MENU
Accueil > Dossiers > Toplists > Top 5 des meilleurs teen movies menés par les femmes

Top 5 des meilleurs teen movies menés par les femmes

Rangeons les « Pretty Woman » au placard pour leur préférer des films bien gras tournant autour du sexe, des fantasmes et des complexes. La gente féminine porte elle aussi sa libido en étendard, son phrasé comme arme de séduction et ses atouts en plein phare. C’est parti pour un tour d’horizon des teen movies portées par les dames !

Après avoir mené l’enquête sur la crème de la crème des teen movies avec des hommes en tête d’affiche, nous nous intéressons aujourd’hui au best des teen movies menés par des femmes.

Virgin Suicides

Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon (Hanna R. Hall), treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre sœurs aussi jolies qu’elle : Lux (Kirsten Dunst), Mary (Andrea Joy Cook), Therese (Leslie Hayman) et Bonnie (Chelse Swain). Cet incident éclaire d’un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L’histoire, relatée par l’intermédiaire de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces sœurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit a petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l’interdiction de sortir. Alors que la situation s’enlise, les garçons envisagent de secourir les filles.

Par teen movie, nous entendons comédie. Pourtant, certaines pépites du genre repoussent les frontières du connu et du prévisible pour parfois nous embarquer dans un univers plus sombre et dramatique. C’est le cas de Virgin Suicides, sorti en 1999 et signé Sofia Coppola. Tendre et émouvant, brillant et dérangeant, Virgin Suicides nous montrait une tout autre facette du monde adolescent. Édifiant.

10 bonnes raisons de te larguer

Au lycée de Padua, Bianca (Larisa Oleynik) fait craquer tous les garçons, tandis que sa sœur ainée Kat (Julia Stiles) aurait tendance à les faire fuir. Non qu’elle ne soit pas attirante, ce serait plutôt le contraire, mais son caractère irascible et son comportement de rebelle ne la rendent pas très rassurante. Le père des jeunes filles est très strict quant à leur éducation et leurs sorties. Il accepte que Bianca flirte à condition que Kat en fasse autant. Autant dire que l’affaire n’est pas gagnée… Mais Cameron (Joseph Gordon-Levitt), qui est tombe amoureux de Bianca, imagine un plan tout simplement diabolique. Patrick (Heath Ledger) allait bientôt entrer dans la danse…

Gil Junger délivrait en 1999 sa comédie 10 bonnes raisons de te larguer. Un teenage movie sans prise de tête aucune, qui annonçait la couleur avant même de voir le film : ton haleine qui pue, ta tête d’abruti, tes cheveux gras ou encore tes losers d’amis, autant de raisons qui ont pu nous faire rire ou sourire, face à une jeune rebelle au cœur prêt à fondre.

Lolita malgré moi

Après avoir passé son enfance en Afrique, Cady Heron (Lindsay Lohan) atterrit un beau jour dans un lycée de l’Illinois, où elle découvre un univers encore plus exotique, plus mystérieux et plus dangereux que toutes les jungles : le monde des filles… Des cliques de lolitas branchées, friquées et assoiffées de pouvoir se disputent âprement ce terrain, où chaque jour est un combat pour être la fille la plus belle, la plus populaire et la plus prestigieuse.

Au sommet de la hiérarchie : Regina George (Rachel McAdams), leader du trio des « Plastiques ». Les jeux de pouvoir n’ont plus de secret pour cette manipulatrice. Au premier coup d’œil, elle voit en l’innocente Cady une rivale potentielle et se pose aussitôt en amie pour mieux la contrôler. C’est alors que Cady commet l’erreur fatale de tomber amoureuse du bel Aaron (Jonathan Bennett), l’ancien petit ami de Regina…

C’est en 2003 que sortait la comédie Lolita malgré moi, signée Mark Waters. Succès surprise au box-office, le teen movie s’est rapidement hissé au rang de film culte. Et pour cause, la lolita campée par Lindsay Lohan est devenue une véritable icône de la pop-culture. Cynique et intelligent, drôle et odieux à la fois, le film prête à réfléchir malgré sa légèreté apparente. À voir et à revoir sans modération.

Easy Girl

Pour éviter d’aller camper avec elle et ses parents nudistes qu’elle juge trop bizarres, la lycéenne Olive (Emma Stone) fait croire à sa meilleure amie Rhiannon (Alyson Michalka) qu’elle doit passer le week-end avec un ami de son frère. Le lundi suivant, Rhiannon veut absolument savoir comment son weekend s’est passé. Olive prétend avoir couché avec ce mec imaginaire pour avoir la paix.

Marianne (Amanda Bynes), une fille très religieuse du lycée les surprend et raconte à ses amis la nouvelle. La rumeur se répand comme une traînée de poudre. Le club dirigé par Marianne, basé sur les concepts religieux issus de la Bible, décide de remettre la jeune fille dans le droit chemin. Olive confie à son tout nouvel ami Brandon (Dan Byrd) la vérité et celui-ci lui raconte qu’il est le bouc émissaire des autres parce qu’il est gay. Elle lui donne l’idée de se faire passer pour un hétéro et le soir même, Brandon convainc Olive de faire semblant de coucher avec lui à une fête…

Will Gluck nous offrait en 2010 sa propre vision du teen movie à la sauce féminine, et féministe. La rumeur sur la perte de sa virginité permettait à notre héroïne d’accroitre sa popularité et de devenir une garce. Décalé, surprenant, hilarant, Easy Girl nous rappelle tout ce qu’il faut endurer pour parvenir à être acceptée, écoutée et regardée au lycée. Olive est attachante par ses mensonges et ses mimiques, et nous offre un bon bol d’air face aux garces qui, dans ce genre de films, le sont réellement.

30 ans sinon rien

Jenna Rink (Christa Brittanny Allen) est une adolescente de 13 ans en pleine crise, elle se sent seule et sans vrais amis. Elle souhaite intégrer les Six Miss, le groupe de filles les plus tendances et pestes du collège, même si cela doit la forcer à s’écarter de son meilleur ami, Matt Flamhaff (Sean Marquette).

Lucy (Alexandra Kyle), dite Tam Tam, chef des Six Miss, une vraie peste, profite de Jenna et de sa naïveté : elle lui joue un sale tour le jour de son 13e anniversaire. Jenna fait alors le souhait de devenir « une femme de 30 ans, sexy et épanouie ». Contre tout espoir, son souhait se réalise, et Jenna (Jennifer Garner) découvre peu à peu sa nouvelle vie dans la peau d’une femme de 30 ans, mais avec le regard d’une fille de 13 ans.

Elle est devenue une rédactrice très cotée, a réussi beaucoup de choses qu’elle entreprenait pendant son adolescence, possède l’appartement et la garde-robe dont elle rêvait. Mais elle s’aperçoit aussi que tout n’a pas été rose dans sa vie durant ces 17 ans, et que la personne qu’elle est devenue n’est pas du tout celle dont elle rêvait… Elle regrette son vœu. Matt adulte était campé par Mark Ruffalo et Lucy par Judy Greer.

La comédie 30 ans sinon rien signée Gary Winick sortait en 2004. Ce teen movie fantastique et poétique nous entrainait aux côtés d’une Jennifer Garner touchante à souhait. Une pure merveille portée par un duo de choc, à revoir absolument.

Et vous, d’autres teen movies portés par des femmes qui auraient davantage retenus votre attention ? A vos commentaires !

Voir aussi
Top des meilleurs rôles de Joaquin Phoenix

En confiant le rôle du Joker à Joaquin Phoenix, Todd Philips et Warner ont visé juste. L’acteur s’investit pleinement dans ses rôles et sa présence augure souvent un film réussi. Surtout, n’ayons pas peur de l’affirmer : Joaquin Phoenix est l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Retour sur ses grands rôles au cinéma.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis