ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Alien 3 sur Prime Video : le film a failli mettre fin à la carrière de David Fincher

Alien 3 sur Prime Video : le film a failli mettre fin à la carrière de David Fincher

Après le succès des deux premiers films, "Alien 3" était attendu au tournant, mais fut un échec. La faute à une production chaotique qui aurait pu mettre un terme à la carrière du réalisateur David Fincher sans le soutien de Sigourney Weaver et du producteur Arnold Kopelson.

L'histoire d'Alien 3

A la fin d'Aliens, le retour, Ripley est parvenue à échapper une seconde fois aux xénomorphes. Elle repart en direction de la Terre aux côtés de la jeune Newt, du caporal Hicks et de l'androïde Bishop. Mais une créature est présente et durant leur sommeil, son sang acide provoque un incident et les capsules des protagonistes sont éjectées durant leur sommeil. C'est ainsi qu'ils s'écrasent sur une colonie minière pénitentiaire. Ripley est une fois de plus l'unique survivante et surtout la seule femme dans cette prison. Le danger vient alors des hommes, mais également de l'alien toujours présent.

Après Alien, le huitième passager (1979) et Aliens, le retour (1986), la saga Alien se poursuit avec Alien 3 en 1992. Comme pour les deux films précédents, c'est un nouveau réalisateur qui est engagé pour mettre en scène le film. Après Ridley Scott et James Cameron, c'est au tour de David Fincher de se lancer dans l'aventure.

Alien 3 sur Prime Video : le film a failli mettre fin à la carrière de David Fincher

Une production chaotique

Comme ses prédécesseurs, il est encore au début de sa carrière quand il est engagé, mais n'a pas le pouvoir qu'avait James Cameron au moment de se lancer sur Aliens, le retour. Ce dernier sortait d'un immense succès avec Terminator, ce qui lui donna le feu vert de la Fox pour Aliens (voir notre article). Dans le cas de David Fincher, le réalisateur ne s'était fait remarquer qu'en mettant en scène des publicités et un documentaire. Autant dire que dans cela n'allait pas être une mince affaire pour le cinéaste d'imposer ses idées. Au final, le tournage de son premier long-métrage fut un véritable cauchemar pour lui, à tel point qu'il renie encore aujourd'hui ce film.

En effet, durant toute la production David Fincher a dû se battre avec les producteurs et faire avec des modifications constantes du scénario. Ainsi, il est arrivé que le réalisateur tourne des scènes qui, le lendemain, étaient supprimées du script. Il a même été mis de côté au moment du montage. Comme il l'expliquait au Guardian, il a "dû y travailler pendant deux ans, été renvoyé trois fois et dû [se battre pour chaque chose". On comprend donc son rejet total du film. Et ce, même lorsqu'une version director's cut a été proposée. Une version longue à laquelle il n'a pas voulu collaborer et qui se nomme donc Assembly cut.

Un rebond inespéré pour David Fincher

Avec son budget de 50 millions de dollars et un box-office mondial à moins de 160 millions, Alien 3 est considéré comme un échec. A l'époque, il n'est pas épargné par la critique ou les fans. Et évidemment le premier visé n'est autre que David Fincher. De quoi enterrer sa carrière, surtout après ses innombrables conflits avec un studio comme la 20th Century Fox. Cependant le cinéaste a pu bénéficier du soutien de la star du film, Sigourney Weaver. Cette dernière a publiquement pris le parti du réalisateur contre le studio. Etant la figure de la saga, son avis a forcément du poids. Elle n'a pas hésité à remettre en cause les décisions de la Fox et à insister pour qu'on laisse sa chance à Fincher de montrer son talent.

Sa chance, il l'a saisie trois ans plus tard avec Seven, avec Arnold Kopelson pour l'appuyer. Ce dernier était un producteur important (Le Fugitif, Platoon) et avait également du mal avec la direction du studio. Il a alors proposé ce nouveau projet à David Fincher. Avec son budget de 33 millions de dollars, Seven en a rapporté plus de 320 millions. De quoi effacer son échec précédant et le lancer définitivement à Hollywood.

© New Line Cinema

Alien 3 n'est pourtant pas un mauvais film. Au contraire. L'idée de transposer le huis clos spatial dans une prison et d'opposer l'héroïne aux monstres humains et à l'alien est excellente. Un film tout à fait appréciable, à voir et à revoir, mais à ne jamais évoquer devant Fincher.

 

Voir aussi

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Philippe Clair, réalisateur de plusieurs comédies cultes des années 70 et 80, est décédé à l'âge de 90 ans.