Christian Bale : son film préféré est une comédie méconnue (et nulle) des années 90

Une référence absolument inédite !

Christian Bale : son film préféré est une comédie méconnue (et nulle) des années 90

Christian Bale aime les rôles sérieux et s'épanouit merveilleusement dans le registre dramatique, comme sa monumentale filmographie le prouve. Mais en tant que spectateur, il semble avoir des goûts très éclectiques. Preuve ultime, un de ses films préférés n'est autre qu'une comédie à l'exact opposé des films dans lesquels il joue.

Christian Bale, ses références uniques

Plus besoin de présenter Christian Bale, un des plus grands acteurs de sa génération grâce à des rôles marquants dans American Psycho, la trilogie Batman de Christopher Nolan, Vice ou encore Le Mans 66, pour ne citer que ceux-là. Connu pour ses transformations physiques, il est perçu comme un acteur dont le sérieux ne laisse pas beaucoup de place à la comédie, un registre qu'il n'a pour le moment jamais exploré. On est donc souvent étonnés lorsque celui-ci, qu'on verra bientôt dans Amsterdam de David O. Russell, évoque ses goûts personnels et fait part d'une cinéphilie surprenante.

Christian Bale - Le Mans 66
Ken Miles (Christian Bale) - Le Mans 66 ©Walt Disney Studios Distribution

Il en va ainsi de l'acteur qu'il considère comme son mentor et son inspiration absolue : Rowan Atkinson. Christian Bale a rencontré l'interprète du formidable Mr. Bean alors qu'il n'avait que dix ans, tout jeune comédien dans la pièce de théâtre The Nerd.

Concernant ses goûts de spectateur, c'est en 2016, lors d'une interview pour la promotion de Knight of Cups, sa deuxième collaboration avec Terrence Malick, que la terrible question suivante lui a été posée. Une question que tout le monde redoute, propre à faire tomber dans des réflexions interminables et tétanisantes : quel est votre film préféré ?

"J'ai ri aux larmes les deux fois"

Christian Bale, peu enclin à l'exercice de l'interview mais excellant tout de même dans ce domaine, a apporté une réponse totalement inédite et qui génère une immédiate sympathie envers sa personne : Le Ninja de Beverly Hills.

C'est une question piégeuse... Il y en a tellement qui correspondent à différents moments. Il y a un film pour chaque humeur qu'on peut avoir. Je sais ! Je choisis toujours... Ma réponse à cette question, par défaut, c'est "Le Ninja de Beverly Hills". (...) C'est une bonne réponse à donner, parce que la plupart des gens disent : "Quoi ? Ah, okay.""

Le Ninja de Beverly Hills
Le Ninja de Beverly Hills ©Sony Pictures

Un choix très surprenant, Le Ninja de Beverly Hills étant une comédie potache sur un ninja raté, très corpulent, maladroit et bon à rien sur à peu près tous les sujets, mais chargé tout de même de mener une enquête à Beverly Hills. Haru, le ninja en question, était interprété par Chris Farley, acteur comique décédé d'une overdose en 1997. Méconnu en France, éreinté par la critique nord-américaine à sa sortie, Le Ninja de Beverly Hills a progressivement gagné son statut de film culte auprès des amateurs du genre.

Chris Farley était fantastique. J'ai bien sûr d'autres films parmi mes favoris, mais j'ai regardé celui-ci deux nuits de suite et j'ai ri aux larmes les deux fois. Alors je me suis dit "Oui, je peux donner celui-ci comme mon film préféré."

On imagine bien qu'au panthéon personnel de Christian Bale, d'autres films surpassent Le Ninja de Beverly Hills. Mais souhaitant sans doute ni passer pour un snob ni conférer trop de sérieux à cette conversation, il s'en est ainsi tiré avec une référence sincère, humble et amusante. La classe, tout simplement.

 

Voir aussi

L’Étrange Noël de monsieur Jack : l'étonnante contrainte imposée aux artistes

L’Étrange Noël de monsieur Jack : l'étonnante contrainte imposée aux artistes

Crème de la crème des films de Noël, les décors baroques et les lignes incertaines que recèle "L’Étrange Noël de monsieur Jack" sont dus à un étonnant procédé. Au-delà d’avoir pour la première fois utilisé le stop-motion tout du long, le long-métrage d'animation a demandé à ses artistes de travailler dans l’inconfort le plus total.