ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Alien la résurrection sur Prime Video : Sigourney Weaver ne devait pas revenir

Alien la résurrection sur Prime Video : Sigourney Weaver ne devait pas revenir

Malgré la fin d'"Alien 3" Sigourney Weaver est revenue incarner Ripley dans "Alien la résurrection" de Jean-Pierre Jeunet. Pourtant sa présence n'était pas prévue dans le premier scénario et il a fallu un gros chèque pour convaincre l'actrice de revenir.

Alien la résurrection, increvable Ripley

Après avoir échappé deux fois aux xénomorphes, Ripley a fini par décéder à la fin d'Alien 3, plongeant dans la lave avant que la créature ne sorte de sa poitrine. Pourtant, la revoilà dans Alien la résurrection, réalisé par Jean-Pierre Jeunet. Deux cents ans se sont écoulés et des généticiens sont parvenus à la ressusciter. Elle est prisonnière à bord de la station Auriga qui poursuit des expériences sur les xénomorphes. Après l'arrivée d'un groupe de mercenaires, le cauchemar reprend. Les créatures s'échappent et vont tout détruire sur leur passage. Ripley va devoir une fois de plus s'échapper, en compagnie des brutes tout juste arrivées.

Sigourney Weaver, un gros coût pour la production

Dans la logique hollywoodienne, augmenter le budget d'un film à l'autre devrait permettre d'augmenter les recettes. En réalité cette hypothèse s'est souvent avérée fausse. Alien, la résurrection (1997) en est un bon exemple. Si les deux premiers films ont cartonné à leur sortie dans les salles, Alien 3 (1992) a été un échec qui aurait même pu causer la perte de son réalisateur. Avec moins de 160 millions de dollars au box-office mondial pour un budget de quasiment 60 millions, c'est insuffisant. Pour Alien 4, 75 millions de dollars ont été dépensés pour des recettes similaires au précédent film. Un budget conséquent, en partie à cause du cachet de Sigourney Weaver.

Alien la résurrection sur Prime Video : Sigourney Weaver ne devait pas revenir
© Twentieth Century Fox

En effet, la comédienne est le symbole de la saga Alien. Pourtant, au moment de lancer Alien 4, elle refusa de participer. La production dû insister et, comme souvent dans ces cas là, un gros chèque a fini par la convaincre. Elle-même déclara que le studio amena un camion à benne pour déposer un paquet d'argent devant sa maison. Une image qui se traduit par 11 millions de dollars. Soit le budget du premier Alien rien que pour l'actrice principale.

L'absence de Ripley était initialement prévue

Pour autant, la production aurait pu s'éviter cette dépense si elle avait opté pour le premier script proposé par Joss Whedon. Car oui, c'est bien le papa de Buffy contre les vampires qui signa le scénario d'Alien 4. Mais avant la version que l'on connaît, c'est une histoire un peu différente qui a été imaginée puisque celle-ci n'incluait pas un retour de Ripley.

A la place, Whedon voulait ramener Newt, la jeune fille d'Alien le retour sauvée par Ripley. C'est elle qui devait apparaître en tant que clone. Mais le studio a estimé que les fans réagiraient mal à un film Alien sans son héroïne mythique. Alors qu'il avait quasiment terminé de l'écrire, Whedon a donc dû reprendre son scénario et échanger Newt pour Ripley.

Alien la résurrection sur Prime Video : Sigourney Weaver ne devait pas revenir
© Twentieth Century Fox

Difficile de dire si le scénario originale aurait été mieux accueilli ou non. Au final, on ne peut que juger le film réalisé par Jean-Pierre Jeunet. Un film loin d'être mauvais, en dépit de certains défauts. L'évolution du personnage de Ripley est intéressante et permet à Sigourney Weaver d'avoir un jeu différent, presque dérangeant par moments. Egalement, la venue de Winona Ryder donne le sentiment d'un début de filiation, comme pour ouvrir vers une nouvelle héroïne. Sans oublier les présences géniales de Dominique Pinon et Ron Perlman. Et rien que pour la séquence culte de Sigourney Weaver qui humilie Ron Perlman en marquant un panier de basket de dos (un panier qu'elle aurait vraiment réussi du premier coup), le film ne peut pas être totalement mauvais.

 

Voir aussi

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Mort de Philippe Clair, réalisateur de comédies potaches avec les Charlots et Aldo Maccione

Philippe Clair, réalisateur de plusieurs comédies cultes des années 70 et 80, est décédé à l'âge de 90 ans.