ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Cold War : comment le réalisateur s'est inspiré de ses parents ?

Cold War : comment le réalisateur s'est inspiré de ses parents ?

Paweł Pawlikowski touche à l'excellence avec "Cold War", porté par l'envoûtante Joanna Kulig et le touchant Tomasz Kot. Un film personnel pour le réalisateur qui s'est inspiré de la relation de ses parents et de leur caractère.

Cold War, une superbe tragédie amoureuse

En 2018 le réalisateur polonais Paweł Pawlikowski revenait au festival de Cannes pour présenter en sélection officielle Cold War, cinq ans après Ida. Cold War y remporta un Prix de la mise en scène mérité, avant d'obtenir des nominations aux César 2019 (César du meilleur film étranger) et aux Oscars 2019 (Oscar du meilleur film en langue étrangère, du meilleur réalisateur et de la meilleure photographie).

Se déroulant dans les années 1950 et 1960, le film suit la relation amoureuse et passionnelle entre une chanteuse polonaise (Joanna Kulig) et un musicien / chef d'orchestre (Tomasz Kot). Si leur idylle débute bien, rapidement la pression du Parti, en pleine Guerre froide, vient causer des troubles dans leur relation. Ils vont alors s'aimer, se séparer et se retrouver, tantôt en Pologne, à Paris ou en Italie. Par son noir et blanc sublime, ses passages musicaux déchirants et ses interprètes captivants, Cold War est une magnifique histoire d'amour dramatique.

L'inspiration venue du régime communiste et des parents du réalisateur

Paweł Pawlikowski a fait ses premiers pas derrière la caméra, non pas en Pologne, mais en Angleterre. En effet, le réalisateur quitta la Pologne avec sa mère à l'âge de 14 ans. Il voyagea avec elle en Allemagne et en Italie avant de s'installer en Angleterre. C'est ainsi qu'il entra au service documentaire de la BBC pour réaliser ses premiers documentaires avant de se lancer dans des longs-métrages de fiction (dont My Summer of Love en 2004). Par la suite, il retourna vivre à Varsovie, après un passage à Paris, et réalisa ainsi Ida (2013) puis Cold War. Dans celui-ci, on retrouve donc des villes ou des pays de son passé. Le film étant une œuvre très personnelle au réalisateur.

D'abord, bien qu'il ne s'agisse pas d'un film politique, Cold War montre la vie sous un régime communiste. Avec la tension permanente mise par le Parti, la censure, l'espionnage, des arrestations injustes, etc. Dans sa jeunesse, Paweł Pawlikowski a vécu des choses plus ou moins similaires :

À la maison, chacun disait ouvertement ce qu’il pensait, mais à l’école, il fallait faire attention à ne pas tout dire. avait une liaison avec un homme de la Sécurité d’Etat. Elle nous espionnait et rapportait nos faits et gestes. Une nuit, mes parents et moi avons même dû vider les poubelles de la maison afin de retrouver une lettre compromettante que mon père avait accidentellement jetée.

Paweł Pawlikowski a donc tenu à garder ce contexte dans Cold War, sans pour autant reproduire son vécu mais en gardant une vision plus globale. Il a également, et surtout, tenu à rendre hommage à ses parents, en racontant ce qui aurait pu être leur histoire. En effet, outre le fait que les deux protagonistes portent leurs prénoms (Zula et Wiktor), ils ont également connu des ruptures et des réconciliations durant près de quarante ans. Et le film s'inspire donc de leur "amour compliqué et perturbé".

Mes parents étaient des personnes très fortes et merveilleuses, mais en couple, c’était une catastrophe absolue.

Cependant, Cold War n'en demeure pas moins un récit fictif, il ne s'agit en aucun cas d'une histoire vraie. Les événements que subissent les deux personnages ne sont pas arrivés à ses parents (surtout le final du film). Le réalisateur a plutôt cherché à reproduire leurs caractères complexes et à écrire une histoire autour.

Incompatibilité de tempérament, impossibilité de vivre ensemble malgré un désir fou d’y arriver, souffrance de la séparation, difficulté de vivre en exil, appartenance à des cultures différentes, difficulté de la vie sous un régime totalitariste, difficulté de se comporter correctement malgré la tentation de se rebeller.

Une description de ses parents qu'on retrouve parfaitement dans les personnages du film et dans le contexte présenté. Pour en savoir plus, retrouvez ici notre critique de Cold War.

 

Voir aussi

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

Les Dents de la mer : le dernier modèle existant du requin rentre au musée

En 1975, un grand requin blanc terrorise la petite île d'Amity, sur la côte est des États-Unis. C'est l'histoire du film de Spielberg "Les Dents de la mer", et 45 ans après le dernier modèle du requin utilisé pour le film fait son entrée au musée.