrifiant de l’homme à la hache, un tueur en série qui semait la terreur dans les rues de la Nouvelles-Orléans au début du XXème siècle et qui est ressuscité dans l’épisode. Le personnage joué par Danny Huston, saxophoniste dans la vie, revient ainsi terroriser les habitants de la ville dans la série.

Mais un élément rend le personnage encore plus terrifiant : le tueur à la hache a réellement existé. Dans les années 1900, un tueur en série a semé la panique dans les rues de la Nouvelle-Orléans en assassinant plusieurs personnes avec une hache. La lettre envoyée à la police conseillant aux habitants de la ville d’engager des musiciens jazz sous peine de se faire assassiner, que l’on voit dans le show de Murphy, est aussi réelle. L’étrange requête du saxophoniste a d’ailleurs inspiré l’un des plus gros hits de l’époque, The Mysterious Axeman’s Jazz, de John Davila.

L’hôtel de la saison 5 est basé sur un réel endroit

En plus de présenter des personnages terrifiants, parfois inspirés de gens ayant vraiment existés, American Horror Story met aussi parfois en avant des endroits tout aussi effrayants dont l’inspiration vient également de la vie réelle. Dans le premier épisode de la saison 5 de la série, de nombreuses morts mystérieux surviennent dans le même bâtiment, l’hôtel Cortez de Los Angeles. Or, il est basé sur un vrai établissement, l’hôtel Cecil, lui aussi basé à la Cité des Anges.

Hotel Cecil
Hotel Cecil © Melissa Herwitt / E!

Au cours de son histoire, l’hôtel Cecil a été le théâtre de plusieurs suicides et meurtres. Deux tueurs en séries, Richard Ramirez et Jack Unterweger, y ont aussi séjournés, respectivement en 1985 et 1991. On peut donc comprendre pourquoi l’endroit serait une bonne inspiration pour la série de Ryan Murphy. Et l’un des deux tueurs, Richard Ramirez, surnommé « le Traqueur de la nuit », est aussi représenté dans la cinquième saison du show. Il apparaît ainsi dans le quatrième épisode, joué par Anthony Ruivivar.

Le manoir d’American Horror Story est apparu dans de nombreuses autres séries

La maison de l’horreur d’American Horror Story, immédiatement reconnaissable grâce à son architecture si particulière, est un élément majeur de la série. Ayant été le théâtre d’actes sanglants dans le passé, elle est désormais le lieu d’habitation de la famille Harmon, et est presque un personnage à part entière du show. Le réel nom de l’endroit est le manoir Rosenheim, et il est situé en Californie.

American Horror Story
American Horror Story © FX

Et si la maison vous disait quelque chose lorsque vous l’avez vu dans la première saison d’American Horror Story, c’est que vous l’avez peut-être croisée dans une autre série. Du fait de son architecture unique, le manoir Rosenheim a été utilisé à de nombreuses reprises pour des productions du petit écran. On a ainsi pu le voir dans de nombreuses séries à l’intrigue plus ou moins macabre, comme Alfred Hitchcock présente, Buffy contre les vampires et Bones.

 

Voir aussi

It’s a Sin : les débuts du SIDA au cœur du trailer de la série de Russell T Davies

It’s a Sin : les débuts du SIDA au cœur du trailer de la série de Russell T Davies

La mini-série britannique "It’s a Sin" débarquera bientôt sur HBO Max. La plateforme de streaming vient d’en dévoiler une bande-annonce du show qui nous plonge dans le Londres du début des années 1980, lorsque les habitants de la capitale ont pris connaissance du SIDA.